Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chili : Vigoureuse mobilisation contre un projet de centrale thermique

La validation d'un projet de centrale thermique a engendré au Chili une forte mobilisation citoyenne, en ligne et sur le terrain. L'usine, approuvée par la Commission régionale de l'Environnement [en espagnol, comme tous les liens sauf mention contraire] de la région de Coquimbo [fr], devait être édifiée à proximité de la réserve nationale de pingouins de Humboldt [anglais] et de Punta de Choros, une petite cité côtière connue pour sa beauté naturelle et sa riche biodiversité.

Le mouvement écologiste Chaopescao (littéralement, “Adieu poisson”, une expression chilienne plaisante pour au-revoir) et des citoyens inquiets présents durant le vote de la commission sur le projet, se sont aussitôt mis à tweeter la décision. Ce qui a démarré avec les tweets (comme celui-ci, annonçant la décision), les messages sur Facebook et les billets de blogs, s'est conclu par une manifestation de plus de 3.000 personnes contre la décision au centre de Santiago.

Réaction citoyenne en ligne

Une publicité télévisuelle censurée sans motif à la télévision chilienne. Vidéo de l'utilisateur YouTube MrKairosStudio. D'autres vidéos sont disponibles, dont une documentaire, sur la chaîne YouTube movimientochaopescao.

Avant le vote de la commission, Sergio Espejo écrivait sur son blog :

¿Cuántras tragedias ambientales más deberemos vivir como país antes de que entendamos el valor de lo que estamos perdiendo? El drama de los 33 mineros en Copiapó debiera hacernos reflexionar. Ese accidente no se habría producido si empresarios y autoridades hubieran hecho su pega. Pero también faltó sociedad civil y sindicatos que hablaran claro […]En Punta Choros no debe ocurrir lo mismo. Aquí, la sociedad civil se ha manifestado […]

Combien de nouvelles tragédies écologiques devront-nous encore subir comme pays avant de comprendre la valeur de ce que nous perdons ? Le drame des 33 mineurs de Copiapó [fr] devrait nous faire réfléchir. Cet accident ne serait pas arrivé si les entrepreneurs et les autorités avaient fait leur boulot. Mais il a aussi manqué une société civile et des syndicats qui parlent clair […] La même chose ne doit pas se passer à Punta de Choros. Ici, la société civile s'est manifestée […]

De nombreux Chiliens ont utilisé Twitter avant comme après le vote pour informer et commenter sur le projet. Victor Vargas (@elvitoto) exprimait son rejet de l'usine, tandis que d'autres voulaient joindre ainsi le Président Piñera (@sebastianpinera). Méditant sur l'actualité du Chili, David Olave (@olavecl) a eu ce message pour le Président :

@sebastianpinera Chile espera su promesa sobre #PuntaChoros. No interesa tener vivo a los #mineros si la tierra donde viven es una mierda.

@sebastianpinera Le Chili attend [que vous teniez] votre promesse sur #PuntaChoros. Que nous importe d'avoir les #mineros (mineurs) vivants si la terre où ils vivent est de la merde.

Sur le mur du groupe Facebook “Salvemos Punta de Choros” (Sauvons Punta de Choros), qui compte aujourd'hui 66.676 “personnes aiment ça”, les “facebookers” ont commenté par milliers en opposition au projet. Ainsi, Elizabeth Venegas Navarrete, parmi les supporters du groupe, a dit :

Es muy triste que en nombre del progreso se pierdan los maravillosos lugares naturales de nuestro país. ¡¡¡Que les dejaremos a nuestros hijos o nietos!!!!
Donde les llevaremos a conocer y disfrutar de lo hermoso país que Dios nos regalo a todos.

C'est très triste qu'au nom du progrès se perdent les merveilleux sites naturels de notre pays. Qu'allons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants !!! Où les emmènerons-nous pour connaître et apprécier le beau pays que Dieu nous a donné à tous.

Peu après le vote, un défilé a été organisé, probablement par Chaopescao. Le blog Aire Puro (Air pur) a appelé les Chiliens à protester contre le projet] dans toutes les villes du pays. Des appels similaires se sont multipliés sur Twitter. Il en est résulté un rassemblement pacifique de plus de 3.000 personnes. La police a dispersé la manifestation au moyen de gaz lacrymogènes, tout en étant pacifique elle n'avait pas été autorisée. Arturo Subercaseaux (@suberca_10) a écrit à propos de la police :

Honestamente, la marcha por Punta de Choros fue tan pacifica que los unicos que causaron desordenes fueron los pacos

Honnêtement la marche pour Punta de Choros a été si pacifique que les seuls à causer du désordre ont été les flics

Photo de l'utilisateur Flickr bdeboikot, utilisée sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 2.0 Generic.

