Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La visite d'Obama enchante les Indonésiens

Barack Hussein Obama à l'Université d'Indonésie, 10 novembre 2010. Photo de @FadylWiraadiPutra via Plixi

Barack Obama a enthousiasmé un auditoire d'environ 6 500 Indonésiens qui étaient venus, extatiques, écouter son discours à l'Indonésie à l'Université d'Indonésie mercredi matin. Obama, en parsemant son discours de bribes d'Indonésien, langue qu'il a apprise quand il vivait enfant à Jakarta, a provoqué une ovation. Il a commencé son discours par cette déclaration :

Indonesia bagian dari didi saya. [l'Indonésie fait partie de moi].

Il a d'abord remercié les Indonésiens pour leur hospitalité, puis le président des États-Unis a fait un clin d'œil aux habitants de la capitale Jakarta :

… aux habitants de Jakarta, pulang kampong nih [Je reviens à la maison !].

Ses références à la cuisine indonésienne, comme au sate et au besok [satay et soupe aux boulettes de viande], ont charmé les millions de téléspectateurs qui suivaient le discours à la télévision et sont devenus instantanément les titres et extraits retenus par les médias.

Sur la Twittosphère indonésienne – qui est reconnue comme l'une des plus importantes au monde –les réactions étaient tout aussi élogieuses, certains assuraient que le discours d'Obama avait stimulé la confiance et la fierté nationales comme jamais les propres dirigeants de l'Indonésie n'ont réussi à le faire.

pritya: croyez-vous que le discours de #ObamadiRI à l'université pourrait rappeler à SBY (le Président) de faire ses devoirs de président ? réparer les relations, faire de nous 1 pays à nouveau

desianwar
:
J'espère que nos dirigeants peuvent apprendre à faire un discours comme   @BarackObama – proche, inspirant, palpitant

dila_tri: Obama montre son leadership, son humilité, intelligence…Vraiment une inspiration pour nous, les futurs dirigeants de l'Indonésie… #obamadiRI

AlandaKariza: J'admire comment il nous a convaincu que la lutte contre la corruption était la clef pour les Indonésiens, pour qu'ils sentent qu'ils ont un rôle à jouer dans le pays .#ObamadiRI

ardansyahreza: Oui, c'est vrai que l'Indonésie est un acteur potentiel de l'économie mondiale, avec son marché en expansion. #ObamadiRI

cellacea: Ce n'est pas pcque il est Pdt des US. M'en fiche si Bush vient ici. Mais les histoires racontées par Obama me font tjrs croire que rien n'est impossible #obamadiRI

desianwar: Pdt @BarackObama accueilli comme une star … On t'aime Barry!

DanielZiv: Obama aujourd'hui on dirait une rock-star qui se trouve être un politicien au lieu d'un politicien qui se trouve être une rock-star.

rayafahreza: Jésus, ce type gagne les cœurs. Putain, il est vraiment bon.

Le discours du président était consacré au développement, à la démocratie et à la tolérance religieuse, trois éléments  inscrits dans la Constitution séculaire de l'Indonésie et qui, selon Obama, peuvent être utilisés comme la fondation sur laquelle forger des liens entre les deux états démocratiques.

Le discours félicitait l’ Indonésie pour ses récentes réformes démocratiques qui ont propulsé le pays sur la scène internationale :

…cet esprit de tolérance qui est inscrit dans votre Constitution, symbolisé par les mosquées, les  églises et les temples qui se dressent les uns à côté des autres ; cet esprit qui est dans votre peuple,  il vit toujours. Bhinneka Tunggal Ika, unité dans la diversité.  Ceci est la fondation de l'exemple que donne l'Indonésie au monde, et c'est pour cela que l'Indonésie jouera un rôle si important au 21ème siècle.

Déterminé à restaurer les relations entre les États-Unis et l'Indonésie, Obama a reconnu qu'il y avait beaucoup a faire pour surmonter les “années de méfiance” entre les États-Unis et l'Islam. En s'adressant au plus grand pays musulman au monde, le discours d'Obama a été considéré comme la deuxième tentative la plus importante pour restaurer le dialogue avec le monde musulman depuis le discours du Caire l'an dernier.

Aux États-Unis, certains médias ont surnommé ce discours “Le Caire 2″ et ont trouvé qu'il manquait d'envergure, et n'était qu'un appendice au premier discours.

Mais CogitAsia, le blog du groupe de réflexion Southeast Asia Program (SEAP), souligne que la religion était un élément seulement du discours à trois thèmes du président. S'adresser à l'Indonésie, un pays qui compte 17 000 iles et d'autres religions très représentées telles que l'hindouisme, le bouddhisme et le christianisme – ne pouvait pas être évalué comme un discours s'adressant à l'ensemble de la communauté des musulmans. L’article relève :

Le Président n'avait de toute façon pas à donner un discours Le Caire 2 en Indonésie, parce que Le Caire ne se trouve pas en Indonésie. Même si l'Indonésie est le pays musulman le plus important démographiquement, ce n'est pas le centre du monde musulman. Ses dirigeants ont souvent refusé d'assumer un rôle dans le monde musulman et ont régulièrement repoussé les offres américaines de présenter la co-existence de l'islam et de la démocratie en Indonésie dans les rencontres avec les pays du Moyen-Orient.  Le Président Obama a compris ces réticences et a abordé le sujet avec prudence dans son discours.

Malgré ces quelques critiques de la part des médias, la courte visite de Barack en Indonésie a été unanimement décrite comme un grand succès, et les Indonésiens ont accueilli le président américain avec une ferveur d'habitude réservée aux rock stars ou aux célébrités. Le blog indonésien Dances in My Mind remarque qu'au-delà des divisions religieuses ou politiques, la plupart des Indonésiens étaient fous de joie d'être les hôtes de celui qu'ils appellent leur fils adoptif.

Mais les Indonésiens, surtout à Jakarta, étaient gaga comme des ados à un concert où il y aurait à la fois Lady Gaga et Justin Bieber. D'anciens camarades d'école d'Obama ont été invités à des talk-shows à la télévision, les élèves de son ancienne école primaire ont répété une chanson qu'ils avaient écrite eux mêmes, au cas où le président Obama aurait eu le temps de passer.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site