Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Israël : Le serment de loyauté controversé qui sape la démocratie

La semaine dernière, le cabinet israélien a approuvé par 22 voix contre 8 la proposition de réforme de la loi de citoyenneté israélienne, qui exigerait de tous les candidats à la citoyenneté de prêter allégeance à Israël comme “Etat juif et démocratique.” Pour acquérir force de loi, elle doit franchir trois votes à la Knesset dans les mois qui viennent.

Les tentatives pour instaurer la reconnaissance du caractère exclusivement juif d'Israël sont lourdement controversées, particulièrement chez les Arabes israéliens, qui représentent un cinquième de la population du pays. Certains clament que Bibi Netanyahu fait directement le jeu d'Avigdor Lieberman et de la doctrine de son parti nationaliste. Une autre logique est de dire “nous devons exiger de nous-mêmes ce qu'Israël demande aux autres de reconnaître”, une allusion à l’exigence d'Israël vis à vis des Palestiniens de le reconnaître comme un Etat-nation juif. La présidente de Kadima Tzipi Livni a condamné l'approbation par le cabinet, la qualifiant de “politique dans ce qu'il y a se pire” et de “maquignonnage politique” [Ces liens sont en anglais].

Dans un billet de blog sur la question, Orit Kamir rappelle [en hébreu] que de telles lois étaient jusque là prohibées :

Il y a des pays démocratiques qui requièrent un serment de loyauté des nouveaux citoyens : les immigrants qui demandent la nationalité. Et il y en a qui exigent des nouveaux citoyens qu'ils apprennent leur culture, histoire et langue. Ce sont des exigences justes et souhaitées. L'Etat d'Israël ne le fait pas, parce qu'il accorde la citoyenneté automatique aux Juifs, sans leur rien demander d'autre que leur religion.

Rappel historique : dans les années 80, Meir Kahana s'en prenait à la déclaration de l'Etat, exigeant l'abrogation de la section proclamant l'égalité (‘l'Etat de tous les citoyens’), pour ne garder qu'une déclaration sioniste, religieuse et non-démocratique. Son parti fut interdit, et lui, publiquement condamné. Que s'est-il passé, pour que 20 ans après nous ne voyions pas le danger latent précisément dans cette disposition ?

Le groupe Facebook ci-dessous [en hébreu] réunit des Israéliens pour manifester contre la loi. Ci après, extraits de la discussion entre membres israéliens de ce groupe et opposants :

Dean Michaely écrit :

Vous, vous n'acceptez pas Israël comme un Etat juif et démocratique ? Vous n'acceptez pas la déclaration d'indépendance israélienne ? Alors allez-vous en d'ici.
Parce que tout ce que nous faisons, comme tous les pays du monde, surtout un pays dans une situation aussi critique que le nôtre, c'est d'exiger un serment de loyauté de nos citoyens. La raison est simple – les gens reçoivent la citoyenneté ici puis se font exploser ou tirent en public, et proclament qu'ils n'acceptent pas le droit de ce pays à l'existence. Ce que nous pouvons y faire, c'est un filtrage initial, au profit de l'acceptation de notre pays et de sa nature – juive et démocratique.

Barak Granot ajoute, sarcastique  :

C'était quand la dernière fois que vous avez vu quelqu'un exploser ou tirer ici ? Baruch Goldstein, ça fait longtemps. Et le Rabbi Uzi Meshulam, aussi. Vous voulez peut-être parler des gangs de la pègre qui font exploser des voitures ? Ou bien d'Eden Natan Zadeh qui a ouvert le feu dans une agglomération arabo-israélienne ? Minute… mais ils sont tous des citoyens israéliens à part entière. Alors qu'est-ce que vous réclamez au juste ?

Daniel Oz d'ajouter :

C'est Bibi & Lieberman qui n'acceptent pas Israël comme juif et démocratique, sinon ils ne proposeraient pas cette loi fasciste, qui exprime un manque de confiance dans la nature juive d'Israël et est, en réalité, une tentative d'annuler la démocratie dans le but de promouvoir une population national-raciale juive.

Ziv Gur-arye écrit :

Nous avons un pays dont beaucoup de gens (pas seulement les Arabes) ne le reconnaissent pas et sont loyaux envers les ennemis actuels de l'Etat (mais nous serions enchantés si dans le futur ils changeaient d'attitude, bien que les chances soient minces vu la mainmise totale du Hamas à Gaza).
Seuls ceux qui se sentent Israéliens devraient vivre ici. L'Etat de Palestine naîtra dans le futur, et c'est là que vivront tous ceux qui se sentent Palestiniens. Aux USA et dans les autres pays les gens doivent déclarer leur loyauté à l'Etat. Pourquoi y a-t-il des extrémistes qui sont contre cette proposition ?
Si on est vraiment dévoué au maintien de la démocratie, il faut respecter le serment et exiger de l'appliquer à chaque citoyen israélien, quel qu'en soit le sexe ou la race.

Dean publie une réponse complémentaire :

Barak, tu as tort sur beaucoup de points. Israël a été donné aux Juifs et la Palestine aux Palestiniens. La raison pour laquelle les Arabes restent ici, c'est que les allocations publiques sont excellentes, bien plus élevées que ce qu'ils recevraient dans n'importe quel autre pays arabe.

Daniel Oz – ceci n'est pas une proposition de loi fasciste. Cela existe dans beaucoup d'autres pays qui ne sont pas fascistes. Ceci est un pays démocratique, juif – et pas démocratique musulman. Telle est la nature du pays, que cela nous plaise ou non.

Et à propos, la proposition a été votée démocratiquement, tout comme l'annulation de la constitution turque… Il faut féliciter Bibi pour la nature démocratique de cette proposition.

Et voici deux messages sur Twitter :

assiazar écrit :

Sans loyauté, pas de citoyenneté. Nous paierons pour cette phrase.

Irwunsch retweete une entrée de sethacohen33:

Je ne veux pas me disputer, mais les USA ont un serment de loyauté, la France aussi. La plupart des pays occidentaux ont un serment de fidélité. Pourquoi pas Israël ?

Bradley Burston compile une liste d’actions à entreprendre pour aider à stopper la loi [en anglais] :

La loi doit avoir le soutien du Likoud [27 sièges] et des Travaillistes [13] pour passer. Ecrivez au Premier Ministre et président du Likoud Benjamin Netanyahu et au Ministre de la défense et président du parti Travailliste Ehud Barak pour les exhorter à empêcher l'adoption du projet de loi. Les adresses e-mail individuelles de tous les députés à la Knesset du Likoud peuvent être obtenues en cliquant sur leurs noms sur le site internet de la Knesset. Les députés-ténors du Likoud Benny Begin, Dan Meridor et Michael Eitan, tout comme le président de la Knesset Reuven Rivlin se sont déjà prononcé vigoureusement contre le serment de loyauté. On croit savoir que les autres ont de sérieuses réserves, et peuvent être persuadés de s'abstenir ou de travailler à empêcher le projet de loi d'atteindre le bureau de la Knesset.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site