Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie, Liban : les blogueurs libanais soutiennent les manifestants contre le “Pinochet arabe”

Les blogueurs libanais expriment à leur tour leurs inquiétudes sur les émeutes en Tunisie qui ont fait selon des bilans toujours provisoire entre 24 et 35 morts.

Leur sympathie et leur soutien vont aux jeunes Tunisiens qui manifestent contre l'autoritarisme, la corruption et la gestion économique contestée du président Zine el Abidine ben Ali, que le blogueur libanais Angry Arab surnomme le “Pinochet arabe”.

Pour mémoire, les manifestations ont commencé en Tunisie après l'immolation par le feu d'un jeune de  24 ans, Mohamed Bouazizi, quand la police a saisi son outil de travail, un étal de fruits et légumes.

Le monde arabe suit de près ce qui est la pire crise intérieure de la Tunisie depuis des décennies, et beaucoup de blogueurs arabes partagent le désespoir ressenti par les manifestants tunisiens.

Rita Chemaly, bouleversée, a écrit un billet pour soutenir les manifestants :

c’est une horreur,

les images tournent en boucle,

je regarde el jazeera,

je zappe, pour voir cnneuronews, puis France 1, 2, 3 et m6,

je regarde les chaînes libanaises, aussi…

une nouvelle est reprise, des images floues,

des images sous titrees “rassass hayy” “des balles” vraies, contre ceux qui protestent pour leur pain de ce jour et de tous les jours!

des personnes tuées, et le ministre de la communication, dit, on veut et nous ouvrons le dialogue, pire, l’éminent monsieur déclare: nous sommes contre la violence!

oui, le monsieur le déclarait alors que des personnes sont tuées!

et cher monsieur: savez vous que tirer à bout portant sur des jeunes étudiants, sur des jeunes qui protestent pour leur pain de ce jour, pour leur travail de demain, et pour l’avenir de tous, est une violence de votre part? Une exaction contre leur liberté de s’exprimer, d’etre des citoyens, et de vivre?

J’ai vécu au Liban au siècle ou on nous offrait des “douches” gratuites, lors de nos manifestations,

Oh Liban de ce temps la, ou les étudiants étaient suivis, pourchassés, et douches, ou es-tu, pour donner des leçons de tenue a ce cher gouvernement qui use de ses balles et de sa police, et son armée légitime pour encercler des régions et assaillir les présumés assaillants?

Courage chers amis, en Algérie, en Égypte, et surtout en Tunisie!!

Le blogueur Angry Arab voit dans les politiques imposées par le Fonds Monétaire International à la Tunisie l'un des possibles détonateurs des troubles actuels :

Comment vont finir les manifestations n'est pas clair à ce moment de l'histoire. Le gouvernement Ben Ali est hystérique et tente de reprendre le contrôle de la situation en envoyant la police et des forces de sécurité dans les villes où il y a des manifestations. Les manifestations étaient pacifiques et n'ont pas incité à la violence ou au vandalisme. Certains manifestants brandissaient simplement du pain et d'autres des pancartes demandant du travail et leur dignité.

Pendant ce temps, le FMI continue à pousser la Tunisie vers une politique d'austérité en matière de dépenses publiques et recommande que le gouvernement tunisien mette fin à ses subventions de soutien aux produits dérivés du pétrole et aux denrées alimentaires, et qu'il reforme son système de sécurité sociale, nom de code pour la privatisation du système de retraite en Tunisie, dont dépendent les Tunisiens défavorisés. La plus grande hypocrisie de tout ça est que le FMI recommande ces politiques pour stimuler le marché du travail  et la croissance, qui est la recette copiée-collée du FMI pour toutes les nations qu'il étudie.”

Angry Arab poursuit sur la Tunisie en soulignant que la police tunisienne utilise des grenades lacrymogènes fabriquées en Israël contre les manifestants :

“… Des Tunisiens ont ramassé des grenades lacrymogènes qui portaient des mentions en hébreu les identifiant comme fabriquées en Israël. On sait que des relations secrètes existent entre les deux pays. Maintenant, nous savons où ce régime se fournit en grenades lacrymogènes.  D'autres grenades lacrymogènes portent des mentions en anglais et des conseils d'utilisation vétérinaires, pour les animaux. C'est comme ça qu'ils traitent des arabes !  Non pas que les régimes arabes aient besoin de leçons pour apprendre comment tuer leurs propres citoyens mais le régime copie la brutalité israélienne contre les Palestiniens, des Palestiniens sont morts après avoir été atteints par des grenades lacrymogènes.

Beirut Spring voient dans les troubles en Tunisie, en Algérie, en Egypte, en Jordanie et au Koweït à des signes de la “décadence arabe”, et se demande si le Liban connaitra jamais une révolte semblable :

Qui a-t-il de commun entre les manifestations en Tunisie, l'attentat (contre l'église chrétienne) d'Alexandrie, les émeutes en Jordanie, et l'agitation politique au Koweït ?

Marc Lynch propose une hypothèse :

“Ces quatre situation apparemment sans relations au cours du mois dernier attire l'attention sur la décadence accélérée des institutions et sur la dégradation du tissu social  dans beaucoup de pays arabes pro-Occident aux régimes supposés  “modérés” . Ce qui semble relier ces quatre situations en cours, malgré d'évidentes différences, est une combinaison d'autoritarisme et d'isolation, de promesses économiques non tenues, d'extrémisme religieux en hausse dans les couches populaires et d'une frustration profonde chez les jeunes générations, toujours plus connectées à Internet et expertes en nouvelles technologies.

Ce qui me semble intéressant, c'est l'absence de tout mouvement sociaux au Liban qui ne soit pas lié à la politique. Est-ce que cela signifie que notre système de répartition des pouvoirs entre communautés religieuses permet l'élaboration d'un tissu social plus dynamique et plus flexible ?

Les émeutes en Tunisie, ajoutées aux troubles dans d'autres pays arabes, sont un signe évident de l’ insatisfaction généralisée des arabes envers leurs dirigeants despotiques. Dans leur lutte, les Tunisiens trouveront des amis et des sympathisants dans tout le monde arabe, y compris au Liban.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site