Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : de nouveaux troubles au Cachemire

Manifestation au Cachemire. Image de l'utilisateur de Flickr Kashmiridibber, CC BY-NC-ND

Si vous pensiez que la polémique aux États-Unis autour de la Journée  “brûler le Coran” d'un prédicateur n'allait pas avoir des répercussions à travers le monde, vous aviez tort. Les troubles qui ont eu lieu le 13 septembre dans la partie indienne du Cachemire ont été causés par les violentes manifestations qui ont suivi la diffusion d'une information sur une profanation du Coran dans l'état du Michigan aux États-Unis. Le cabinet du Jammu et Cachemire a condamné cet acte et a demandé à la population de garder son calme. Toutefois, selon la BBC, des milliers de personnes ont bravé le couvre-feu et ont envahi les rues, scandant des slogans anti-indiens et anti-américains, et brûlant des effigies du président américain Barack Obama.

La foule a mis le feu à plusieurs bâtiments gouvernementaux et à une école protestante ; la police a tiré sur les manifestants. Au moins 18 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées. Les gens se demandent si ces manifestations ne sont pas provoquées par le  sentiment anti-indien et de leur lutte pour l'indépendance autant que par la colère provoquée par la profanation du Coran. Le journaliste Altaf Hossain a dit à la  BBC que : “la colère contre les États-Unis peut vite retomber, mais la mort de certains manifestants a fait en sorte que la haine contre l'Inde a été renforcée.”

Comme la violence dans les rues du Cachemire a augmenté ces derniers mois, les forces de sécurité indiennes sont passé à la méthode forte. Des manifestants ont été tués et plusieurs autres arrêtés. Des vidéos témoignant de répressions et de tortures similaires à celles d'Abou Ghraib, perpétrées par la police contre des détenus, ont fait leur apparition, provoquant la colère d'encore plus d'habitants.

Dans cette vidéo amateur de Kashmir Nation, les manifestants scandent des slogans pour l “Azadi” (indépendance) de l'Inde :

Les blogs indiens les plus lus semblent rester silencieux sur le sujet mais les utilisateurs de Twitter en discutent en grand nombre. Même si la plupart des tweets contenaient de la rage aveugle et des rumeurs, on y trouve aussi la voix de la raison. Voici quelques tweets montrant des réactions sur les différents aspects de la situation.

Les efforts du gouvernement indien :

@sardesairajdeep: le problème du Cachemire ne peut être résolu à Delhi. Il faut investir dans les gens de la vallée, dans leurs cœurs et esprits, aussi difficile que ça puisse être à réaliser.

@sardesairajdeep: Le premier ministre a mis 3 mois à organiser une rencontre entre tous les partis au sujet du Cachemire. Elle aurait dû avoir lieu beaucoup plus tôt.

@SachinKalbag: En soutenant la décision de l'AFSPA (Armed Forces Special Powers Act), le gouvernement a donné aux séparatistes de nouvelles preuves que la Vallée est un champ ouvert à l'anarchie.

L'armée indienne patrouille la région du Cachemire. Image de l'utilisateur de Flickr Kashmiridibber, CC BY-NC-ND

D'autres nouvelles et rumeurs sur la destruction des infrastructures :

@AdityaRajKaul: @samar11 Mon arrière grand-père a été parmi les fondateurs de l'école de Biscoe qui a été incendiée par les #séparatistes au #Cachemire

@AdityaRajKaul: Nouvelle confirmée #Cachemire Foule séparatiste a incendié le Temple Shiv @Nayi Basti à Khaanabal, Anantnag. Poste de police détruit #Taliban

@pawandurani: Révélation fracassante. Aucun temple brûlé au #Cachemire en l'absence d'une confirmation officielle. Le gouvernement censure… J'ai honte de l'attitude indienne

Aide et appels de détresse :

@polgrim: Les hôpitaux du Cachemire manquent de sang. Afin de faire des dons – banque du sang SMHS, 094-19-415373. v @FaizanAli

Réactions:

@polgrim: C'est triste de constater que beaucoup de gens des médias indiens sur Twitter ont une sens pervers de la réalité dès qu'il s'agit du Cachemire. Très triste.

@NitishaKaul: Ceux qui demandent l'Aazadi doivent s'attendre à être décrits comme plus islamistes, pro-Pakistan, violents, militants.#Cachemire #Inde

@Deshbhakta: @bdutt Quel but ou cause a servi votre chaine en ne diffusant pas les nouvelles du drapeau pakistanais brandi à Lal Chowk, dans la région indienne du Srinagar ?

@Kalkharab Koshur: O #inde ,laisse-moi te dire, tu vas te lasser d'imposer des couvre-feux mais nous n'allons pas arrêter notre combat. Tu dois partir du  #Cachemire

Sur les solutions possibles :

@smitaprakash: @ranga_chennai Je crois que personne n'est sûr de ce qui va marcher au Cachemire. Arrêter la violence est une priorité, mais répondre à leurs exigences l'est aussi.

Image sur Flickr de Kashmiridibber sous licence CC BY-NC-ND

Kashmir Blogs écrit sur l'utilisation de la religion  afin d'établir les objectifs de la sécession :

Mis à part quelques périodes d'accalmie, le cercle vicieux de la violence continue. L'armée indienne et les terroristes appuyés par le Pakistan ont joué au jeu du chat et de la souris et plusieurs habitants innocents y ont laissé leur vie.

Les partis politiques séparatistes du Cachemire sont évidemment payés par les agences [de renseignements] pakistanaises afin d'attiser la haine contre l'Inde. Ceci est la principale raison pour laquelle ils ne veulent pas de pourparlers avec le gouvernement central indien. Que font alors les séparatistes afin de s'assurer que la paix ne revienne jamais dans la vallée ?  La réponse est qu'ils sont en train d'utiliser la religion pour inciter la haine contre l'Inde sans considérer les implications d'une telle stratégie.

The Kashmir écrit que le Cachemire n'est pas un problème économique car “les indicateurs de développement de l'état ne sont pas au plus bas”. Le problème est ailleurs :

La Vallée imite le Pakistan sur deux plans. Le Pakistan demande la charité au niveau mondial en menaçant de s'auto-détruire, même si l'élite envoie ses enfants étudier à l'étranger et les pauvres Abdoul et Kassab [les petites gens] sont forcés de mourir pour la cause. La même hypocrisie est pratiquée par les leaders de la Vallée.

K.R. Surendran pense que le Cachemire a besoin d'une approche holistique :

Qui a mené cette partie de notre nation à cette impasse ? Qui l'a transformée en un perpétuel bain de sang ? Le Pakistan seul… ou les autorités de l'état ? Les autorités centrales ou tous ces facteurs combinés ?

Beaucoup de questions attendent des réponses et aucun signe de résolution de ce conflit n'est visible.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site