Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malaisie : où en est la “Malaisie Unie” ?

[Liens en anglais] En 2009, le Premier ministre malaisien Najib Razak avait lancé le concept de « Malaisie unie »(1Malaisia), et tous les médias du pays s’en faisaient l’écho.

Le blogueur OutSyed The Box a reproduit une dépêche expliquant ce concept de « Malaisie unie».

KUALA LUMPUR, 15 avril  2009(Bernama) – “Les Malaisiens devraient se défaire de cette mentalité tribale qui les caractérise”, affirme Datuk Seri Najib Tun Razak. Le Premier ministre dit  que les Malaisiens devaient « s’unir, penser et agir comme un seul homme », selon le concept de «  Malaisie Unie ».

« Il est temps de cesser de penser et d’agir de façon tribale, comme nous le faisons depuis tant d’années. Car c’est aussi cela la signification de « Malaisie unie ».

« Nous devons nous respecter les uns les autres, aller au-delà de la simple tolérance et établir des rapports de confiance mutuelle tant au niveau individuel qu’entre communautés ethniques », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse mercredi.

Toutefois, depuis son lancement, ce concept d’unité nationale ne fait pas l'unanimité en Malaisie. Il est critiqué par ceux qui notent des tensions persistantes entre communautés dans le pays.  Calvin Chew raconte par exemple l’histoire d’un autre blogueur :

J’ai entendu parler du concept de « Malaisie Unie », mais je pense que nous n’avons pas besoin qu’on nous dise d’être unis. Nous avons fait tellement de chemin ensemble qu’à l’heure actuelle, il devrait déjà être ancré dans nos cœurs et nos méninges que nous sommes tous unis.

Malheureusement, la discrimination et la ségrégation raciale persiste. Elle existe toujours, cette conception ethnocentrique des choses, qui veut que les malais soient le groupe dominant avec des droits acquis et protégés, tandis que les non malais, eux, restent et demeurent des parias.

Ce 30 août 2010, veille du Jour de l’indépendance de la Malaisie, ce sentiment a  été renforcé par un fait divers relaté sur Facebook, faisant état d'une agression raciste conduite par plusieurs adolescents :

Quand nous avons atteint leur niveau, l’un d’eux s’est brusquement retourné et a donné coup de pied à mon ami. Remarquant qu'il s'amusait, ses autres amis se sont mis à me faire la même chose. Tout ceci était tellement soudain, qu’à ce moment, la seule question que je me suis posé a été : « Que diable leur avons-nous fait ? » On a fini tous les deux à genoux  pendant un moment, avant que d’autres coups de poings et de pieds ne se mettent à nous pleuvoir dessus. Nous avions chacun un trépied accroché à notre épaule,  mais nous étions si choqués que nous n’avons pu réagir. Finalement, un coup de poing m’a été assené au front et je me suis mis à saigner abondamment. En voyant cela, ils ont arrêté et se sont éloignés. ILS ONT MARCHE, bon dieu ! Ils n’ont même pas eu peur au point de courir et se sont éloignés tranquillement comme s’ils venaient de gagner un jeu ou quelque chose de ce genre. Je me souviens que la dernière chose que l'un d'eux a dit était “Baliklah ke negara asal” (« Retournez dans votre pays d’origine », en malais).

Le concept de la « Malaisie unie » ne progresse guère  et voilà pourquoi selon le blogueur Khoo Kay Peng :

Ce qui manque ici, c’est une réelle volonté politique d'instaurer un vrai esprit d’unité nationale en Malaisie, visant par exemple l’égalité des chances pour tous les citoyens, le sentiment d’appartenance à une même nation, la loyauté, la justice sociale et économique et le respect mutuel entre les Malaisiens, sans distinction de race ou de religion.

Pour que ce concept soit un succès, le gouvernement BN (Barisan Nasional) devrait cesser de jouer la carte ethnique. Si une ethnie quelconque est perçue comme supérieure ou plus privilégiée que d’autres, le concept de Malaisie Unie restera lettre morte.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site