Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Equateur se prépare pour le recensement 2010

[Liens en espagnol] Dimanche 28 novembre, les Équatoriens seront de nouveau recensés, dix ans après le dernier recensement, comme spécifié dans la Constitution. L'Institut national des Statistiques et du Recensement  (INEC en espagnol), le service de l'État responsable de la production et de la diffusion des données sur des questions sociales et économiques telles que la population, le logement, l'inflation, l'analphabétisme, le chômage, le sous-emploi, l'appelle  “Recensement 2010 – Population et Logement “ mais pour le trouver en effectuant une recherche, il est référencé comme le 7ème recensement de la population et le 6ème recensement des logements.

Ecuadorinmediato commente les préoccupations du Président Rafael Correa qui a averti que certaines personnes seraient en train de profiter du Recensement. Au lieu de promouvoir le Recensement 2010, ses adversaires demanderaient aux citoyens de signer des feuilles de papier vierges afin de recueillir les 700 000 signatures dont ils ont besoin pour demander que le président soit démis de ses fonctions. Mais il reste optimiste et pour lui, la technologie mettra un terme à cette situation dans un proche avenir :

Ojalá este sea el último censo de población en la historia del país porque de ahí seamos capaces de implementar sistemas de información y de informática tan buenos como en el primer mundo que nos permitan dia a día actualizar los datos.

Nous avons bon espoir que ce sera le dernier recensement de la population dans l'histoire du pays car nous pourrons utiliser des systèmes informatiques aussi performants que ceux des pays développés, qui nous permettront d'actualiser les données au jour le jour.

La planification du recensement 2010 en Équateur a débuté en 2009. D'abord, une cartographie de 469 000 entreprises exactement, qui n'étaient pas encore enregistrées, a commencé. Ensuite, le 1er septembre, la formation des bureaux provinciaux et communaux de recensement, ainsi qu'une campagne de communication, ont démarré.

Cette année, le jour du recensement est le 28 novembre, mais il sera prolongé d'au moins une semaine supplémentaire dans les lieux difficiles d'accès, où même un hélicoptère ne peut se poser et décoller. Les résultats préliminaires seront disponibles à la mi 2011. Eco FM 881 explique dans son blog pourquoi il est impératif d'actualiser les données actuelles :

Hasta 1999, la moneda oficial de Ecuador fue el sucre y en esa denominación se encontraban los datos estadísticos de la economía nacional, que de por sí eran desactualizados, sin embargo, la información existente servía de referente.

En el 2000, bajo el gobierno de Jamil Mahuad se adoptó el dólar como moneda oficial dejando completamente inservibles las cifras estadísticas.

Jusqu'en 1999, la monnaie officielle de l'Équateur était le Sucre, donc,  les statistiques économiques nationales étaient dans cette monnaie, et des données déjà périmées servaient de référence.

En 2000, sous le gouvernement de Jamil Mahuad, le dollar fut adopté en tant que monnaie officielle, rendant les statistiques complètement obsolètes.

La Loi des Statistiques (Articles 20 et 21 de la Constitution) requiert de chaque Équatorien qu'il fournisse les informations demandées par l’ INEC. Il garantit aussi la confidentialité de ces informations. Le 28 novembre, de 7 heures à 17 heures ,  13 000 lycéens les collecteront ; 2000 professeurs y participeront également. Les élèves travailleront dans le secteur urbain et les professeurs iront voir les banlieues. Chaque élève devra faire, en moyenne, ce sondage auprès de 14 foyers et les cours seront suspendus pendant une semaine. Le recensement est considéré comme une obligation civique, les sondeurs ne recevront donc aucun défraiement. Tous les sondeurs seront appuyés par la police et l'armée.

Une écolière de l'école El Cebollar montre le livre "L'INEC va à l'école" . Photo de l'Institut équatorien des statistiques et du recensement, utilisée avec permission

Le blog de Raul Zavala signale que le Budget national 2011 a déjà été présenté et il s'interroge sur l'efficacité immédiate des résultats du recensement. Il explique aussi qu'il y a 30 questions de plus posées pour le recensement de cette année, comparé au dernier recensement qui a eu lieu en 2001.

