Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sénégal : deux petits-fils de Cheikh Bamba boycottent la visite de Wade à Touba

dierydiallo s’interroge sur son blog sur la visite le 20 janvier 2011 du Président Abdoulaye Wade à Touba, siège de la confrérie musulmane des mourides :”Le chef de l’Etat du Sénégal, M. Abdoulaye Wade qui se rend cet après-midi dans la ville sainte de Touba serait-il déclaré persona non grata par les petits-fils de Cheikh Ahmadou Bamba ?”

1 commentaire

  • Dans cet entretien le president du Cercle des jeunes chefs religieux du Senegal Serigne Modou Bousso Dieng revient sur l histoire de la franc-maconnerie evoquee ces derniers jours par le chef de l Etat le projet de Touba ville du futur la Case des tout-petits et la modernisation des daaras ecoles coraniques mais aussi sur le mouridisme du President Wade et de son fils Karim………….Quel commentaire vous inspire la declaration de Abdoulaye Wade faisant reference a son passe de franc-macon repenti?.A mon avis je le considere toujours comme franc-macon parce que je n ai jamais vu un franc-macon se renier. Retenez une seule chose que Karim soit mouride ou pas il ne faut donner aucune credibilite a la parole de Wade!..Pourquoi etes-vous si dur avec Karim et son pere alors que Wade a beaucoup investi a Touba?..Je n ai aucun probleme avec eux ni un sentiment d animosite envers eux. Ce qu il avait promis a le defunt Khalife general Serigne Saliou c etait d investir chaque annee 20 milliards dans Touba et que dans 5 ans il va terminer les 100 milliards…

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site