Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : le fleuve Lerma est en train de mourir

[Liens en espagnol ou en anglais] Le fleuve Lerma Santiago (communément appelé “Rio Lerma”) est le deuxième plus long fleuve du Mexique. Il est aussi une source d'eau potable pour la capitale et la partie centrale du pays.  Aux 17ème et 18ème siècles, de grandes haciendas furent établies le long de ce fleuve. Malheureusement, aujourd'hui, ce fleuve est en train de mourir.

Irrémédiablement contaminé par un nombre considérable de sources de pollution (comme les usines), des millions de dollars ont été dépensés pour tenter de le faire revivre et de le nettoyer, sans beaucoup de succès.

Le blog agendahidalguense [en espagnol] cite le président mexicain Felipe Calderón lorsqu'il parlait de la nécessité de devenir un pays où la dépollution de l'eau était une priorité à inscrire à l'ordre du jour national :

Schuldes Dávila recordó que desde el 26 de marzo del presente año, el Lic. Felipe Calderón Hinojosa, hizo un llamado a todos los actores a involucrarse en el uso, manejo y preservación del recurso agua, para que juntos construyamos esta Agenda del Agua, que sin duda marcara la historia de nuestro país, mencionó que es necesario alcanzar un México limpio, donde el 100 por ciento de las aguas residuales sean tratadas. Un México donde toda la población,  disponga de agua potable. Un México responsable con el medio ambiente, que preserve el equilibrio, no sólo de los acuíferos, sino de sistemas y microsistemas ambientales completos.

Schulden Davila a rappelé que depuis le 26 mars de cette année, Felipe Calderon Hinojosa a appelé tous les acteurs à s'engager dans l'utilisation rationnelle, la gestion et la préservation des ressources en eau et à élaborer un Programme de l'eau, lequel marquera indubitablement l'histoire de notre pays. Il a aussi mentionné qu'il est nécessaire d'arriver à un Mexique propre, où 100% de l'eau utilisée est retraitée. Un Mexique où la totalité de la population a accès à l'eau potable. Un Mexique responsable envers l'environnement, où nous préservons l'équilibre non seulement des aquifères, mais aussi des systèmes et micro systèmes écologiques.
Image by Flickr user Gobierno Federal, used under an Attribution-NonCommercial 2.0 Generic Creaative Commons license

Le Président Felipe Calderón durant la conférence Water Agenda 2030. Image sur Flickr du gouvernement fédéral mexicain, utilisée sous licence CC


Pollution

Selon l'article  “Pas de fonds pour le bassin du fleuve agonisant”, écrit par Patricia Vega Villavicencio et publié sur le site internet d'actualités ISP, d'importantes sommes d'argent ont été dépensées pour le nettoyage du fleuve, avec peu de résultats :

Durant les 16 dernières années, le gouvernement local de l'état de Mexico, qui borde le district fédéral de Mexico City, a dépensé 714 millions de dollars en usines de traitement des eaux usées et a seulement réussi à nettoyer 27% des 125 kilomètres du cours du Lerma  qui traversent l'état.

Il est bien connu de la population locale que le fleuve est pollué par d'importantes industries et usines dans la même zone (de viande, de produits laitiers, de boissons, de pâte à papier, d’ articles en cuir, de produits pétrochimiques et chimiques) qui rejettent leurs déchets dans le fleuve. Plus loin dans son article, Patricia Vega Villavicencio continue :

Il semble n'y avoir aucune perspective de cessation des hostilités sur le fleuve Lerma. Les écologistes ont calculé que 90% de ses eaux sont contaminées et ils prédisent qu'aucun rétablissement ne sera possible, à moins de changer de stratégies.

Jim & Carole's Mexico Adventure explique :

Pendant de nombreuses années,  l'eau du Lerma a été pompée en amont à des fins agricoles. Il a été aussi le réceptacle de grandes quantités de polluants industriels en provenance des usines le long de son cours, tout autant que du ruissellement des produits chimiques agricoles.

Le blog Cazador de la Verdad (Chasseur de vérité) a publié deux vidéos illustrant les effets de la pollution sur le fleuve.

Conséquences

La pollution du fleuve Lerma coûte un prix élevé, qui n'est même pas chiffrable car plusieurs publications ont rapporté que la santé des riverains a aussi été  affectée.

En 2007, la blogueuse Kristan Taylor du blog Toluca Gringa avait partagé ses visites personnelles au fleuve:

Je l'avais senti avant, je le sens à chaque fois que je passe pour aller à  Mexico City. C'est surtout épouvantable la nuit, lorsque les usines déversent leurs déchets dans l'eau sans ciller. Merci, Nestlé. Le chocolat en poudre est plutôt criminel. Bon et maintenant? J'y suis allée au grand jour récemment. En moins de 10 minutes, j'ai senti une curieuse brûlure au fond de ma gorge. Ce n'est pas une plaisanterie. Mes yeux m'ont piqué pendant deux heures après que je sois partie.  Il n'y a rien dans l'eau. Rien de vivant, du moins, à l'exception d'une souche mutante de quelque chose qui peut survivre à l'eau, cloquée, et dont la surface m'a rappelée ma peau la dernière fois où j'ai eu une brûlure au 3ème degré.

Le journal mexicain  El Sur ( Le Sud) a publié un article où il confirme qu'il y a eu “une augmentation visible de décès causés par le cancer”, liée à la pollution dans le fleuve Lerma.

Dans un autre  journal, La Jornada de Michoacan,  Celic Mendoza a écrit :

Varios niños que viven en la cuenca, han presentado diversos cánceres como leucemia a consecuencia de la contaminación del afluente.

Il y a eu des cas de cancer (leucémie) chez les enfants, à la suite de la pollution causée par des industries qui  déversent des substances toxiques dans le fleuve.

Le chercheur Jeff Conant a écrit un article publié par le journal Earth Island où il raconte une tragique histoire :

En janvier  2008, un garçon de 8 ans du nom de Miguel Angel Lopez Rocha est tombé dans le fleuve Santiago près des chutes de El Salto. Le garçon fut secouru immédiatement, mais deux jours après, il était tombé malade. Dix-neuf jours plus tard, il était mort.  Un rapport médical a dit que la cause du décès était la septicémie, un terme général pour une infection du sang. Une deuxième autopsie a indiqué un empoisonnement aux métaux lourds ; l'arsenic dans le sang de  Miguel Angel  était 10 fois supérieur à la dose mortelle. La mort  du garçon a provoqué un choc et a provoqué un regain d'attention pour l'une des pires catastrophes écologiques du Mexique.

Les humains ne sont pas les seules victimes, comme La Jornada le rapporte dans un autre article :

Miles de peces murieron en el río Lerma, a la altura de la comunidad Cuatro Milpas, debido a la severa contaminación que padece el afluente, señalaron grupos ambientalistas, mientras que autoridades municipales, estatales y federales sostuvieron que el fenómeno se debió a “un fenómeno natural, a consecuencia de la falta de oxigenación”.

Des milliers de poissons sont morts dans le fleuve Lerma, au niveau de la commune de Cuatro Milpas ,en raison de la grave pollution subie par l'affluent, comme l'ont indiqué des associations écologistes. Les autorités municipales et régionales ont affirmé que le phénomène était dû à “un phénomène naturel, la conséquence d'un manque d'oxygène”.

Enfin, cette vidéo sur  YouTube  mise en ligne par l'utilisateur natitachulita montre l'état actuel du fleuve  Lerma . Elle s'appelle  “Agua para Llorar”, ce qui signifie “De l'eau pour pleurer.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site