Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : Navid Mohebbi, 18 ans, le plus jeune blogueur arrêté

[Liens en anglais ou en farsi, sauf mention contraire] Le gouvernement iranien n'est pas mondialement connu pour rien lorsqu'il s'agit de persécution des blogueurs. Il a  battu plusieurs records : du premier blogueur emprisonné de l'histoire au premier blogueur décédé en prison [en français]. Malheureusement, un nouveau record doit être ajouté à la liste des exploits du gouvernement iranien : le plus jeune blogueur détenu et traduit en justice.

Reporters sans Frontières (RSF) écrit sur ce jeune blogueur en détention. Il s'agit de Navid Mohebbi âgé de 18 ans, qui est en train d'être jugé à huis-clos par une cour révolutionnaire dans la ville d'Amoln au nord du pays. Son avocat n'est pas autorisé à assister au procès qui a commencé le 14 novembre. Selon RSF, Navid Mohebbi a été accusé “d'activités contraires à la sécurité nationale” et “d'insultes au fondateur de la république islamique d'Iran et à son dirigeant actuel (…) en complicité avec des médias étrangers.”

Le site web de soutien aux femmes Change for Equality (changement pour l'égalité), fait part du communiqué demandant la libération immédiate et inconditionnelle de Navid Mohebbi signé par plus de 250 blogueurs, femmes et militants des droits humains.

Navid partage des histoires sur sa vie et ses réflexions sur son blog. En 2009, il a écrit sur ses activités sportives, scolaires et il a même évoqué une petite opération au nez. “Il est un peu tordu, mais il pourrait devenir un peu plus beau.” Navid a par exemple écrit qu'il avait beaucoup travaillé avec ses copains pour réviser les examens d'admission à l'université et qu'il lisait des livres sur la désobéissance civile, la démocratie et le Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir.

Il avait été finalement admis à l'université Azad de Téhéran pour étudier les sciences politiques.

Il est maintenant en détention dans la salle commune de la prison de la ville de Sari.

En mars 2009, Navid avait écrit [farsi] sur son blog:

“…les services secrets d'Amol ont appelé mon père pour me menacer. Ces appels sont illégaux. La police, dans tous les pays, devrait protéger les citoyens, mais ici elle fait le contraire.”

Dans un billet de l'hiver dernier, Navid a mentionné qu'il avait été arrêté sans raison dans la rue. Il avait été libéré, quelques heures après, mais il avait du donner son courriel et son mot de passe. On lui avait aussi demandé de se présenter à la police pour être interrogé chaque fois qu'il serait convoqué.

Navid avait commenté [farsi]:

La loi est celle que votre interrogateur décide de suivre. Votre jugement final dépend plus des ordres du ministère des services de sécurité intérieure que du système judiciaire du pays… Après, je suis rentré à la maison et je me suis demandé quand est-ce qu'ils allaient changer leur comportement.

La réponse à la question de Navid n'a malheureusement pas tardé.

L'Iran a une longue histoire de persécution de blogueurs et de condamnations à des peines de prison de plusieurs années, et dans un cas précis, à des coups de fouet.

Pour plus d'informations, consulter Iran la page sur l'Iran de notre site Threatened Voices [voix menacées]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site