Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kenya : le premier ministre demande l'arrestation des homosexuels

[Liens en anglais] Le premier ministre kenyan Raila Odinga a promis l'arrestation des homosexuels (ou lesbiennes) surpris dans des activités sexuelles au Kenya. Durant un discours prononcé dans sa circonscription de Langa'ta, Monsieur Odinga a déclaré que des actions en justice seraient entreprises contre les gays et les lesbiennes “dont le pays ne veut plus supporter le comportement”.  Capital FM le cite : “Nous ne tolèrerons plus de tels comportements dans le pays. La Constitution est très claire sur ce point, et les hommes ou les femmes surpris en train d'avoir des rapports homosexuels ne sont plus épargnés .”

Les blogueurs kenyans ont exprimé leur incrédulité et leur consternation devant cette déclaration du premier ministre. Le blog Gay Nairobi Man veut rassurer en expliquant qu'il sera vraiment impossible d'arrêter des gays aux termes de la nouvelle Constitution (NdT : récemment entérinée par référendum), et que le code pénal du Kenya ne contient aucun article réprimant  le lesbianisme :

Deuxièmement, il n'y a aucune loi contre une conduite homosexuelle (quoi que ceci puisse vouloir dire). La loi à laquelle il pouvait faire référence est l'article du Code pénal qui mentionne “une connaissance charnelle” entre deux hommes (ce que l'on appelle “les lois sur la sodomie”) mais il ne contient pas le mot homosexualité. Les activistes gay se rencontrent en public, ils ont fondé des associations pour les droits des gays et ils n'ont violé aucune loi.
Alors, on peut supposer que ce que Raila veut dire, c'est que les homosexuels seront arrêtés s'ils ont des relations sexuelles avec une personne du même sexe. La seule manière de s'y exposer est d'avoir des relations sexuelles en public – mais alors, la loi s'appliquerait aux hétérosexuels aussi. Si la police rentrait chez moi pour essayer de me surprendre en train d'avoir une activité sexuelle avec mon compagnon, j'aurais à leur opposer la violation de tellement de lois (traquenard, droit à la vie privée,etc) qu'ils ne pourraient jamais bâtir une accusation contre moi.
Raila a été encore plus loin et a parlé du lesbianisme. C'est surprenant, mais on dirait que Raila ne connait pas le Code pénal kenyan, qui ne mentionne nulle part le lesbianisme. RIEN. Donc, en faisant ce genre de déclarations, il a révélé son ignorance de la loi.

Pierre Le Roux, un blogueur sud-africain, demande :  “l'homophobie institutionnalisée sera-t-elle un jour éradiquée en Afrique ?”:

L'homophobie institutionnalisée ne semble pas en passe de disparaitre de sitôt. Des régions entières d'Afrique apprécient toujours de brutaliser les homosexuels à des fins politiques, d'autres semble n'avoir aucun problème à tourner le dos à la communauté LGTB quand ça sert leurs intérêts politiques.[…]
La Coalition des gays et lesbiennes du Kenya dit que depuis dimanche, ils ont reçu de nombreux coups de fil de membres, qui craignaient d'être arrêtés, ou de tomber dans les mains des maitre-chanteurs qui les menaceraient de révéler leur homosexualité, ou de se trouver face à des fonctionnaires qui allaient les arrêter.

Tamaku, un admirateur du premier ministre, rappelle à Mr. Odinga qu'il avait promis un “Nouveau Kenya” où l'État ne contrôlerait pas la vie privée des citoyens :

[…]Il a parlé de façon convaincante d'un nouveau Kenya, ou la vie privée des citoyens ne subirait plus le contrôle de l'État, et nous l'avons applaudi, parce que nous pensions qu'il était un homme politique avec de la profondeur d'esprit. {…}
Alors, est-ce que le Premier ministre peut publier un communiqué, pour clarifier exactement comment la police va identifier les homosexuels avant de les arrêter ? Est-ce que ce sera un délit quand deux hommes prendront un verre ensemble, si aucun des deux n'est marié ?  Est-ce que la police va patrouiller dans les quartiers, dans des camionnettes portant le blason  ‘Unité d'examen rectal du gouvernement’ ? Et si un homme est identifié comme homosexuel, est-ce qu'il sera envoyé dans la colonie pénitentiaire du Kenya, sur Mars, puisque l'homosexualité est considérée comme  ‘non Africaine’ et ‘pas naturelle'? Je voudrais vraiment mettre de côté toute cette affaire et la considérer juste comme de la politique de bas étage, un show pour la galerie, alors que dans la même semaine, nous avons appris que des fonctionnaires du gouvernement se livraient au trafic de drogue, mais je ne peux m'empêcher de penser que c'est une attitude tout à fait contre l'éthique et extrêmement dérangeante de la part du premier ministre.

