Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : L'ancien président Nestor Kirchner est mort

Mercredi dernier en début de matinée, Nestor Kirchner, l'ancien président argentin et époux de la présidente actuelle Cristina Fernandez, est décédé d'un arrêt cardiaque à Calafate, la localité de Patagonie où il vivait ces derniers temps.

La nouvelle de la mort subite de M. Kichner a provoqué plusieurs rassemblements tout au long de la journée dans le centre de Buenos Aires, bien qu'elle fût fériée à cause du recensement national. Une veillée a été organisée à la Casa Rosada (le palais du gouvernement), le lieu de travail traditionnel de la présidence.

Nestor Kirchner. Photo sur flickr de Mariano Pernicone, utilisée sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic

Les réactions se sont multipliées sur les blogs. Sur ArtePolítica [tous les liens sont en espagnol], Juan Pablo Cappelli écrit que l'apport essentiel de Kirchner

fue devolverle la política a la sociedad, al pueblo. Demostrar que el cambio es posible, descolonizar nuestro pensamiento. Antes pedíamos que se vayan todos y ahora muchos queremos entrar, antes decían “algo habrán hecho” y ahora decimos “hagamos algo”, porque sabemos, ahora mas que nunca, que es la política la única herramienta de transformación de la sociedad

a été de rendre la politique à la société, au peuple. De prouver que le changement est possible, de décoloniser notre pensée. Avant nous demandions à tout le monde de s'en aller et maintenant beaucoup d'entre nous veulent entrer, avant on disait “ils auront fait quelque chose” et maintenant nous disons “faisons quelque chose,” car nous savons, maintenant plus que jamais, que la politique est le seul instrument de changement de la société.

Sur Los Tres Chiflados, Larry écrit :

Gracias Néstor, ahora voy a despedirte junto al pueblo, en forma de agradecimiento por demostrarme con actitud y hechos que otra Argentina es posible, que la historia puede cambiarse si se tiene coraje y convicciones

Merci Nestor, je vais maintenant te dire adieu avec le peuple, pour exprimer ma gratitude de m'avoir démontré par l'action et les faits qu'une autre Argentine est possible, que l'histoire peut changer si on a le courage et les convictions.
Poster reads: Image by flickr user Beatrice Murch, used under an Attribution 2.0 Generic Creative Commons license

Sur l'affiche : "Merci Nestor de nous avoir redonnés nos droits. Nous ne t'oublierons jamais. Sois forte Cristina." Photo sur flickr de Beatrice Murch, utilisée sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic

Sur La Ciencia Maldita, Lucas Llach écrit

Pobre Cristina — nuestras humildes condolencias. Ojalá que tenga el ánimo para que el ciclo kirchnerista termine con el balance generalmente positivo que –en el neto de causas y azares de todos colores– tiene de momento

Pauvre Cristina – nos profondes condoléances. Pourvu qu'elle ait la force pour que le cycle Kirchner se termine avec le bilan globalement positif qu'il a actuellement en résultat des causes et dangers de toutes les couleurs.

Noticias del Sur collationne les déclarations des autres chefs d'Etat latino-américain. Sur Mide/No Mide et Lo que digo y no hago, on relève qu'après le décès de Kirchner, les valeurs boursières argentines se sont redressées.

Autres répercussions sur les blogs : Mendieta el Renegáu ; Denken Uber ; República Unida de la Soja ; Conurbanos ; Tirando al Medio ; et Finanzas Públicas.

Sur Twitter, “Néstor Kirchner” a figuré mercredi en tête de tendance au niveau mondial.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site