Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Asie du Sud-Est : Le durian, “roi des fruits”

Durian photo from the Flickr page of YimHafiz used under CC License Attribution 2.0 Generic

Le durian est un fruit exotique présent dans beaucoup de pays d'Asie du Sud-Est. Il est connu pour son odeur et son goût prononcés qui ne laissent personne indifférent. Il n'existe pas moins de 20 variétés de durian dans la région.

Malgré son odeur repoussante, le durian est un ingrédient de choix grâce à sa saveur particulière. Citons, à base de durians, les crêpes et macarons au durian de Kuala Lumpur, les confiseries et crèmes glacées de Davao City aux Philippines, les mousses et choux à la crème de Brunei, et le gratin de durian en feuilleté à la farine de blé complet en Indonésie. On trouve même un préservatif parfumé au durian au Vietnam.

jerrenn, de Malaisie n'aime pas l'odeur du durian mais reconnaît que c'est le “roi des fruits” incontesté :

Evidemment, il l'est pour les gens qui l'aiment – pour ceux qui ne sont pas dans ce cas, comme votre serviteur, nous ne pouvons guère l'appeler le roi des fruits, bien que ‘fruit national’ me paraisse convenir

Mais le durian est un fruit unique, n'est-ce pas ? Il y a ceux qui l'aiment, et ceux qui le détestent. Moi-même je ne l'ai jamais aimé, l'odeur est irrespirable. Vous qui l'aimez, ne dites rien, les autres, vous me comprendrez quand je dis que c'est une puanteur fétide.

L'auteur de GV Senor Pablo, interrogée par courriel, évoque la popularité du durian à Brunei :

C'est un fruit très populaire à Brunei….et nous avons des variétés qu'on ne trouve pas ailleurs en Asie du Sud-Est… comme les durians rouge-orangés. J'ai des amis de Chine qui vivent à Brunei et sont prêts à sillonner Bornéo pour goûter les différentes variétés….

Le durian est considéré comme le roi des fruits et, par certains, comme un aphrodisiaque !!

A propos de durians rouges, Foodiva's Kitchen donne la recette des petits roulés de durian rouge.

Le durian est vraiment un goût à acquérir pour ceux qui n'ont pas été élevés à manger ce fruit sucré, à l'odeur âcre. Mais je mange bien des trucs qui puent comme des fromages bleus sans aucun problème et je n'ai pas été élevée avec ! Je suppose que la clé, c'est de garder l'esprit ouvert et de ne pas simplement croire tout ce qu'on en dit avant de l'avoir goûté.

Les durians rouges sont les plus courants à Bornéo et ils ont un goût sucré très riche que j'aurais du mal à décrire ici. Si seulement ma langue savait écrire, je lui laisserais le soin de vous expliquer le goût de ce fruit. Lol!

Les durians sont bannis de nombreux endroits publics, notamment les hôtels et les avions. Still Life in Moving Vehicles de Bangkok met en ligne une photo de signe d'interdiction des durians :

Le durian, ce fruit d'aspect épineux originaire d'Asie du Sud-Est, n'est pas le bienvenu dans certains endroits publics. Hôtels, avions et même taxis ont parfois des panneaux ou des auto-collants sur leurs vitres informant les clients qu'ils doivent laisser leur fruit à la porte parce qu'il a une odeur forte et déplaisante. Une légende prétend que des gens consommant du durian combiné à des boissons alcoolisées meurent de quelque étrange réaction chimique. C'est donc une particulièrement bonne chose que l'auto-collant voisin interdise aux clients de boire dans le taxi.

Multibrand compare Djakarta, en Indonésie, au durian. Si la Grosse Pomme est New York, le blogueur décrit Djakarta comme le Gros Durian :

J'ai trouvé que Djakarta ressemble à mon fruit favori, c'est-à-dire le Durian qui a des épines acérées, une peau épaisse, et une odeur o.k. mais que certains ne trouvent pas bonne, et A POURTANT BIEN MEILLEUR GOÛT QUE TOUS LES AUTRES FRUITS, c'est pourquoi je ne voudrais l'échanger avec aucun autre.

