Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Tibétains en exil protestent contre la confiscation par le Népal de leurs urnes électorales

Manifestation pro-Tibet Protests à New York. Photo Dickyi Deshitsang, avec sa permission

[liens en anglais] Les Tibétains en colère du monde entier condamnent l'action du Népal qui a empêché leurs élections en confisquant leurs urnes, en manifestant devant les consulats népalais. A New York, malgré la pluie, ils ont déployé des banderoles et scandé, “Chine, respect de la démocratie au Népal !,” et “Népal, rendez nous nos urnes maintenant.”

Hier 3 octobre, le Gouvernement Tibétain en exil tenait des primaires où les Tibétains du monde entier étaient appelés à désigner les candidats au poste de Premier Ministre [Kalyon Tripa]. Les autorités népalaises furent informées très à l'avance, comme par le passé, mais apparemment aucune objection ne fut soulevée.

Mais hier, alors que le scrutin se déroulait sans anicroche partout ailleurs, ce n'est qu'au Népal que des policiers armés (en tenue anti-émeute) ont pris d'assaut les bureaux de vote à travers Kathmandou et confisqué les urnes contenant des centaines de bulletins de vote tibétains.

Descente de la police népalaise sur le bureau de vote de Boudha. photo sur Flickr de tmgonzalez. CC BY-NC-SA.

L'utilisateur Flickr tmgonzalez publiait hier son reportage, accompagné d'une photo à basse résolution (ci-dessus) :

La police a dressé un périmètre à l'extérieur du bureau de vote en début d'après-midi. [..] A 16h30 heure locale les forces de police népalaise armées, en une action coordonnée, ont pénétré de force dans les trois lieux de vote pour l'élection présidentielle du Gouvernement Tibétain en exil et ont volé les urnes.

Les séquences de Radio free Asia des policiers en armes népalais saisissant les urnes du vote ont fait le tour d'Internet hier, conduisant les Tibétains en colère à se mobiliser et à appeler à l'action.

Selon un communiqué de presse publié par Students For a Free Tibet, (SFT, ‘Etudiants pour un Tibet libre’), un groupe militant, “les Tibétains au Népal participent depuis des décennies, sans entraves, au processus démocratique tibétain, et devraient être autorisés à continuer. Sous la direction du Dalaï Lama, les Tibétains ont constitué un système démocratique en exil qui représente leur engagement à maintenir les droits et libertés démocratiques déniés aux Tibétains vivant au Tibet sous occupation chinoise.”

Tenzin Dorjee, cadre dirigeant de SFT a déclaré, “Le mauvais traitement des Tibétains par le gouvernement du Népal est une vilaine tache sur la réputation d'un pays qui offre depuis des décennies un abri sûr aux réfugiés tibétains.”

Mikel Dunham, auteur des “Guerriers de Bouddha” – un livre sur le soulèvement tibétain et l'implication de la CIA, a écrit sur son blog du Népal:

Apparemment, tout ce que la Chine doit faire pour arriver à ses fins au Népal en ce moment, c'est de composer le numéro abrégé du ministre de l'intérieur népalais Bhim Rawal, et le problème supposé sera éliminé. C'est ce qui s'est passé dimanche, lorsque le grand voisin du Nord a fait pression sur le gouvernement en difficulté pour perturber l'élection pacifique tenue par les réfugiés tibétains.

Il poursuit :

Où est l'affirmation des droits humains fondamentaux dus à chaque individu au Népal dans ce genre d'opération de coulisses ?…..L'ironie de l'histoire est que, au moment où le gouvernement népalais n'est pas capable de mener à bien une élection fructueuse pour son propre premier ministre (neuf échecs ces deux derniers mois !) les Tibétains, qui ont mené une élection calme et régulière (sans financements ni pouvoir bureaucratique), parviendront sans doute à la désignation d'un nouveau premier ministre tibétain – avec ou sans les urnes raflées par les autorités népalaises sur ordre de Pékin. Le contraste est aussi manifeste qu'indigne.

D'autant plus indigne que, le mois dernier, il a été rapporté que le leader maoïste Krishna Bahadur Mahara a été enregistré alors qu'il demandait à un responsable chinois 500 millions de roupies népalaises à distribuer aux députés des autres partis pour acheter leurs voix dans l'élection du Premier Ministre (népalais).

Au billet de blog de Mikel intitulé : “Maoïstes du Népal : Danse avec la Chine,” un Tibétain nommé Tenzin Yonten a réagi :

C'est la descente du Népal aux enfers…..menée par ces Maoïstes.

Le gouvernement tibétain en exil en Inde a tenu des élections finales pacifiques. Photo sur Flickr de TalkMediaNews. CC BY-NC-SA

Et sur Phayul, le site d'information en ligne tibétain, un Tibétain du nom de Tibtopman a écrit :

Le régime chinois a prêté la main aux maoïstes népalais depuis leur apparition, c'est pourquoi ils ont pu accéder au pouvoir politique. [..] L'implication du régime chinois dans la politique népalaise est comme un poison à action lente pour la paix et l'harmonie  du peuple népalais ! […] En réalité les Maoïstes vendent la souveraineté du peuple népalais au régime autocratique chinois, quel crime peut être plus grave que de mettre en danger la souveraineté du Népal et les vies de milliers de Népalais innocents ?

Billk de Melbourne, en Australie, a commenté le billet de Phayul à propos de la perturbation des élections :

Des amis chinois loyaux au régime m'ont fait remarquer que la Chine est une généreuse donatrice pour les pays pauvres dans le monde. Mais ses largesses s'accompagnent d'une multitude de conditions, surtout pour les pays voisins, comme le Népal. Ceci serait encore un acte de plus exigé par Pékin pour faire la preuve de la gratitude du Népal pour l'”amitié” de la Chine.

Et Die4Tibet, aux Etats-Unis,  a ajouté ce commentaire :

Au Comité des réfugiés de l'ONU et aux organisations d'aide aux réfugiés, à l'Office du Tibet, aux associations tibétaines, à ceux qui soutiennent le Tibet et la démocratie dans le monde entier, nous vous appelons instamment à faire pression sur le gouvernement népalais pour qu'il ne renouvelle plus ce genre de brimade contre les malheureux réfugiés tibétains !! Ceci est un camouflet pour le système démocratique dans son ensemble ! Je me demande seulement combien d'argent les responsables népalais ont reçu pour voler ces urnes !!!! Invraisemblable !

Et qu'en disent les Népalais mêmes ? Apparemment impuissants, et écoeurés des Maoïstes, des Népalais se sont tournés vers facebook où ils ont lancé un groupe “Nous vous haïssons Prachanda” ; le titre résume parfaitement leur sentiment.

La photo de la vignette, de manifestations pro-Tibet à New York a été prise par Tenzin Dorjee et utilisée avec sa permission.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site