Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Grèce : Des réfugiés iraniens en grève de la faim

Vingt-cinq réfugiés iraniens ont commencé le 14 octobre une grève de la faim à Athènes, pour réclamer que les autorités grecques traitent leurs demandes d'asile politique. Certains se sont cousu la bouche [en anglais].

Une déclaration du groupe iranien indique qu'après avoir manifesté dans le calme depuis plus de 44 jours devant les Propylées d'Athènes sans obtenir de réponse, ils avaient décidé de commencer une grève de la faim [en grec]. Ils se sont dits menacés par les autorités locales, qui veulent leur faire cesser leur protestation publique.

Selon un article sur Antiracismfacism.org, Petros Konstantinou, candidat anti-capitaliste à la mairie, a aussi vu du personnel de l'ambassade iranienne tenter de harceler les manifestants et prendre des photos [en grec].

Les demandeurs d'asile et leurs soutiens ont diffusé leur message sur YouTube. Il n'y a eu pratiquement aucune couverture de la grève de la faim dans les médias généraux, mais les mouvements militants locaux et les médias en ligne se sont solidarisés (l'affiche ci-contre annonce un concert de soutien).

La police municipale grecque s'en prend aux grévistes de la faim

Cette vidéo du 17 octobre montre le comportement agressif des policiers municipaux grecs envers les Iraniens.

Un demandeur d'asile hospitalisé

L'un des demandeurs d'asile, Masoud Faramarzi, a été transporté à l'hôpital après la dégradation de son état de santé due à plusieurs jours de grève de la faim. On peut lire sur la tente des slogans contre le régime iranien tels que “A bas Khamenei” (le leader suprême de l'Iran). La vidéo date du 16 octobre.

Cette vidéo de la grève de la faim a été mise en ligne le 18 octobre.

En juillet, un précédent groupe de six grévistes de la faim iraniens avait manifesté devant les bureaux du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) à Athènes, dont l'un s'était cousu la bouche.

Asteris Masouras a contribué à ce billet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site