Pour Gige Nyaga, menacer de jeter les homosexuels derrière les barreaux pour leur orientation sexuelle n'est pas une question de bien ou de mal, de sexualité naturelle ou non, mais une atteinte aux droits humains.

La question posée, ici, n'est pas si être gay est bien ou mal, naturel ou pas. La question que nous devons poser est : est-ce que nos choix sexuels constituent un motif pour être emprisonnés, ou, comme notre bon premier ministre le dit  “être présenté aux autorités compétentes”. On pourrait argumenter que l'orientation sexuelle est maintenant une question de droits humains, et que ce que le premier ministre propose pourrait être vu comme une atteinte à ces droits, particulièrement parce que les principes qui guident ces droits en matière d'orientation sexuelle sont régies par l'égalité de traitement, la non discrimination, toute chose dont le non respect est  punissable par la loi selon notre propre constitution !

RayRae a écrit une lettre au premier ministre.

Cher Monsieur le premier ministre,

J'espère que cette lettre vous trouvera en bonne santé. Je dois dire que vous m'avez beaucoup déçue, j'ai voté pour vous, pour que vous soyez mon premier ministre, sachant que mes appels seraient entendus, que mes conditions de vie s'amélioreraient car j'aurai accès à une meilleure éducation et que l'économie de mon pays allait devenir une de celles dont il faut tenir compte.

Aujourd'hui, alors que vous êtes au pouvoir, vous utilisez ce pouvoir pour me blesser et tuer ma fierté d'être Kenyane.  Et si j'étais votre fille, est-ce que vous me cacheriez et continueriez à demander que l'on me tue ?  Comment est-ce que je peux violer la loi, si je ne fait de mal à personne ? Alors, quid de ces bandits qui tuent sans la moindre émotion ? Et ceux qui violent nos jeunes filles et les laissent mortes, ou dans un désespoir qui durera toute la vie ?

Sur Twitter, #Railahomophobia

Le mot clé sur Twitter pour ce sujet est  #Railahomophobia. Zawadi demande à tous de se joindre aux Kenyans sur Twitter dans leur campagne pour arrêter l'homophobie.

Rejoignez les Kenyans durant le #WorldAIDSDay prenez part à la #PreventionRevolution et arrêtez la #RailaHomophobia http://bit.ly/g2rASe #takebackthetech

KeneMwikya remercie les blogueurs qui écriront sur la #RailaHomophobia :

Merci à tous ceux qui bloguent sur la  #railahomophobia, j'aimerais pouvoir bloguer moi aussi mais je suis loin de chez moi, jusqu'à mon retour, les gars, make kesho rock!

A moins que Raila Oding ait été mal compris ?

Le Premier ministre va publier un communiqué, disant que les médias l'ont mal compris, il se référait au mariage entre homosexuel, qui est illégal #Railahomophobia

Quels ont été ses mots exacts ?

Ce sont ses propres mots! Vous n'avez qu'à écouter vous-même http://bit.ly/eeakBI Alors, comment le premier ministre aurait-il pu être mal cité ? #RailaHomophobia #takebackthetech

Qu'en pense Obama ?

Le PM du Kenya Raila Odinga sur les gays: “Nous les mettrons en prison” – Comment Obama peut-il fréquenter un tel individu  ? http://goo.gl/V0tc0

S'agit-il  d'un mal pour un bien ?

Peut-être que nous devrions remercier le PM du Kenya de faire de la publicité à la Journée internationale contre le SIDA, le 1er Déc.

Kenyan Pundit s'interroge :

Ne devrait-il pas s'occuper des membres du gouvernement corrompus ? Le PM du Kenya demande l'arrestation des couples gay :http://bit.ly/iindL9

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site