Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : La rencontre des blogueurs avec l'ambassadeur d'Iran tait les sujets sensibles

La rencontre des plus importants blogueurs de Russie avec l'ambassadeur d'Iran à Moscou trois jours après la condamnation à 19 ans et demi de prison de Hossein Derakhshan pour “propagande anti-gouvernementale” a mis en lumière les maladresses de la diplomatie internet iranienne en Russie, tout comme le mercantilisme et le cynisme excessif de certains des blogueurs populaires russes [en anglais].

Le 30 septembre 2010, les utilisateurs LJ tema, nl, sergeydolya et quelques autres se sont rendus à l'ambade iranienne pour rencontrer des “blogueurs iraniens” : l'ambassadeur Seyed Mahmoud-Reza Sajjadi (l'utilisateur LJ sajjadi [en russe]) et Pavla Ripinskaya (alias pashili), auteur du livre “Incroyables Iraniens.” Sergey Dolya, un blogueur voyageur et patron de médias sociaux, a publié cette entrée enthousiaste [en russe]:

Обед длился пару часов. По-русски посол господин Реза Саджджади не говорит и общался через переводчика. Вначале он рассказал нам краткую историю своей страны…

[…]

Потом мы позадавали вопросы. Похоже, что так же как и о Ливане, у нас неправильное мнение об Иране. Люди там добрые, открытые и гостеприимные. В общем, надо ехать и проверять. Господин Посол обещал помочь с визой.

В целом, встреча прошла очень позитивно. Много шутили, мороженое в конце поели. Посол подарил нам по 2 коробки фисташек (реально вкусные оказались, сладенькие) и книжку на русском языке в палец толщиной о том, как устроена политическая система Ирана. Могу одолжить почитать интересующимся.

Le dîner a duré une paire d'heures. L'ambassadeur, M. Reza Sajjadi, ne parle pas russe et communiquait avec nous par l'intermédiaire d'un interprète [son blog est pourtant en russe]. Pour commencer, il nous a raconté une brève histoire de son pays… […]

Ensuite, nous avons posé des questions. Il semble que, comme pour le Liban, notre opinion de l'Iran soit fausse. Les gens là-bas sont gentils, ouverts et hospitaliers. En général, il faut vérifier sur place. L'ambassadeur a promis son aide pour les visas.

Dans l'ensemble, la rencontre s'est passée de façon très positive. Nous avons beaucoup plaisanté, avons mangé de la glace à la fin. L'ambassadeur nous a offert deux boîtes de pistaches (elles étaient vraiment délicieuses, sucrées) et un livret en russe, épais comme le doigt, sur le système politique iranien. Je peux le prêter à ceux qui sont intéressés.

Le blogueur Norvezhskiy Lesnoy, lui aussi, a manié une langue de bois digne d'un journal soviétique [en russe] :

В ходе беседы блоггеры обсудили перспективы развития российско-иранских отношений на современном этапе, обменялись мнениями по ряду актуальных вопросов международной повестки дня. Стороны выразили удовлетворение динамичным развитием отношений между блоггерами двух стран, подчеркнув взаимную заинтересованность в их укреплении на благо дружественных народов России и Ирана.

Au cours de la conversation, les blogueurs ont discuté des perspectives d'évolution des relations russo-iraniennes au stade actuel et échangé des vues sur une série de questions internationales à l'ordre du jour. Les deux parties ont exprimé leur satisfaction devant un développement aussi dynamique des relations entre les blogueurs des deux pays, soulignant l'intérêt mutuel de les renforcer pour le bien des nations amies russe et iranienne.

La date de la rencontre laisse à penser qu'il s'agissait d'une tentative iranienne de réparer l'image de l'Iran aux yeux de la blogosphère russe. Aucun des autres blogueurs ayant assisté à la rencontre n'a écrit à son sujet. Par la suite, Sergueï Dolya a refusé de répondre aux commentaires sur les droits de l'homme en Iran. Le cynisme des blogueurs qui ont accepté d'assister à une telle manifestation de “diplomatie internet” (et mieux encore, ont ensuite écrit à son sujet), alors qu'un blogueur iranien venait d'écoper de la punition la plus sévère de tous les temps, a fait sortir de ses gonds [en russe] Denis Loktev, un journaliste de télévision :

Российские блогеры радуются как дети, когда их приглашают посидеть за одним столом с послом Ирана, развешивают там уши лопухами под рассказы о достоинствах иранской политической системы, уходят осчастливленные пакетиком сладеньких фисташек и принимаются рассказывать благодарным слушателям, как же они раньше ошибались насчёт Ирана и какая же это на самом деле замечательная страна: http://sergeydolya.livejournal.com/219995.html

О том, почему в Иране их коллег-блогеров бросают умирать в тюрьме за критику режима, любители халявных фисташек как-то не поинтересовались.

