Bangladesh, Inde : Droits humains et tragédies de la frontière

(Le billet d'origine a été publié le 12 janvier 2011)

[Liens en bengali sauf mention contraire] Les Bangladais ont été choqués par les photos largement publiées du corps sans vie d'une jeune Bangladaise de 15 ans accroché à la clôture de la frontière entre l'Inde et le Bangladesh. Selon les dépêches d'actualité [en anglais] la jeune fille qui se nommait Felani a été tuée par balle par la Force de Sécurité Frontalière [en anglais] Indienne (FSF) à Anantapur alors qu'elle traversait illégalement la frontière avec son père pour retourner au Bangladesh.

Mahmud Faisal décrit la façon dont la jeune fille fut vouée à ce sort tragique:

বাবা কাঁটাতার পেরিয়ে চলে এলেন, ফেলানীর কাপড় আঁটকে গেলে সে ভয়ে চিৎকার করে ওঠে– সাথে সাথে গর্জে ওঠে বিএসএফ-এর বন্দুক। একটা গুলি ফেলানীর পিছন থেকে ঢুকে সামনে দিয়ে বেরিয়ে যায়। তবু সে বেঁচে ছিলো। বি,এস,এফ চাইলেই তো ঐ ৪ ঘন্টা’র মাঝে কিশোরীটিকে আরো কয়েকবার গুলি করে হত্যা নিশ্চিত করতে পারতো। তা না করে তারা ৪ ঘন্টা অপেক্ষার পর যখন মেয়েটি’র গোঙ্গানী বন্ধ ও দেহ নিথর হয়েছে বলে নিশ্চিত হয় তখন এসে লাশ নিয়ে যায়। কাঁটাতারে গুলিবিদ্ধ অবস্থায় ঝুলে থেকে ফেলানী “পানি পানি” বলে চিৎকার করছিলো। সাড়া দেয়ার কেউ ছিলো না। তিরিশ ঘন্টা পর তার লাশ এলো যেভাবে মরা গরুকে ঝুলিয়ে আনা হয়।

Son père a réussi à passer les barbelés, mais les vêtements de Felani s'y sont accrochés et elle a commencé à hurler de peur. En la remarquant la FSF a tiré instantanément et une balle a traversé son corps. Mais elle n'est pas morte. Si la FSF l'avait voulu, elle aurait pu mettre fin à sa souffrance en continuant à tirer. Mais ils ont attendu quatre heures avant d'être sûrs qu'elle avait arrêté de crier et qu'elle était morte. Elle criait “De l'eau, de l'eau” alors qu'elle était pendue sur les barbelés, blessée. Personne ne l'a écoutée et la FSF a finalement emmené son corps sans vie. Après 30 heures elle était ramenée au Bangladesh comme une vache morte.

La Force de Sécurité Frontalière indienne et les barbelés. Image par Sanjeev Syal. Copyright Demotix

Dans un rapport de 81 pages récemment publié et intitulé “‘Gâchette facile’ :  usage excessif de la force par les troupes indiennes à la frontière bangladaise,” [en anglais] l'Observatoire des Droits de l'Homme a découvert de nombreux cas [en anglais] d'usage de la force sans discernement, de détention arbitraire, de torture, et de meurtres par la Force de Sécurité Frontalière Indienne, sans enquête ou châtiment adéquats.

“La force frontalière semble être hors de contrôle, avec l'ordre de tirer sur tout suspect”, a déclaré Meenakshi Ganguly, directrice de la branche sud-asiatique de l'Observatoire des Droits Humains. “Les opérations à la frontière ignorent la règle juridique la plus basique, la présomption d'innocence.”

L'organisation pour les droits humains bangladais Odhikar dit dans un rapport [en anglais] que la FSF tue un Bangladais tous les quatre jours. Elle dit aussi [en anglais] que la FSF a tué 74 citoyens bangladais innocents en 2010, en a blessé 72 et enlevé 43. Au cours de la dernière décennie plus de 1000 Bangladais furent tués dans les régions frontalières par la FSF.

Alfaz Anam dit:

শনিবারের নয়াদিগন্তের ছবিতে দেখা যাচ্ছে লাল পায়জামা পড়া ফেলানির ছোট্র শরীরটা ঝুলছে বাংলাদেশ-ভারত সীমান্তে কাটাতারের বেড়ায়। যেনো একখন্ড বাংলাদেশ ঝুলে আছে। কেন ফেলানিকে হত্যা করা হলো? [..]

বাংলাদেশ নামক এই রাষ্ট্রের নাগরিকদের প্রতি অপরিসীম ঘৃনার মনস্তত্ব থেকে গুলির নিশানা হচ্ছে বাংলাদেশের নাগরিকরা। ফেলানিকে সহজেই বিএসএফ ধরে ফেলতে পারতো। নিতে পারতো আইনগত ব্যবস্থা। কিন্তু তা তারা করেনি। কারণ ফেলানি বাংলাদেশের নাগরিক। হত্যায় ওর উপযুক্ত শাস্তি।

Dans le Naya Diganta (quotidien bangladais) de samedi nous voyons une photo du corps de la petite Felani habillée de rouge pendre sur les barbelés de la frontière entre l'Inde et le Bangladesh. On dirait une partie du Bangladesh qui pend. Pourquoi a-t-elle été tuée? [..]

Les citoyens bangladais subissent cette atrocité inhumaine à cause d'une haine extrême envers eux. La FSF pouvait facilement arrêter Felani et prendre les mesures légales nécessaires. Mais ils ne l'ont pas fait car elle est bangladaise. La mort est son ultime châtiment.

