Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Equateur : Réactions aux révélations de WikiLeaks

[Liens en anglais ou en espagnol] Des révélations de Wikileaks sur l'Équateur, on peut tirer les allégations sur l'appui “inconditionnel des USA à la Colombie dans sa lutte contre les Forces armées révolutionnaires de la Colombie (FARC) et la demande qu'ils auraient faite à l'Argentine  d'influencer “positivement” le Président Rafael Correa : ce sont là les principaux points des contenus des câbles publiés par WikiLeaks concernant l'Équateur. Les documents ont aussi provoqué des réactions sur la blogosphère, avec une nette propension à faire des commentaires sur la liberté d'expression.

Lo que se oculta (Ce qu'on cache) reprend un article publié par la presse qui montre l'impact de la publication de ces documents sur l'Équateur :

De los 250.000 textos revelados a través de Wikileaks, 1.600 hacen referencia a Ecuador y muchos otros apuntan sobre la mayoría de las naciones latinoamericanas. El gobierno ecuatoriano denunció a finales de 2008 la infiltración de sus servicios de inteligencia por parte de la Central de Inteligencia Americana (CIA) y a inicios de 2009 el presidente Correa expulsó a dos diplomáticos de su país, acusados de injerencia en asuntos internos.

Sur les 250 000 textes rendus publics par Wikileaks, 1 600 concernent l'Équateur et beaucoup d'autres la plupart des nations latino-américaines. Le gouvernement de l'Équateur, vers la fin de l'année 2008, a dénoncé l'infiltration dans ses services secrets de la CIA (Central Intelligence Agency) et, au début de 2009, le Président Correa a expulsé deux diplomates accusés d'interférence dans les affaires intérieures de son pays.

@Gumpcorp résume en une phrase l'envie des utilisateurs de Twitter en Équateur:

Quiero ver los documentos de #wikileaks que hablan acerca de america latina y en especial de mi pais #ecuador

Je veux voir les documents #wikileaks qui traitent de l'Amérique latine et en particulier ceux concernant mon pays #ecuador

Avec ironie, El Encamador Guayaco (@Encamador) se demande :

¿Se puede hacer  ecuatoriano?

Peut-on créer un Wikileaks équatorien?

Christian Mendieta (@twittancho) se montre aussi ironique :

Imagínense un Wikileaks ecuatoriano con los secretos de alianza país, sería interesante saber que realmente opina Correa de [el alcalde de Guayaquil] Nebot #wikileaksec

Imaginez un Wikileaks équatorien avec les secrets de l’Alliance PAIS, ce serait intéressant de savoir ce que pense réellement [le Président] Correa [du maire de Guayaquil] Nebot #wikileaksec

Offre d'asile

Selon les plus importants médias internationaux, le gouvernement de l'Équateur a offert l'asile au fondateur de  WikiLeaks, Julian Assange, dans son pays et un forum pour publier les secrets des États-Unis qui concernent l'Amérique latine. Le bref communiqué du ministère des affaires étrangères indique :

El Gobierno Nacional, a través del Ministerio de Relaciones Exteriores, Comercio e Integración invitará al señor Julian Assange, creador de la página Web WikiLeaks, para que exponga documentación sobre la situación relacionada con el conjunto de países de América Latina y Ecuador.

Le gouvernement, par son ministère des Affaires étrangères, du commerce et de l'intégration invite M. Julian Assange, créateur du site web WikiLeaks, pour qu'il révèle les documents qui explique la situation concernant les pays d'Amérique latine et l'Équateur.
Quelques heures après, lors d'une conférence de presse, le Président Correa a démenti l'invitation du Vice-Chancelier Kintto Lucas, expliquant qu'elle avait été faite de son initiative personnelle, sans l'autorisation du Ministre des affaires étrangères Ricardo Patiño ni du président.

El Ciudadano Web commente les objectifs de l'invitation :

“El objetivo –precisa la nota oficial, difundida por la agencia Prensa Latina– es conocer de primera mano tal información a través de conferencias y ofrecer a Assange la posibilidad de realizar un trabajo investigativo y formar a la vez investigadores en Ecuador”.

