Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Méchant Facebook, méchant

[liens en arabe sauf mention contraire] La semaine dernière, le talk show quotidien Misr El-Naharda (L'Egypte aujourd'hui), qui est diffusé sur la chaine publique égyptienne Al-Masreya, abordait le sujet de Facebook et de son effet sur la société égyptienne.

Zeinobia parle de cette émission sur son blog [en anglais], et raconte comment les discussions étaient principalement des attaques contre Facebook.

L'émission de la télévision publique Misr El-Naharda qui discutait des avantages et des inconvénients de Facebook s'est concentrée sur les aspects négatifs du réseau social, le présentant comme un démon qui allait détruire la société égyptienne.

L'émission est devenue la risée de la blogosphère égyptienne alors que la présentatrice, Mona El Sharkawy, et ses deux invités Nadia Radwan et Gamal Moukhtar tenaient des propos trompeurs – et même drôles. L'émission a été enregistrée et publiée sur YouTube et des blogueurs comme Aam Mina ont publié les citations les plus drôles sur leurs blogs [en arabe].

مني الشرقاوي: الفيسبوك طبعا تبع شركة جوجل العالمية وهو حجرة من حجيرات شركة جوجل.
نادية رضوان: فيه بردو موقع “مي بليس” شبيه ليه.

مني الشرقاوي: احنا بقينا جواسيس لبلدنا.. بنفضح بلدنا.
مني الشرقاوي: الحمدلله ان استخدام الانترنت لسة محدود
Mona El Sharkawy : Il est certain que Facebook appartient à Google. C'est en fait un satellite de Google.
Nadia Radwan : Il y a aussi “My Place”, qui est un site très similaire.

Mona El Sharkawy : Nous sommes maintenant devenus des espions qui espionnent leur propre pays.
Mona El Sharkawy : Grâce à Dieu, la pénétration d'internet en Egypte est encore limitée.

UltimateServ raconte aussi sur Twitter comment l'animatrice avait fait une émission sur Facebook alors qu'elle n'avait jamais utilisé le site.

مش عيب ان منى الشرقاوي تعمل حلقة عن الفيس بوك وتقول انا مفكرتش اشترك فيه أصلاً هو دا الإعلام الرسمي بتاعنا؟ منهم لله
N'est-ce pas une honte que Mona El Sharkawy fasse une émission sur Facebook, et ensuite déclare qu'elle n'avait jamais pensé à s'y inscrire ? Voilà comment fonctionne la télévision publique. Que Dieu les punisse pour ça.

Après l'émission, de nombreux blogueurs ont commencé à penser que c'était une initiative du gouvernement pour dissuader les gens d'utiliser Facebook, avant de bloquer le site, spécialement après les récents développements dans les média égyptiens traditionnels et sociaux [en anglais]. D'autres blogueurs se sont même demandé si le gouvernement n'envisageait pas de créer un réseau social alternatif qu'il pourrait contrôler. Zeinobia développe cette idée sur son blog.

Ce segment a créé beaucoup d'inquiétude et de spéculations au point qu'il y avait une rumeur aujourd'hui que Link Dot Net [en anglais] présentait une étude au gouvernement pour une alternative à Facebook, une rumeur qui a pris une telle ampleur sur internet que Link Dot Net l'a officiellement démentie, ce qui était très intelligent de leur part [en anglais].

Amira Al Tahawi écrit sur son blog que des Facebook alternatifs à tendance sectaire existent déjà en Egypte.

عندنا اكاونتات ع الفايس بوك القبطي والاخواني والمصري . خلي الحكومة بقى تعمل فيسبوكها
J'ai des comptes sur Coptic Facebook, Ikhwan Facebook, et Egypt Facebook [en anglais et arabe]. Laissez le gouvernement créer son propre Facebook.

Et pour conclure, le ministère égyptien des communications et des technologies de l'information a démenti toutes les rumeurs de blocage de Facebook. Cela n'a cependant pas arrêté  le flot de  moqueries sur Twitter à l'idée de voir le gouvernement créer une alternative à Facebook et d'imaginer à quoi il pourrait ressembler. [en anglais et arabe].

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site