Le succès de l'organisation en ligne a conduit les médias traditionnels et sociaux à analyser le rôle des sites de réseaux sociaux dans la contestation du projet de centrale thermique. Le blog QueSaen a qualifié les sites de réseaux sociaux d'”acteurs fondamentaux des manifestations anti-énergie thermique,” et a écrit :

Anunciado y propagado, como una bola de nieve, llegando a ser Trending Topic (e informando a todo el aparataje de inteligencia del gobierno) lograron reunirse más de 3 mil ciudadanos entre la Alameda y Plaza de Armas por Ahumada, la mayoría profesionales after pega y estudiantes que se enteraron de la masiva en sus hogares y casas de estudio. Nadie quería quedar ausente de esta causa.

Annoncé et diffusé comme une boule de neige, devenu Trending Topic (et informant l'ensemble de l'appareil de renseignement du gouvernement) ils ont réussi à rassembler plus de trois mille citoyens paseo Ahumada, entre la rue Alameda et la Place d'Armes, en majorité des professionnels sortant du travail et des étudiants informés de la manifestation chez eux ou dans leurs instituts. Personne n'a voulu rester absent de cette cause.

Commentaires présidentiels et réaction

Une interview du Président Sebastián Piñera pendant sa campagne présidentielle a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Sur le blog La Libélula, Reydet Saieh a commenté la décision des autorités régionales et a reposté les commentaires du Président Sebastián Piñera sur le projet de centrale thermique :

“Lo que estamos haciendo es una locura…me voy a oponer a todas las termoeléctricas que atenten contra la naturaleza, comunidades y calidad de vida.” […] “Somos inmensamente ricos en los combustibles del futuro…en energía solar con los desiertos con mayor radiación del mundo…la riqueza de las mareas…la riqueza de la geotermia en un país lleno de volcanes y la potencia de la energía del viento” […]“Promover las energías limpias y renovables, por ahí está el futuro de la energía en Chile” […]“Seré muy riguroso, muy exigente con proyectos termoeléctricos contaminantes, como ha habido más de la cuenta en nuestro país.”

“Ce que nous sommes en train de faire est une folie … Je m'opposerai à toutes les centrales thermiques qui attentent à la nature, aux collectivités et à la qualité de vie”[…] “Nous sommes immensément riches en combustibles du futur… en énergie solaire avec les déserts à la plus forte radiation du monde…. la richesse des marées… la richesse de la géothermie dans un pays plein de volcans, et la puissance de l'énergie éolienne” […] “Promouvoir l'énergie propre et renouvelable, voilà où est l'avenir de l'énergie au Chili” […] “Je serai très rigoureux, très exigeant avec les projets d'énergie thermique polluants, comme nous en avons eu trop dans notre pays.”

L'enregistrement audio de cet entretien se trouve ici.

Dans le même billet, Reydet Saieh ajoute :

Es impresentable que la Corema haya aprobado el proyecto termoeléctrico Barrancones en Punta de Choros, debemos exigirle a Sebastián Piñera que cumpla su palabra de proteger el medio ambiente.

Il est impensable que la Corema ait approuvé le projet d'électricité thermique de Barrancones à Punta de Choros, nous devons exiger de Sebastián Piñera qu'il honore sa parole de protéger l'environnement.

Le 27 août, le Président Piñera (@sebastianpinera) a indiqué que la centrale ne serait pas implantée près de Punta de Choros, mais quelque part ailleurs. Le président chilien a annoncé sur Twitter :

Hemos logrado gran solucion para proteger santuario naturaleza punta choros, isla damas y gaviota, para nuestra y futuras generaciones

Nous avons trouvé une bonne solution pour protéger le sanctuaire naturel punta choros, îles damas et gaviota, pour les générations actuelle et futures

Réagissant à la décision présidentielle de relocaliser la centrale, David Farias (@davidfarias_) a dit :

Bien x Punta de Choros, mal x la zona donde será reubicada la termoeléctrica. @SebastianPinera sigue sin cumplir promesa de energías limpias

Bien pour Punta de Choros, mauvais pour la zone où sera relocalisée la centrale thermique. @SebastianPinera continue à ne pas tenir sa promesse d'énergies propres

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site