Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : le ministère de l’Intérieur chargé de surveiller Facebook

Le 1er juillet 2010, le Ministère égyptien de l’Intérieur (MEI), par l’arrêté 765, a crée un département spécial, chargé de contrôler les contenus sur Facebook et les activités menées sur cette plateforme en Égypte [les liens sont en anglais ou en arabe, sauf mention contraire].

Selon le journal koweïtien Aljarida, le travail de ce nouveau Département du MEI est effectué par trois équipes différentes qui se relayent toutes les 8 heures. Chaque équipe est constituée de 15 personnes : 2 officiers de police, 10 greffiers de police et 3 ingénieurs informaticiens. Leur principale tâche consiste à surveiller tout ce qui se passe sur Facebook en Égypte, notamment sur les groupes, les pages, ou les forums ; et de publier des messages contredisant toutes les critiques publiées en ligne par les utilisateurs à l’endroit du Président de la république Hosni Moubarak [en français] ou de son fils Gamal.

Une source anonyme, travaillant dans de ce département, a confié au journal Aljarida que les autorités chargées de la sécurité en Égypte avaient l’habitude de censurer Facebook, comme bien d’autres sites. Mais le MEI a commencé à s’intéresser de plus près à Facebook après le premier appel à la grève du 6 avril, lancé sur ce réseau.

Cette même source révèle d’ailleurs au journal qu’il existe des groupes de jeunes Égyptiens du Parti National Démocratique (PND) payés pour défendre ce parti et le gouvernement sur le Net. D’après cette même source toujours, ils ont déjà créé sur Facebook 166 groupes de soutien au fils du président Gamal Moubarak, et 38 autres au profit de son père, l’actuel président Hosni Moubarak.

En février 2010, l’agence publicitaire égyptienne Connect Ads annonçait être le représentant officiel de Facebook pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et je me demande quelle peut bien être l’actuelle relation entre le MEI et Connect Ads car le Ministère aura besoin de collecter des informations personnelles sur les utilisateurs de Facebook en Égypte.

Je ne serais donc pas étonné qu’un(e) utilisateur/trice  de Facebook en Égypte risque un procès ou se fasse arrêter, un jour, pour ses activités en ligne. Comme l’illustre d’ailleurs l’actuel procès intenté contre des activistes égyptiens, qui sont accusés entre autres charges de mauvais usage du World Wide Web.

Le nombre d’utilisateurs de Facebook en Égypte a atteint 3,8 millions selon un rapport récent de E-marketing. Maintenant, il existe une équipe de 45 personnes en Égypte qui contrôle les activités de ces autres 3,8 millions d'Égyptiens, tant sur Facebook que dans  leurs e-mails.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site