Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Canada : les autochtones et l’exploitation minière

On ne peut le nier, les communautés autochtones n’ont pas autant bénéficié du développement industriel en Amérique du Nord que le reste de la population. Selon le Centre de recherche sur la mondialisation, :

l’espérance de vie est moindre, les maladies sont plus répandues, les problèmes humains, depuis la violence familiale jusqu’à l’alcoolisme, sont également plus répandus. Moins de jeunes achèvent leurs études secondaires, une minorité d’entre eux entrent au collège et à l’université.

J’écrivais en mai dernier dans un billet sur mon blog que le développement international, ça se passe aussi chez nous. Les relations entre certains gouvernements, par exemple les gouvernements canadien et québécois, et les peuples autochtones de leur territoire, sont à l’image, il me semble, des relations entre certains gouvernements et les populations les plus pauvres et les plus vulnérables du monde. Il est plutôt facile d’élaborer des programmes remplis de bonnes volontés et de signer des traités internationaux quand leur impact ne nous touche pas directement. Mais quand il est question des autochtones et de leur pauvreté, (les autochtones du Canada se situent au 63e rang si on ne tient compte que des autochtones de l’Indice de développement humain, la question devient plus délicate, car nous partageons (ou pas) un territoire, et donc des ressources susceptibles de faire monter un peu les communautés autochtones dans l’échelon de l’IDH.

Mines de Charbon au Canada par Vicky via ClintJCL on Flickr- CC license share alike-NC 2.0

Ainsi, depuis le 11 juin dernier, les Innus, peuple autochtone originaire du Labrador, au Canada, bloquent l'accès au site minier de Labrador Iron Mines. Ils exigent:

un moratoire sur l’exploration et l’exploitation d’uranium sur l’ensemble du territoire de la province. (…) Le Chef des Innus de Uashat mak Mani-Utenam affirme que plusieurs projets d’exploration liés à l’uranium se trouvent en territoire traditionnel innu et que l’ensemble de ces projets de même que toute autorisation accordée par le Québec demeurent sujet à un consentement innu, libre, préalable et en toute connaissance de causes.

Des rencontres impliquant des représentants d'Ottawa, de Québec, de Terre-Neuve-et-Labrador et les dirigeants autochtones de Schefferville et de Sept-Îles Maliotenam ont eu lieu pour discuter des retombées économiques du projet. Mais le gouvernement terre-neuvien de Dany Williams souhaite toujours récupérer près de 80 % des retombées économiques de l'exploitation de deux futures mines, tandis que Labrador Iron Mines et New Millenium Capital viennent de proposer de verser 700 000 dollars canadiens aux Innus de Schefferville afin de les convaincre de lever la barricade érigée le 11 juin.

On le constate, certains articles de la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones, supportée notamment par le Québec, sont difficiles à respecter dans la réalité. Par exemple l’article 32, par exemple, cité par le blogueur Armand McKenzie, et selon lequel:

Les États mettent en place des mécanismes efficaces visant à assurer une réparation juste et équitable pour toute activité de cette nature, et des mesures adéquates sont prises pour en atténuer les effets néfastes sur les plans environnemental, économique, social, culturel ou spirituel.

Qui plus est, selon Melissa Filion, blogueuse pour Greenpeace :

Aucun processus n’a été enclenché par le gouvernement du Québec dans le cadre du Plan Nord pour régler la question incontournable des droits et titres des Premières Nations. (…) Jusqu’à maintenant, l’intérêt du gouvernement s’est clairement manifesté envers les projets d’exploration et d’exploitation en tout genre. Que ce soit de nouveaux barrages hydro-électriques, plus d’exploitation forestière, développer des explorations et/ou exploitations gazière, minière, pétrolière… Que des grandes activités industrielles en somme ! (…) Comment notre gouvernement compte interagir avec les communautés des Premières Nations qui souhaitent un dialogue de Nations à Nations ?

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site