Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda : Un militant pour les droits des homosexuels retrouvé assassiné

Le défenseur ougandais des droits des homosexuels David Kato a été retrouvé assassiné hier, quelques semaines seulement après avoir gagné le procès [en français] qui l’opposait à un journal de son pays qui avait appelé les Ougandais à “pendre” les homosexuels.

Kato était le défenseur du « Ouganda Minorités Sexuelles », groupe oeuvrant pour la reconnaissance des droits des homosexuels et qui a publié le communiqué de presse suivant [en anglais comme tous les liens suivants]:

David a été sauvagement battu à mort à son domicile ce 26 janvier 2011, aux alentour de 14 heures. A travers le pays tout entier, ses compatriotes le pleurent : lesbiennes, hétérosexuels, homosexuels, bisexuels, transsexuels et les personnes intersexuées, pour qui il était un ami proche, un collègue, un enseignant, un membre de la famille et un défenseur des droits de l’homme.

David recevait des menaces de mort depuis que sa photo avait fait la une du Rolling Stone Magazine : les menaces appelaient à le supprimer lui ainsi que tous les homosexuels. La mort de David s’est produite immédiatement après que la Cour Suprême d’Ouganda a rendu son jugement selon lequel les incitations à la violence contre les homosexuels devaient cesser et que le droit au respect de la vie privée et à la dignité humaine devaient être respecté.

L’Ouganda fait l’actualité des problèmes de droits des homosexuels depuis octobre 2009, lorsqu’un membre du Parlement, David Bahati, a fait ajourner une proposition de loi qui aurait prévu l’emprisonnement à vie ou la peine de mort non seulement pour les homosexuels mais également pour toute personne ayant été reconnue aider ou promouvoir le droit des homosexuels.

Cette proposition de loi a amplifié la mouvance anti-homosexuelle déjà fortement implantée dans le pays : le journal local Rolling Stone [sans lien avec le Rolling Stone Magazine] a publié une liste contenant le nom et l’adresse de 100 homosexuels supposés. Kato était sur cette liste et son visage apparaissait sur la première page du journal.

Rolling Stone "100 Pictures of Uganda's Top Homos Leak: Hang Them"

Photo de Gay Uganda.

Des blogueurs pleurent aujourd’hui la mort de Kato à travers le continent africain et élèvent la voix pour soutenir la communauté homosexuelle ougandaise. Sokari de Black Looks écrit :

La vie de tous les Kuchus ougandais [mot que les homosexuels ougandais utilisent pour se désigner eux-mêmes] est désormais risquée : comment seront-ils protégés ? Qui les protègera ? Comment justice sera rendue à David ? L’une des solutions est de s’assurer qu’il y ait une véritable enquête suite à son assassinat y compris quant au rôle tenu par l’attitude homophobe du Premier Ministre ainsi que des responsables religieux et ce qui devra être fait pour protéger les autres. Une autre solution est d'en parler aussi largement et souvent que possible.

Queeattitude surnomme Kato le “héros tombé” et appelle à la fin des violences faites aux homosexuels :

Bien que ce problème ait été traité à plusieurs reprises par nombre de blogueurs, je pense qu’il est temps que ces jeux de cape et d'épée cessent. Un innocent a perdu la vue d’une manière monstrueuse. Cela montre l’escalade de la haine envers les minorités sexuelles. Il s’agit donc d’un problème sérieux qui, s’il n’est pas traité, pourrait se terminer dans un bain de sang pour des innocents ; tout cela parce que des personnes ont une autre vision (eux, pas vous) de l’amour. Pour tuer un de ses semblables avec autant de sauvagerie, je pense que cela contredit au final ces mêmes doctrines auxquelles les militants anti-homosexuels prétendent adhérer. J’ai honte pour tous ces gens.

Gay Uganda, qui avait des liens d’amitié avec Kato écrit :

Je suis sous le choc.
Littéralement sous le choc.  Je viens d’apprendre que l’un de nos membres, un activiste homosexuel de premier plan, un homme pur et dur, qui était sur le devant de la scène avec le mouvement pour les droits des homosexuels en Ouganda, David Kato Kisule a été assassiné. Sa mort, c’est un véritable coup de massue.

Il est mort. Son corps repose actuellement à l’Hôpital Lugazi.

A quoi sa mort sert-elle ? Je suis vraiment sous le choc.

Le magazine d’information ougandais Kampala Dispatch indique que la police ougandaise a nié toute corrélation entre l’assassinat de Kato et son orientation sexuelle. L’article comprend une citation de Giles Muhame, le rédacteur en chef de Rolling Stone :

“S’il a été assassiné, c’est triste et nous prions pour son âme,” a déclaré Muhame.

“S'il a commis de nombreux délits, ce n’est peut être pas parce qu’il était homosexuel. Nous voulons que le gouvernement procède à la pendaison des personnes qui promeuvent l’homosexualité, pas pour que les citoyens les attaquent. Nous avons dit qu’ils devraient êtres pendus, pas lapidés ou agressés.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site