Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : Libérez le Dr. Mohammed Alabdulkarim

Le Dr Mohammed Alabdulkareem. Photo de sa page de soutien sur Facebook

Le Dr Mohammed Alabdulkareem a été arrêté après avoir publié un article sur l'effectivité de la réglementation politique dans la famille royale [en arabe]. Ce professeur de droit saooudien est titulaire d'un doctorat en jurisprudence islamique, et enseigne à l’université Al-Imam Muhammed ibn Saud. Il n'en était pas à son premier article, il en a écrit plusieurs autres sur les questions politiques intérieures saoudiennes.

L'arrestation

Selon la page Facebook des partisans du Dr Alabdulkareem, il avait fait part après la publication de l'article à son ami Abdullah Almalki qu'il s'attendait à être arrêté .

Reporters sans Frontières indique que le Dr Alabdulkarim a été arrêté chez lui par quatre hommes sans mandat le 5 décembre, 12 jours après avoir publié l'article.

Pour la libération du Dr Alabdulkarim

Réagissant à l'arrestation, les médias sociaux ont retenti d'appels à la libération de l'universitaire. Deux pages ont été créées sur Facebook pour sa défense. Ce sont : “Libérez le Dr.Alabdulkarim” et “Nous sommes tous Mohammed Abdulkarim.” En outre, sur Twitter le hashtag #FreeDrAbdulkarim a été créé pour demander à ce qu'il soit relâché, et de nombreux billets de blog ont été écrits appelant à sa libération. Voici quelques-unes de ces réactions :

Le blogueur Talaf pose des questions sur son pays :

فهل علمتم عن بلد ما قرر عقاب أحد من أبنائه لمجرد أنه ينادي بوجوب حمايته والحفاظ عليه !!
Vous avez déjà vu un pays qui punit un de ses fils juste parce qu'il a demandé à protéger et préserver ce même pays !!!!

Sur Twitter, Abdulrahman Alnasri, est prêt à se faire arrêter lui aussi pour défendre son pays :

رسالة للذين اعتقلوا الدكتور العبدالكريم: أنا وكثيرين غيري نؤمن بكب كلمة قالها الدكتور في مقاله، فهل ستعتقلوننا أيضا؟ #FreeDrAbdulkarim
A ceux qui ont arrêté le Dr. Alabdulkareem : comme beaucoup d'autres, je crois en chaque mot écrit par le Dr. Al-Abdulkarim dans son article. Allez-vous nous arrêter nous aussi ?

Sur la page de soutien à l'universitaire, Khaled Alhojoori commente :

لم لا يسجنون يده التي كتبت ؟ لم لا يسجنون القلم الذي خط؟
لم يعطونهم هامشا من الحرية ثم يعتقلون هذا الهامش؟
لقد أصبحت حياة الناس تبعا لأمزجة البعض ،، تضيع سنوات من عمرك لا بأس بذلك ،، فهي ليست ملكا لك ،، هي ملك لغيرك
كان الله في عونك أخونا محمد ,, فنحن لا نملك غير الكلام ، وأخشى أن يصادر
Pourquoi n'arrêtent-ils pas sa main ou son stylo pour avoir écrit ?
Pourquoi leur donnent-ils une petite marge de liberté, pour la reprendre ensuite ?
Un grand nombre de vies dépendent de l'humeur de quelques-uns. C'est bien de gaspiller des années de votre vie, parce qu'elle n'est pas à vous, elle appartient aux autres.
Qu'Allah soit avec toi, frère Mohammed. Nous n'avons rien d'autre à offrir que nos paroles, et nous craignons que même cela nous soit ôté.

Et pour conclure, Nofah s'est inquiété du sort du Dr. Alabulkarim, se demandant s'il allait passer le restant de ses jours derrière les barreaux, comme beaucoup d'autres prisonniers politiques :

أخشى ما أخشاه أن يصبح الدكتور كمن سبقه من أصحابه الأحرار وأن يمكث في السجن سنين عديدة دون تهمة أو جريرة، تهمته فقط قول الحق من غير مراء
Ma pire crainte est que le Dr Alabdulkarim connaisse le même sort que ses prédécesseurs restés en prison de nombreuses années sans chef d'inculpation ni faute. Leur seul tort était de dire la vérité sans doute.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site