Какой позор.

Les blogueurs russes sont heureux comme des enfants quand ils sont invités à s'asseoir à la même table que l'ambassadeur d'Iran, ils écoutent avidement des histoires sur les avantages du système politique iranien, ils s'en vont, ravis d'avoir reçu en cadeau une petite boîte de pistaches au sucre et entreprennent de raconter à leur auditoire reconnaissant comment ils se sont trompés jusqu'alors sur l'Iran et quel merveilleux pays c'est en réalité : [lien vers le billet de Dolya]

Pourquoi, en Iran, leurs collègues blogueurs sont jetés en prison pour y mourir à cause de leur critiques du régime, voilà qui n'a nullement intéressé ces amateurs de pistaches à l'oeil.

Quelle infamie.

Un autre blogueur à large audience, l'utilisateur LJ drugoi, ne savait pas non plus [en russe] comment interpréter le fait que des blogueurs comptant des milliers d'”amis” assistent à ce genre de rencontre sans poser de questions sur la situation dans la blogosphère dans le pays.

L'utilisateur LJ sumlenny a expliqué [en russe] :

кстати, этот постинг Доли отлично показывает, почему все надежды на то, что блоггеры-де контролируют власть, концерны и пр. лучше СМИ – это достаточно нелепые надежды. Блоггеры – такие же нелюбопытные, манипулируемые и пр. люди, плюс к этому они не имеют даже тех небольших моральных и профессиональных тормозов, которые имеют журналисты даже в самых несвободных СМИ. Случаи успешного контроля со стороны блоггеров за властями и пр. скорее стоит отнести на случай невероятну удачных совпадений.

D'ailleurs, ce billet de Dolya montre bien pourquoi tous les espoirs que les blogueurs contrôlent le pouvoir et les grands groupes mieux que les mass média – sont des espoirs assez ineptes. Les blogueurs sont pareils – pas curieux, faciles à manipuler, etc. De plus, ils n'ont même pas ces petits freins moraux et professionnels qu'ont les journalistes même dans les mass média les moins libres. Les cas de contrôle réussi des autorités par les blogueurs relèvent plutôt d'un heureux et rare concours de circonstances.

Dans une autre discussion, le blogueur iratus a écrit [en russe] :

Самое неприятное в этих людях, это то что у них нет никакой позиции. […]

Неужели вы правда ждали от этих людей неудобных вопросов г-ну послу? […] Им все равно рядом с каким флагом фотографироваться, лишь бы рейтинг не падал. А то в будущем перестанут на халявные мероприятия звать и билеты на самолеты и отели оплачивать.

Le pire chez ces gens, c'est qu'ils n'ont aucune position. […]

Vous attendiez-vous vraiment à ce qu'ils posent à l'ambassadeur des questions gênantes ? […] Ça leur est égal à côté de quel drapeau ils sont photographiés, pourvu que leur classement ne baisse pas. Parce que si c'est le cas, personne ne les invitera plus à l'avenir à des manifestations gratuites ni ne leur paiera avions et hôtels.

La blogosphère russe, presque comme la société russe, est hiérarchisée. LiveJournal, avec son système d'”amis” et le classement établi sur cette base [en russe], représente l'un des mécanismes de création d'une telle hiérarchie dans l'espace virtuel. Le système hiérarchique explique probablement pourquoi LiveJournal a eu autant de succès chez les blogueurs russes.

Le nombre d'amis, ainsi que de liens et commentaires mutuels, affectent le classement LiveJournal du blogueur. La popularité s'obtient en partie naturellement, en partie à l'aide de diverses techniques pour “arranger” le classement (par exemple, lorsqu'un groupe de blogueurs moins populaires commentent les billets de confrères qui le sont plus). Plus il y a de commentaires et de liens, plus le “top blogueur” monte dans le classement. Dès que le “top blogueur” parvient au Top 50, il/elle commence à recevoir des propositions d'agences de communication et d'entreprises d'écrire sur leurs produits. Certaines agences de communication ont leur propre réseau de blogueurs qui promeuvent leurs produits, services ou même leurs messages politiques.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site