Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Le blog du ministre des Affaires étrangères piraté

Capture d'écran d'une page piratée du blog du ministre. "Regardez! La Tunisie est assassinée par BEN ALI"

Des rumeurs se sont répandues comme une trainée de poudre sur le Web quelques minutes après la publication d'un billet sur le blog du ministre tunisien des Affaires étrangères Kamel Morjane, supposément écrit par lui, annonçant sa démission. On ignorait si le billet publié, disponible en arabe, en anglais et en français, était authentique, ou si le blog de Kamel Morjane avait été piraté, aucun communiqué officiel correspondant n'ayant été publié.

Il se trouve que cette lettre de démission était en effet un faux, et que le blog du ministre a effectivement été piraté.

Sur Twitter, les internautes ont d'abord conseillé la prudence avant de croire à l'information, surtout après les rumeurs d'un coup d'état en Tunisie tôt le mercredi matin 12 janvier, qui se sont révélées fausses.

Dans  la fausse lettre de démission publiée sur son blog, Kamel Morjane écrivait :

Citoyens, citoyennes,

Étant témoin des événements qui ont lieu en Tunisie depuis le 17 Décembre 2010, je ne me sens plus désormais capable d’assumer mes fonctions dans la sérénité et l’objectivité que je m’imposais, et je vous informe de ma démission du gouvernement tunisien en tant que ministre des Affaires étrangères.

Je demande aux familles des Martyrs d’accepter mes sincères condoléances et mon regret le plus total de cette tragèdie.

Ayant épousé la fille d’un des cousins de Ben Ali, j’ai aussi fait partie de ce qu’on l’on nomme, à juste titre, le Clan de la famille Ben Ali. Je ne suis pas fier de ma propre famille et suis prêt à être jugé devant un tribunal libéré du joug de la dictature, comme ils le seront, de ce que l’on a fait à la Tunisie, en esperant que le peuple tunisien, à travers ma démission d’aujourd’hui, sera plus compatissant envers moi et ma famille proche.

Je prends cette décision en espérant que le retour au calme s’instaure. Je quitte le gouvernement tunisien pour exprimer ma profonde tristesse et mon indignation vis-à-vis de la mauvaise gestion de cette crise, causant ainsi la mort de plusieurs dizaines de jeunes tunisiens. Je suis profondément convaincu qu’il ne s’agisse pas de terroristes, mais de citoyens exerçant leur droit de manifestation face à un régime qui les a délaissé depuis deux décennies et c’est exactement pour cette raison que je ne me considère plus membre de ce gouvernement despote et manipulateur.

Sachez que dans un dernier élan, le gouvernement tente tant bien que mal de décridibiliser (Sic) les manifestants en les décrivant comme terroristes et comme des gens refusant le dialogue, aux yeux des médias étrangers; cela en payant des casseurs et pilleurs et en semant le doute aussi parmi la population tunisienne, quant aux agissements inhumains des policiers.

Encore une fois, mes plus sincères condoléances aux familles des victimes. Pas seulement celles qui sont mortes en martyrs ces quatre dernières semaines, mais les familles brisées par l’injustice et les torts causés par ce Clan.

Désormais, je ne serai plus impliqué dans cette répression aveugle qu’on impose au peuple Tunisien.

Pour une Tunisie libre,

Kamel Morjane

Sur Twitter, une véritable explosion a eu lieu, certains utilisateurs célébrant ce qu'ils ont appelé le début de la fin du régime  Ben Ali, ‘d'autres appelant à raison à la prudence.

Zizoo from Djerba a immédiatement douté que la lettre de démission soit authentique et écrit:

On dirait que la démission de Morjane est une blague. la lettre en arabe comporte des fautes et est mal écrite

Marc Lynch (abuaardvark) ajoutait:

Les lettres de démission du ministre tunisien différent beaucoup en arabe et en anglais : attends que quelqu'un le contacte

Brian Whitaker a noté:

Le blog de Morjane est probablement tenu par un membre de son cabinet ; peut-être qu'il n'y a jamais touché lui même.

The Arabist, en Egypte, était sceptique :

En relisant la lettre de démission en français et en arabe, je suis de plus en plus sceptique. Il propose d'être jugé par un tribunal pour dictature ?

Mona Eltahawy, également en Egypte, ne pouvait s'empêcher d'espérer :

J'espère que la démission de Morjane est vrai ce serait formidable qu'un ministre prennent position pour le peuple pour une fois. Espoir&espoir!

Samira Abed était réaliste :

Les Tunisiens en doutent, ils ne sont pas habitués à un tel héroïsme  de la part de leurs politiciens  :)

Sami ben Gharbia a donné son avis :

logiquement, Kamel Morjane devrait donner sa émission s'il veut sauver la face. Ben Ali partira, c'est une question de jours (c'est mon avis)

Après la première euphorie, les utilisateurs de Twitter se sont calmés.

Eltahawi:

Twitter – après la fausse rumeur d'un coup d'état il y a quelques jours, calmons-nous. On aimerait tous que Morjane démissionne et que s'en aille mais attendons confirmation.

Whitaker remarquait:

La version anglaise de la lettre de Morjane me semble bizarre. En y réfléchissant, je pense que c'est un faux.

The arabist en Egypte confirmait :

via @, le ministère des affaires étrangères de la Tunisie dément la démission de Kamel Morjane. Attendons la suite…

Une mise à jour faisait ensuite apparaitre ce graphisme sur le blog, confirmant qu'il s'agissait bien d'un piratage [une vidéo des morts et blessés à l'hôpital de Kasserine, assorti d'un texte en anglais intitulé “Ben Ali est un meurtrier”a ensuite été publiée].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site