Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : La “Chapelle Sixtine” des cristaux

Au Mexique, la ville de Naica située au nord de l’état du Chihuaha, se consacre à l’exploitation minière depuis 1794 [en anglais] ; mais cette mine ne bénéfice d’une reconnaissance à l’échelon international que depuis quelques années, avec la découverte ce que l’on  a baptisé la “grotte des cristaux”. A l’intérieur de celle-ci, des cristaux géants –  appelés « pierre de lune » – lui confèrent une atmosphère « extraterrestre ».

Gypse de sélénite. Image de l’utilisateur Flicker B. Tse avec la licence CC BY-NC-ND 2.0

C’est ce que le blogueur Carlos Roque Sánchez explique dans le Blog de Superheroes [en espagnol] :

Ocurrió que realizando nuevos túneles de exploración en búsqueda de más mineral, y estando a una profundidad de casi cuatrocientos metros (400 m), por casualidad, se descubrió una cueva repleta de enormes cristales de selenita (yeso), de unos diez metros (10 m) de longitud y alrededor de uno (1 m) de ancho.

Un espectáculo difícil de imaginar.

Ningún hombre había visto hasta entonces algo igual. Una auténtica maravilla de la naturaleza que se mostró a los sorprendidos ojos de los mineros de manera serendípica, de forma accidental.

Cela s’est produit à une profondeur de près de quatre cent mètres (400 m) lors du creusement de nouvelles galeries, à la recherche de nouveaux minerais à extraire. Ils ont découvert par hasard une  grotte remplie d'énormes cristaux de sélénite (gypses) d’environ dix mètres (10 m) de long sur un mètre (1 m) de large.

Un spectacle que l’on a du mal à s’imaginer.

Personne n’avait vu quelque chose de semblable jusqu’alors. Une véritable merveille naturelle qui s’offrait, par le plus heureux des hasards, aux yeux écarquillés des mineurs.

Carlos poursuit son billet, en détaillant les difficultés que les mineurs on rencontrées [en espagnol] lorsqu’ils ont pénétré dans la grotte :

Por supuesto no está abierta al público. Sus trescientos noventa metros (390 m) de profundidad, más de cincuenta grados Celsius (50 ºC) de temperatura y un aire saturado de humedad casi del cien por cien (100%), la hacen inhabitable para el ser humano.

En esas condiciones sólo se podría sobrevivir unos ocho minutos (8 min), antes de deshidratarse, de “cocerse al vapor”. Un lugar diabólico localizado por lo que llaman las coordenadas del infierno.

Bien entendu ce n’est pas ouvert au public. Ses 390 mètres de profondeur, la température ambiante de plus de 50 º C ainsi que ses près de 100% d’humidité ne lui permettent pas d’être visitée.

Dans ces conditions, on ne pourrait y séjourner que huit minutes avant de souffrir de déshydratation  et de se transformer littéralement en vapeur.” Un lieu infréquentable situé dans ce qui est appelé les entrailles de l’enfer.

Le blog The Flysch Deposit ajoute :

Une lourde porte de métal et la loi mexicaine empêchent les mineurs et des personnes mal intentionnées d’y pénétrer ; seuls des spécialistes en cristallographie ont un droit d’accès. Sans humidité pour les maintenir en état, les cristaux peuvent se fendre et se rompre sous leur propre poids.  Au contact de l’air, le dioxyde de carbone et d’autres gaz leur enlèveraient leur splendeur innée.

Sur son Blog de Superheroes, Carlos termine son billet avec une référence à Superman et à la kryptonite [en espagnol], et explique le surnom populaire de la grotte :

Y es que los enormes cristales semejan haces de luz que inundan la cavidad. Una cavidad que nos ofrece unos paisajes que parecieran salidos de otros mundos.

De ahí mi referencia a la kriptoniana fortaleza supermánica.

Una buena prueba de su singular belleza nos la da el sobrenombre que le han puesto: la Capilla Sixtina de la Cristalografía.

Et les cristaux ressemblent à d’immenses rayons de lumière qui remplissent la grotte. Une grotte qui offre un paysage de science-fiction.

C’est ainsi que j’ai eu l’idée de la référence à la force kryptonienne de Superman.

La preuve de sa beauté inégalable est dans le surnom qu’on lui a donné : la Chapelle Sixtine de la cristallographie.

Cristal de gypse (sélénite) provenant de Naica (Mexique). Collection du Musée d’Histoire Naturelle de Los Angeles. Image de Julian Fong, utilisateur de Flickr licence CC BY-SA 2.0

Pour voir des images de cette merveille de la nature et pour obtenir de plus amples informations sur la ville de Naica, rendez-vous sur le site officiel du Projet de Naica [en anglais et en espagnol], sur la galerie de photos du National Geographic [en anglais]. Et visionnez cette vidéo [en anglais].

1 commentaire

  • […] Une découverte assez folle dans une mine mexicaine dans des conditions assez folles aussi, ce qu’on appelle depuis La Chapelle Sixtine des Cristaux. Si la température et l’humidité ne vous ont pas achevé, la taille des roches vous humiliera (au sens de vous rendre modeste, attention). […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site