Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Moyen Orient : soutien au blogueur Ali Abdulemam, arrêté à Bahreïn

Ali Abdulemam à l'Atelier des blogueurs arabes à Beyrouth en 2009

L'indignation provoquée par l'arrestation d'un blogueur et militant des droits humains de Bahreïn a provoqué de nombreux témoignages et réactions d'autres blogueurs et activistes dans le monde entier [liens en anglais ou en espagnol].

Le 5 septembre, notre site Global Voices Advocacy a annoncé l'arrestation du blogueur et contributeur de Global Voices pour “publication de fausses informations” sur  BahrainOnline.org, le portail Internet qu'il a cofondé en 1999 (le site est actuellement inaccessible, et on suppose que les autorités ont obtenu le mot de passe pour y accéder ).  L'arrestation, qui fait partie selon beaucoup d'un plus vaste coup de filet contre les activistes chiites de Bahreïn, a provoqué une campagne virtuelle de solidarité, avec un groupe de soutien sur Facebook, et une pétition.  Les associations internationales, dont  Human Rights Watch, FrontLine Defenders, le Arabic Network for Human Rights Information, et Reporters sans frontières ont condamné ces arrestations.

Qui est Ali Abdulemam ?

Ali Abdulemam a co-fondé BahrainOnline.org en 1999 et alors que le site devenait numéro un à Bahreïn, est devenu l'un des blogueurs les plus lus du pays.  En 2005, il  été arrêté avec deux de ses collègues et  relâché quinze jours plus tard. Il a rejoint notre site Global Voices Advocacy en 2008 et a participé au Sommet de Global Voices organisé cette année-là.

Sami Ben Gharbia, directeur du site Advocacy, raconte :

Ali Abdulemam est un blogueur connu à Bahreïn et un contributeur de Global Voices Advocacy, fondateur du forum populaire BahrainOnline. C'est un pionnier parmi les activistes du monde arabe, qui utilise Internet pour militer pacifiquement pour des réformes. Il a été un exemple suivi par beaucoup de jeunes de Bahreïn et du monde arabe dans l'utilisation d’ Internet pour s'exprimer et participer à des débats en ligne animés.

Le blogueur mauritanien Nasser Weddady, sur Dekhnstan, parle de la personnalité de  Ali Abdulemam :

Ali est un libre penseur, père de trois enfants, et, le plus important, une  de ces voix réformistes que l'Occident attend depuis longtemps de voir émerger dans cette région du monde. Son arrestation est un coup supplémentaire porté au mouvement pour les libertés civiques dans cette région. J'espère qu'il ne va pas être oublié, comme beaucoup d'autres jeunes arabes dont le seul crime est de vouloir s'exprimer.

Hussain Yousif, qui a été arrêté avec Ali Abdulemam en 2005,  dit ceci de son ami :

Ali veut le changement. Le changement qu'Ali veut n'est pas impossible, et il n'est pas maléfique. Ali voulait donner aux gens une possibilité d'exprimer leurs sentiments et leurs rêves, de débattre et de négocier, de corriger réciproquement leurs erreurs, et d'apprendre à se respecter. C'était son projet pour le forum en ligne Bahrain Online il y a plus de 10 ans.

Solidarité en ligne

Des blogueurs de tout le monde arabe ont exprimé leur solidarité pour Ali Abdulemam.  Un autre blogueur de Bahreïn, Mahmood, se demande sur Mahmood's Den ce que cela présage pour les autres blogueurs et activistes à Bahreïn.

Abdulemam rejoint les dizaines, peut-être les centaines de citoyens appréhendés, tous accusés d'intentions maléfiques contre le régime en place. D'après la plupart des organisations défendant les droits humains du pays, il s'agit d'une atteinte à leurs droits et certains vont jusqu'à dire que les agents de la sécurité torturent systématiquement les détenus.

Je crains que ces derniers événements ne dégradent encore plus la réputation du pays et donne des arguments à ceux qui l'appellent un ennemi de la liberté d'expression, et des droits humains aussi.

Au Guatemala, la blogueuse de Global Voices Renata Avila a écrit ceci :

Mi amigo, el bloguero de Bahrain Alí Abduleman, fue arrestado por “difundir información falsa”, una tendencia que se esparce peligrosamente en todos los rincones del mundo, ante gobiernos represivos que no aceptan la mirada crítica de los ciudadanos. Espero sea liberado pronto, que se respete el debido proceso, que se cuide de su integridad física y no se sea sometido a tratos crueles, inhumanos o degradantes.

Mon ami le blogueur Ali Abdulemam a été arrêté pour avoir diffusé  “de fausses informations”, une mode qui se répand dangereusement dans le monde entier, lancée par des gouvernement autoritaires qui n'acceptent pas les critiques de leurs citoyens. J’ espère qu'il va être bientôt libéré, que les procédures légales seront respectées et qu'ils sera bien traité, pas soumis à la torture ou à des traitements cruels, inhumains, humiliants.

Sur son blog A Tunisian Girl, Lina Ben Mhenni, qui contribue à Global Voices écrit :

Il y a rarement un jour sans que nous apprenions qu'un blogueur ou journaliste en ligne a été arrêté. Les exemples abondent, Fatma Arabicca , Zouhair Makhlouf , Abdulsalam El Baroudi , etc…

…J'espère que Ali sera bientôt libéré. J'espère aussi qu'il sortira en bonne santé.

Sonam Ongmo, blogueuse du Bhoutan, qui réside actuellement à New York, compare sa situation sur son blog Dragon Tales, et écrit :

En écrivant ceci, je mesure ma chance. Il y en a beaucoup qui, en ce même jour, ne peuvent pas en dire autant. Par exemple un collègue blogueur pour Global Voices, Ali Abdulemam du Bahrein. Il a été arrêté ce matin par la police de Bahreïn pour avoir diffusé de  “fausse informations” sur son blog qui a depuis été mis hors service par les autorités. J'ai vu le message ce matin, et j'ai fait le peu que je pouvais faire, sur Twitter, et publié ce billet sur FaceBook. Mais maintenant que j'ai un peu de temps pour m'asseoir et réfléchir à ma propre situation, cela m'a fait réaliser que d'autres n'ont pas eu autant de chance.

Photo de Jillian C. York

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site