Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Equateur : les traditions du Jour des morts sont bien vivantes

[Liens en espagnol] Les Équatoriens viennent de célébrer le Jour des morts : des litres de colada morada et une très grande quantité de guaguas de pan – la boisson et le plat traditionnel de cette fête -, ont été préparés et distribués le 2 novembre, pour célébrer une tradition ancestrale. La tradition a aussi été célébrée sur la blogosphère, d'où est apparue une campagne pour éviter qu'Halloween se substitue à la fête traditionnelle.

La colada morada est une boisson de l'Équateur, “qui se prépare avec de la farine de maïs noire, des fruits comme la naranjilla, le babaco, l'ananas, la mûre et des fraises, ainsi qu'avec des mortiños (des myrtilles des forêts de la Cordillère des Andes) qui accentue la robe [la saveur et sa couleur violette].” Elle se consomme traditionnellement lors du jour férié du Jour des morts, le 2 novembre, avec les guaguas de pan, “qui sont des miches ou de grands pains, habituellement de farine de blé, modelés et ornés en forme de bébé,” fourrées ou décorées de sucreries, par exemple de confiture.

Guaguas de pan, Otavalo, Equateur. Photo sur flickr de lumeriefl, utilisée sous licence Creative Commons

La description de Maryasol dans Ecuadorecuatoriano situe l'origine de la colada morada dans la mazamorra que préparaient les autochtones avant l'arrivée des Espagnols. Elle cite le cuisinier Manolo Romero afin de montrer le syncrétisme du repas :

La boisson est liée au folklore montagnard. “Les Espagnols ont probablement apporté quelque chose de similaire durant la colonisation, mais ce que l'on sait assurément c'est que les autochtones, à cette époque, ont adapté leurs fêtes religieuses commémoratives à celles des Espagnols et ont bien sûr inventé aussi leurs plats”, raconte le chef Manolo Romero, de l'Ecole  des Chefs.

Rosa María Torres (@rosamariatorres) parle de la campagne contre Halloween par le biais de Twitter:

Dans mon quartier les enfants ne demandent pas #Halloween Nous partageons entre voisins la  colada morada et les guaguas de pan. #Quito #Ecuador #NOHalloween

Melina Cova (@SoyUnMitoHippie) se réjouit à l'avance :

Demain la colada morada et les guaguas de pan sont à l'honneur *.* Je prendrai des photos, la tradition du Jour des morts me semble super belle.

María Gabriela Mena Galárraga, dans Claroscuro, célèbre la fête et livre une intéressante vision du plat et de son origine :

La préparation actuelle des guaguas de pan est une tradition basée sur la culture autochtone qui croyait en la vie après la mort comme à un prolongement de la vie telle que nous la connaissons, pas seulement au sens spirituel, mais aussi au sens matériel, raison pour laquelle les défunts étaient enterrés avec les biens qui leur seraient utiles pour la nouvelle vie en laquelle ils entraient.

En plus des Guaguas de Pan, les autochtones préparaient durant leurs rites funéraires traditionnels une sorte de colada très épaisse appelée Uchucuta qui consistait en un mélange de farine de maïs, de pomme de terre, de haricot, de choux et de roucou.  La colada morada, qui devint l'accompagnement principal des Guaguas de Pan fut inventée ultérieurement. Cette colada montre sans aucun doute la fusion entre le rituel autochtone et celui de la religion catholique puisque la couleur violette symbolise la mort et le deuil dans l'iconographie catholique,  ce qui s'avéra parfait pour célébrer la Fête des morts tout autant que pour remplacer la Uchucuta autochtone.

La.Kbzuhela livre sa vision de la fête et donne une intéressante liste des fêtes traditionnelles du Jour des morts dans toutes les régions du pays :

Selon la croyance, le mort revient chaque année, alors, il faut lui préparer ses plats préférés. Les vivants attendent que l'invité ait fini de manger, avant de se servir. Dans certaines régions, on lui apporte les armes et les objets qui lui étaient précieux, ou on l'invite aussi à jouer au jeu du Piruruy (un jeu de dés). En fonction du dé qu'il lance, on peut connaître ses besoins ou ses reproches. Et grâce à ce dé taillé dans un os de lama, on peut aussi résoudre les désaccords.

Go Ecuador décrit le Jour des morts, ou jour des défunts, comme un jour rempli de foi et de rituels dans la culture équatorienne, quand des centaines de familles se rendent dans les cimetières avec des fleurs et des suppliques et dégustent la traditionnelle colada morada et les guaguas de pan accompagnées de leurs proches et du souvenir de leurs morts :

Dans le  nord du pays, en particulier dans la province de Imbabura (celle des Otavalos), des familles autochtones entières vêtues de leurs plus beaux vêtements typiques se rendent dans les cimetières en portant des fleurs, des couronnes de papier, des croix, des bougies et un plat, appelé ricurishca : des marmites de nourriture, des œufs cuits, des fruits et bien d'autres choses. Des symboles qui expriment le syncrétisme entre les éléments religieux catholiques et leurs propres traditions ancestrales et que le peuple métis a hérité du peuple autochtone de nombreuses fois sans le savoir.

Tradition ancestrale communautaire, ou  jour pour rendre visite aux personnes chères,  en Équateur, la tradition du respect subsiste.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site