Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : Une autorisation pour bloguer !

La dernière annonce [en arabe] du porte-parole du Ministère saoudien de la Culture et de l'Information, Abdulrahman Al Hazzaa, a provoqué une tempête de réactions sur les sites de médias sociaux et les blogs. Elle indiquait que tous les producteurs de contenu internet d'Arabie saoudite, y compris les blogs et les forums, devront être officiellement enregistrés auprès de l'administration. Les Saoudiens tout comme les non-Saoudiens ont contesté la nouvelle législation. Sur Twitter, la protestation avait pour hashtag #haza3, une allusion au nom de famille du haut fonctionnaire.
Voici quelques-unes de ces réactions.

Sur son blog, Crossroads Arabia, John Burgess qualifie la mesure de déterminante [en anglais] :

Autrefois, le Ministère saoudien de la culture et de l'information était en mesure de contrôler ce que les gens disaient et savaient au moyen des médias. Il les possédait en fait tous, sinon littéralement, du moins par un contrôle serré. Les nouveaux média ont rendu impossible ce niveau de contrôle, au grand regret de certains.

Sur Twitter iamsoos était navrée pour son blog :

مدونتي العزيزة أرسل لك باقات التعزية والأسى ! فأنت مخالفة .. ابتعدي عن اشارات المراقبة فأنتِ بلاتصريح #Haza3
Mon cher blog, reçois mes condoléances. Tu n'es pas autorisé !

D'autres ont opté pour le sarcasme en la matière. kabdu dit :

انا قررت إني أفتح مدونه في النت لوق , إيش الأوراق المطلوبة ؟؟ #Haza3
J'ai décidé de lancer mon propre blog sur le net, où sont les formulaires officiels que je suis sensé remplir ?

et Fouad Alfarhan de renchérir :

من يسجل مدونته ومعلوماته عند وزارة الإعلام اختياريا كما قالوا هو مثل من يبلغ وزارة المياه بجدول أوقات استحمامه #Haza3
Ceux qui enregistrent facultativement leurs blogs et renseignements auprès du Ministère de l'Information comme ils disent, devraient aussi déclarer l'heure de leurs douches au Ministère de l'Eau

Abdulaziz Fagih propose une nouvelle loi :

نطمح من الدولة بأصدار خطة مستقبلية لجعل دخول الحمامات بتصريح رسمي أو مرسوم ملكي لحامله #KSA #Haza3
Nous voulons que le gouvernement produise un futur plan pour qu'aller aux toilettes ne soit autorisé qu'après en avoir obtenu l'ordre officiel ou royal

De nombreux blogueurs, en outre, ne décolèrent pas depuis cette annonce. La blogueuse Saudi Women (‘Femmes saoudiennes’) s'interroge sur la liberté d'expression des Saoudiens [en anglais] :

Nos libertés ne sont-elles pas assez tenues en lisière ? Me faudra-t-il une autorisation écrite de mon gardien pour continuer ce blog ? Est-ce qu'il me faut aussi un papier du travail ? Dois-je faire tout vérifier par le ministère avant de mettre en ligne ? Et si, au lieu de bloguer, les blogueurs écrivaient exactement les mêmes choses dans les prochains Tweets et sur leurs statuts Facebook, qu'est-ce qu'ils feront ? Sommes nous supposés enregistrer aussi nos comptes Facebook et Twitter ?

De même, Sultan Aljumairy exprime son trouble dans un billet de blog furieux :

إلى أي نقطة تاريخية يراد بنا أن نعود ! حتى الكلام كثير علينا !
Jusqu'à quel stade de l'histoire veulent-ils nous faire régresser ? Même nous exprimer est de trop maintenant

Effet de cette lame de fond, le lendemain M. Al-Hazzaa démentait [en arabe] qu'il y aurait la moindre forme d'enregistrement requis des blogueurs et possesseurs de forums, précisant que la nouvelle réglementation ne s'appliquerait qu'aux journaux électroniques. Le ministère affirme que le porte-parole Al Hazzaa a été mal compris [en anglais].

Le démenti a engendré des réactions sur les nouveaux média et leur efficacité sur les agents publics.

Fawaz Saad souligne la puissance acquise par Twitter :

تراجع سريع! تويتر صار يخوف #NewE3lam #haza3
Prompte reculade ! Twitter donne le frisson

Mais d'autres se sont étonnés que le démenti provienne de la presse étrangère.

Samar Almoossa dit :

#Haza3 استغربت أن يأتي النفي من وكالة الأنباء الفرنسية ، ليس لدينا وكالة أنباء وقنوات ؟ آم الرسالة عالمية ولا شأن للشعب فيها ؟
J'ai été surpris que le démenti vienne de l'AFP, nous n'avons donc pas d'agences de presse locales ? Ou ceci est un message international avec lequel nous citoyens n'avons rien à voir ?

Et pour conclure, Alfarhan suggère une faille pour les journaux électroniques :

لو كنت صاحب صحيفة إلكترونية لأعدت تقديمها على أنها مدونة جماعية تهرباً من طلب التصريح #Haza3
Si je possédais un journal électronique, je l'aurais présenté comme un blog collectif pour esquiver la demande d'autorisation

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site