Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Au Cachemire, une réconciliation est-elle encore possible ?

Manifestations au Cachemire. Photo sur Flickr de Kashmiridibber. CC BY-NC-ND

Après les manifestations sanglantes qui ont eu lieu récemment dans la province du Jammu et Cachemire sous contrôle indien, le gouvernement central s'est réveillé et a envoyé une délégation parlementaire pour des négociations. La commission d'enquête de 40 membres est conduite par le Ministre de l'Intérieur et se compose de parlementaires de tous les principaux partis politiques de l'Inde. Ils ont débuté le 20 septembre leur mission de deux jours au Cachemire au milieu d'un couvre-feu prolongé et ont finalement réussi à ouvrir des pourparlers avec les chefs séparatistes, qui refusaient jusque lors de les rencontrer [les liens sont en anglais].

La blogosphère indienne a fini par s'animer sur la question du Cachemire et à discuter d'idées approfondies et des perspectives de réconciliation et de paix. Indian Political Blog reconnaît les défis pour le pouvoir :

Le gouvernement central paraît (lui aussi) totalement incapable de faire quoi que ce soit de significatif, puisqu'il ne sait pas avec qui négocier, et ne peut se contenter de lâcher (le Ministre en chef) Omar Abdullah car il n'y a guère d'alternatives.

Words from Solitude analyse les dispositions du gouvernement central indien :

Le Premier Ministre a benoîtement lancé une déclaration (disant que) le Centre serait prêt à “considérer” la demande d'autonomie dans l'Etat “si les partis politiques étaient unanimes sur la question” sachant parfaitement qu'il ne se passera rien puisque le principal parti d'opposition, le BJP, est totalement contre.

La BBC a mis en exergue des réactions de Cachemiris faisant connaître leur peur, leurs inquiétude et leur colère contre le gouvernement, et le ‘pouvoir indien illégitime et cruel’ au Cachemire. Leur rage contre l'armée indienne ne faisait aucun doute.

Toutefois, le journaliste chevronné M J Akbar met en question la position actuelle d'Omar Abdullah, consistant à accuser l'armée indienne et la loi martiale (AFSPA) :

Pour quel péché ? Aucune mort dans la présente crise n'a été le fait d'une balle de l'armée. Ces balles provenaient des fusils de la police du Jammu&Kashmir police et du CRPF (NdT : les paramilitaires). Pourquoi tout le monde préfère-t-il passer ce fait sous silence et soulever la poussière contre l'armée ?

Pourquoi l'armée indienne est-elle le coeur de cible de ceux qui veulent l'éclatement de l'Inde ? La réponse est des plus simples. La police, qu'elle soit de l'Etat ou centrale, ne peut pas défendre l'intégrité territoriale de l'Inde. Mais l'armée le peut. Il est donc de l'intérêt des sécessionnistes et de leurs mentors d'Islamabad de créer la discorde entre l'armée indienne et l'Etat Indien.

Pendant ce temps, KashmirGlobal dépeint le sentiment des Cachemiris :

Jetez une pierre, vous recevez une balle. Ce n'était pas prévu ainsi ; mais au Cachemire, si. Plus de 100 morts plus tard, il n'y a toujours pas moyen d'arrêter le plomb brûlant qui gèle le bouillant sang des Cachemiris. Combien de pères devront enterrer leurs enfants ? Combien de mères garderont un visage de pierre pour le restant de leur vie ?

Somik Raha sur Desicritics pose un nouveau regard sur la situation au Cachemire :

Dans le leitmotiv de la jeunesse cachemirie et de ses dirigeants, il semble y avoir un grand cri pour de l'espace, pour l'air frais de la non-coercition. Cette non-coercition conduira-t-elle à la liberté interne, cela est incertain, mais ce dont nous pouvons être certains, c'est que la coercition va faire disparaître toutes les chances d'arriver à la liberté. Par quoi la coercition par l'Inde est-elle justifiée ? La situation sécuritaire, vraiment ?

Aparna Pande sur Pajama's Media souligne la nécessité de la réconciliation, de la paix et de l'unité :

En tant qu'Indiens, nous nous enorgueillissons de notre laïcité et de notre démocratie. A commencer par notre Premier Ministre Nehru, nos dirigeants ont toujours insisté que le Cachemire fait partie de l'Inde — et les Cachemiris veulent faire partie de l'Inde pour ces caractéristiques mêmes. Dans la 64e année de notre indépendance, efforçons-nous d'adopter ces idéaux dans notre politique envers le Cachemire avant qu'il soit trop tard.

“Le gouvernement indien doit immédiatement lancer une action diplomatique publique pour rectifier les distorsions du récit sur le Cachemire,” rappelle Pragmatic Euphony.

Words From Solitude est plein d'espoir pour l'action de la délégation multipartite, et voici le message adressé par le blogueur aux Cachemiris :

Nous voulons croire que l'initiative aidera à rouvrir une porte presque close et qu'elle suscitera un climat de dialogue politique soutenu avec toutes les catégories dans l'Etat, du fond du coeur nous voulons exprimer notre sympathie aux familles qui ont perdu leurs proches dans les troubles récents, et étendre notre solidarité à nos frères et soeurs cachemiris. Nous les exhortons à poursuivre leurs manifestations pacifiquement. [..]

Nous voulons vous dire que nous nous sentons vraiment concernés. Nous voulons aussi lancer l'appel le plus sincère à la classe politique indienne pour qu'elle se penche sur tous les torts commis dans le passé et qu'elle les corrige.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site