Le formulaire de recensement, qui peut être consulté ici , comprend 44 questions concernant la population , le logement, l'éducation, l'accès aux services de base, l'âge, l'immigration et les handicaps.  Ecuador, la vida en estado puro détaille les différences existant entre le formulaire de 2001 et celui-ci. Le  blog cite le directeur de l’ INEC quant à la programmation des résultats:

El director del Instituto Nacional de Estadísticas y Censos (INEC), Byron Villacís, explicó que los resultados del censo de este año se conocerán seis meses después de su realización, a diferencia de lo ocurrido con la información de la medición en 2001, cuyos datos se entregaron en el año 2004.

Le directeur de l’ Institut national des Statistiques et du Recensement (INEC), Byron Villacis, a affirmé que les résultats du recensement de cette année seront annoncés six mois après la fin de la collecte de données, contrairement à ce qui s'était passé avec les informations collectées en 2001 et dont les données finales furent fournies en 2004.

Les touristes prenant l'avion en direction ou au départ de l'Équateur ont été avertis que les avions ne décolleraient pas le jour du Recensement. Un décret gouvernemental d'immobilisation de 7 heures à 17 heures sera publié ce jour-là. Aucune activité publique, aucun événement sportif ni aucun service religieux ne devra être organisé durant ce dimanche. Des directives relatives aux laissez-passer seront communiquées aux journalistes, aux pompiers, aux infirmières et aux médecins qui travailleront ce jour-là. La loi qui interdit la vente ou la consommation de boissons alcoolisées sera aussi appliquée.
Comentarios del Lado obscuro attire ses lecteurs par un gros titre sensationnel qui critique l'actuel gouvernement ; mais l'intention du rédacteur en chef était d'attirer les lecteurs, de les inviter à lire le questionnaire avant le jour du recensement et d'être sympathiques avec les citoyens chargés du recensement. Il les appelle  à aider ceux qui travailleront ce jour-là :

Los pobres delegados del INEC se van a sacar la chucha ese día. Deben encuestar muchos hogares y esa huevada cansa. Más aún cuando les toca personas que ni siquiera saben como responder a las preguntas y les toca preguntar una y otra y otra y otra y otra y otra vez… Es por eso que deben ofrecerles algún refrigerio: cola, agua, Quaker, jugo, sánduches, galletas, bolones, frutas, etc., lo que esté a su alcance. Si el delegado llega a la hora del almuerzo, ofrézcale la oportunidad de sentarse a su mesa y compartir la comida, total, donde comen 3, comen 4, 5, 6 y más.

Les pauvres délégués de l’ INEC vont travailler dur ce jour-là. Beaucoup de foyers devront être interrogés et c'est épuisant. Les choses empirent  lorsque l'on rencontre des gens qui ne savent même pas comment répondre aux questions et qu'il faut les leur répéter encore et encore et encore… C'est pourquoi vous devriez leur offrir des rafraîchissements : du soda, de l'eau, des jus de fruit, des sandwiches, des cookies, des fruits, etc… tout ce qui vous est possible. Si un délégué arrive à l'heure du repas, offrez-lui la possibilité de s'asseoir à votre table et de partager votre repas, car finalement, là où il y a de quoi manger pour 3,  il y en a aussi pour 4, 5, 6, et plus.

L’ INEC a son propre compte Twitter, @Ecuadorencifras, mais aucun mot-clé officiel n'a été mis en place pour le sujet. Les utilisateurs équatoriens de Twitter ont suggéré  #Censo2010Ec et beaucoup sont désireux de mettre leur compte Twitter a contribution.  Certains ont une longueur d'avance et ont demandé de tweeter les questions du formulaire qui selon eux manquent .

Alors que presque tout le pays est motivé pour participer à ce recensement, les provinces de Manabí et de  Bolivar ne sont toujours pas arrivées à un accord quant à leurs frontières géographiques et communales. Chone, une ville dans la province de Manabí, et la province de Bolivar appellent à boycotter le Recensement 2010. L'inexactitude des cartes leur ferait perdre les aides budgétaires, comme l'explique El Universo.

On estime à 20 minutes par foyer le temps pour répondre aux questions du formulaire.  Le gouvernement à dépensé 25 millions de dollars US pour le Recensement 2010.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site