“Les objectifs [de l'invitation] –selon un communiqué officiel publié par l'agence Prensa Latina –est de connaitre ces informations de première main à travers des conférences et la possibilité pour M. Assange de faire des recherches, ainsi que la  formation des chercheurs équatoriens.”
Marie (@marie2783) met en doute l'offre d'asile et les critiques de la droite équatorienne portant sur la liberté d'expression :

Apoyamos la libertad de xpresion!!! Doble Moral??? «Patiño considera legítima invitación al Ecuador a fundador Wikileaks» Via @elcomerciocom

Soutenons-nous la liberté d'expression??? C'est un double langage!!! «Patiño considère légitime l'invitation en Équateur du fondateur de Wikileaks» Via @elcomerciocom
Dans un billet sur Wikileaks et la liberté d'information [es], Fátima Ifigenia écrit:

¿Cómo puede este gobierno ofrecer la residencia a Julian, si Quito todavía vive en estado de excepción (que incluye restricciones a la libertad de expresión, aunque no se estén aplicando, aparentemente)? ¿Si información de los contratos petroleros con China, que afecta directamente al bolsillo de todos los ecuatorianos, se considera confidencial? ¿Cómo puede invitarlo, cuando el gobierno se pasa atacando a los medios cuando difunden información que no le conviene, diciendo que es sesgada, antigua o truncada?

Comment ce gouvernement peut-il offrir l'asile à Julian, alors que Quito vit encore en état d'urgence (qui comprend des restrictions sur la liberté d’ expression, même si elles ne sont plus appliquées, apparemment ?.) Si les informations sur les contrats de pétrole avec la Chine, qui concernent les porte-monnaies de tous les Équatoriens, sont considérés confidentielles, comment [le gouvernement] pourrait-il l'inviter, quand il attaque les médias lorsqu'ils publient des informations qui ne lui plaisent pas, en disant qu'ils sont déformées, dépassées ou incomplètes ?

Manuel Ignacio Gómez Lecaros dans HOY Y AHORA (Aujourd'hui et maintenant) utilise l'ironie pour imaginer comment le groupe d'enquêteurs et de hackers d'Assange pourrait travailler en Équateur, et ajoute :

Con la venida de Assange, el Gobierno ya no tendría argumentos para atacar la libertad de prensa. No podrían por un lado validar su trabajo y, por otro, insultar y atacar a nuestros periodistas que investigan al Gobierno.

Avec Assange ici, le gouvernement n'aurait plus d'arguments pour attaquer la liberté de presse. Il ne pourrait pas d'un côté soutenir leur travail et, de l'autre, insulter ou attaquer nos journalistes qui enquêtent sur le comportement du gouvernement.

Le débat devient vif dans le pays. Après le sommet des états de l'Union des nations sud-américaines (UNASUR) le président a parlé de “péchés véniels”  :

“Seguían a Cristina Fernández para que intervenga con el Presidente Correa para que no sea tan emotivo, inmaduro, que sea más equilibrado en el caso de Colombia, defendiendo siempre a Colombia que es su aliado en la Región, pero son pecados banales, si cabe el término, de lo que sabemos hasta ahora, he pedido un informe detallado a Inteligencia sobre las informaciones referentes a Ecuador, información que analizaré y en función de eso daremos nuestra respuesta correspondiente”, declaró el Jefe de Estado.

“[Les USA] ont demandé à Mme Cristina Fernández [la Présidente de l'Argentine] d'intervenir auprès du Président Correa pour qu'il ne soit pas si émotif, immature, afin qu'il traite de façon plus équilibrée le problème de la Colombie, tout en défendant ce pays qui est son allié dans la région, mais ce sont des péchés véniels, si on peut utiliser ce terme, d'après ce que nous savons jusqu'à présent, j'ai demandé un rapport détaillé aux services secrets sur les informations concernant l'Équateur,  informations que je vais analyser et en fonction desquelles nous donnerons nos réponses”, a déclaré le chef de l'état [Rafael Correa].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site