এভাবে প্রতিনিয়ত মারা যাচ্ছে পারুল আর ফেলানিরা। কিন্তু খুব কম সময়ই এরা খবর হন। পারুল আর ফেলানিদের জীবনের কোনো নিরাপত্তা নেই। নতুন বছরের প্রথম সপ্তাহেই হত্যা করা হয়েছে ৬ জন বাংলাদেশীকে। [..] ভারতের সাথে শত্রুরাষ্ট্র পাকিস্তানের সীমান্ত আছে। কাশ্মীরে ভারতীয় বাহিনীর সাথে নিয়মিত গোলা বিনিময় হয় কিন্তু এভাবে নিরীহ মানুষ নিহত হয় না। আজকে পাকিস্তানের চেয়ে বাংলাদেশের নিরস্ত্র মানুষ যেনো ভারতের প্রধান শত্রু।

De cette façon des Parul (une autre jeune Bangladaise de 13 ans tuée en 2009 par la FSF) et des Felani meurent chaque jour. Ce n'est pas du tout mis en évidence dans les actualités. Ils n'ont aucune sécurité. Six Bangladais ont été tués pendant la première semaine de 2011. […] L'Inde a aussi des frontières avec son soi-disant ennemi, l'Etat pakistanais. Au Cachemire il y a des fusillades régulières entre gardes-frontières. Mais aucun civil n'est tué comme ça. Il semble que les Bangladais désarmés sont de plus grands ennemis que le Pakistan pour les gardes indiens.

Rahnuma Ahmed souligne [en anglais] dans un billet intitulé “Tuer ton voisin” pourquoi malgré toutes ces menaces les gens traversent la frontière entre le Bangladesh et l'Inde légalement et illégalement:

La clôture divise et sépare. Villages. Terres agricoles. Marchés. Familles. Communautés. Il coupe à travers des marais à mangroves dans le sud-ouest, des forêts et des montagnes dans le nord-est.

Il a aussi séparé la famille de Fazlur Rehman, le grillage serpentait dans leur propriété du village de Panidhar, son plus jeune frère qui vivait juste à côté, est maintenant dans un autre pays (Time, 5 février 2009 [en anglais]). D'autres habitants de la frontière ont eu leurs maisons coupées en deux, la cuisine dans un pays, la chambre dans un autre.

Bannière de la plateforme de blog Amar Bornomala

Les internautes sont aussi frustrés par la piètre réponse du gouvernement. Helal M Rahman sur la plateforme de blog Amar Bornomala se plaint:

এতসব হত্যাকান্ডের পরেও আমাদের রাষ্টযন্ত্রের সবোর্চ্চ পর্যায়ের কোন মাথাব্যথা বা হত্যাকান্ড বন্ধের কোন পদক্ষেপ নিতে দেখা যাচ্ছেনা।

Après tous ces incidents les plus hautes instances du gouvernement restent silencieuses et elles ne font rien pour arrêter ces meurtres aveugles.

Le blogueur Arif Jebtik écrit:

দিন আগের মতোই চলতে থাকবে। কিছুই বদলাবে না। ভারতের ঋণে আমার রাষ্ট্রে একটা বড় রাস্তা হবে। সেই রাস্তা দিয়ে আসবে যাবে বন্ধুরাষ্ট্রের গাড়িগুলো। আমরা অতিথিপরায়ণ সভ্য জাতি, কোনো দিন তাদের দিকে গুলি ছুড়তে যাব না। চিকন চালে ধোঁয়াওঠা ভাত আর ইলিশ মাছের ঝোল দিয়ে আমরা অতিথি আপ্যায়ন করব।

তৃপ্তির ঢেকুর তুলতে তুলতে বউয়ের জন্য জামদানি শাড়ি ব্যাগে পুরে বিএসএফপ্রধান আমাদের শান্তি আর বন্ধুত্বের বাণী শোনাবেন।

আমরা মোবাইলের এসএমএসে জানব ও বন্ধুদের জানাব, তিন কোটি টাকায় নিলামে বিক্রি হয়েছেন ক্যাপ্টেন সাকিব হাসান। হিন্দি চ্যানেলের সিরিয়াল দেখে আমাদের গিন্নীরা হাঁপুস নয়নে কাঁদতে থাকবেন।

কিন্তু সীমান্তের পাখির মতো মরে যাওয়া আমার বোন ফেলানির জন্য আমরা কেউ কখনো কাঁদব না।

আমরা শুধু তোতাপাখির মতো স্লোগান দিয়ে যাব, ভারত-বাংলাদেশ মৈত্রী_জয় হো!

Cela continuera d'arriver. Rien ne changera. Une longue autoroute sera construite avec des prêts indiens. Des voitures rouleront des états voisins jusqu'au Bangladesh sur cette autoroute. Nous sommes des hôtes civilisés, nous les traiterons toujours avec du bon riz cuit à la vapeur et du curry de poisson Hilsha plutôt qu'avec des balles.

Le chef du FSF continuera à prêcher la paix et l'amitié après avoir empaqueté des saris Jamdani en cadeau à sa femme.

Via SMS nous répandrons joyeusement l'information que le capitaine de cricket bangladais Shakib Al Hasan a été vendu à la Première Ligue Indienne pour 30 millions de Taka (310 000 €). Nos femmes continueront à regarder les séries de la télé indienne et à verser des larmes durant les scènes tragiques.

Mais nous ne verserons jamais des larmes pour notre soeur qui a été massacrée à la frontière.

Nous prononcerons juste  les mots magiques comme des perroquets, ‘longue vie à l'amitié entre l'Inde et le Bangladesh’.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site