What's That Noise aux Philippines n'est pas incommodée par l'odeur du durian :

L'odeur ne me dérange pas. Le fruit est crémeux mais fibreux avec un noyau au centre de chaque compartiment. Le goût me rappelle les oignons un peu sucrés. On l'adore ou on le déteste. Après en avoir mangé quelques morceaux, nous avons donné le reste à une amie parce qu'il embaumait toute la maison et personne d'autre ici ne voulait en manger.

Kokot, aussi aux Philippines, estime que manger du durian, c'est comme “manger votre glace préférée dans des toilettes publiques”

La famille de mon père possède des arbres à durians, et donc la majorité de sa famille mange ce fruit. Je me souviens que c'était pendant la saison des durians, les employés de maison ouvraient des paniers de durians dans l'arrière-cour et mes cousins se tenaient devant eux les yeux fixés sur les durians. Voir tout le monde manger du durian faisait venir l'eau à la bouche. Ma grand-mère m'en a offert un, et, honnêtement, je ne l'ai pas aimé du tout mais je m'y suis faite et maintenant je les adore ! J'ai eu du mal à en manger au départ à cause de l'odeur, je disais à ma grand-mère que c'était comme manger sa glace préférée dans des toilettes publiques. Elle les réfrigérait et quand ça sort du frigo c'est bien, bien meilleur.

Bucaio de Davao aux Philippines (il y a des plantations de durians dans la région de Davao aux Philippines) n’a pas aimé le durian la première fois qu'elle en a mangé :

C'était comme de manger du beurre qui sentirait l'ail cru. J'aime bien le beurre, et j'adore l'ail, et j'aime leur mélange dans quelque chose de relevé. Mais trouver cette combinaison dans un fruit est rien moins que bizarre.

Mais elle a changé d'avis depuis :

J'avais dégusté trois variétés (Cob, Yellow Cob, Arancillo) et ils étaient tous divinement sucrés.

Plus sucré que le langka (le jaque), mais avec le même piquant, bien que la pulpe de durian soit molle comme du coton humide, les fibres fines et tendres.

Signe de la haute estime où ce fruit est tenu dans la région, on raconte que le ‘roi des casinos’ de Macao, Stanley Ho, a envoyé son jet privé à Singapour rien que pour acheter 98 durians.

Les auteurs de GV pour la région Asie du Sud-Est ont contribué à la rédaction de ce billet.

2 commentaires

  • […] Global Voices en Français » Asie du Sud-Est : Le durian, “roi des … […]

  • Hervé

    En fait pour tous les être vivants qui mangent cru l’odeur du durian est très alléchante : du moustique à l’éléphant , chacun accourt dès que l’odeur est détectée . Pour les hommes , qui mangent cuit , il y a un phénomène de blocage à certains aliments naturels , c’est dû à l’état de l’organisme nourri de substances dénaturées ( aliments cuits , alcool fabriqué par l’homme , mélange d’aliments très différents , etc …) On en a la preuve quand l’homme mange cru exclusivement : certains aliments crus deviennent extrèmement attirants alors qu’ils ne l’étaient pas auparavant . Disons que pour les individus qui ont une pratique de l’alimentation naturelle ( 30 ans pour moi , pour certains 60 ans … ) le durian , le fruit le plus protéiné , exerce un attrait total : le goût est extraordinaire , l’odeur merveilleuse , bien que très forte ( pas question de dormir dans une pièce contenant un durian : on se relèvera pour le manger ou le mettre dehors ) Bref cette merveille naturelle peut être appréciée à sa juste valeur , à condition d’être soi-même bien nettoyé de ce qui encombre notre organisme . Sinon , comme pour les fromages , on va détester l’odeur et aimer le goût , c’est le cas des autochtones d’Asie .Quant aux jeunes asiatiques , nourris aux laitages , au coca-cola et autres nouveautés occidentales , ils n’aiment plus le durian !

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site