Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Qatar : « À bas Mubarak », crie la population

[liens en anglais]

À bas Mubarak. Voilà ce que pensent les citoyens de ce petit pays du Golfe qu'est le Qatar, dont la population a utilisé Internet pour exprimer son soutien aux manifestants égyptiens, ses critiques contre Hosni Mubarak et sa fierté pour la couverture continue des événements faite par Al Jazeera, basée à Doha.

La péninsule connue pour sa tranquillité a même fait face à deux manifestations au cours de la semaine dernière. Il s'agit des plus importants signes d'activisme politique depuis la guerre de Gaza en 2009.

Lors de la première manifestation de soutien au peuple égyptien, qui s'est déroulée vendredi après les prières de jum'aa, la police quatarie est rapidement intervenue, arguant que la manifestation était interdite (mamnua).

Manifestants rassemblés près de l'ambassade égyptienne à Doha mardi pour appeler à la démission d'Hosni Mubarak (Photos de by Miko Mayer)

Omar Chatriwala, journaliste indépendant, a publié un compte-rendu de l'événement sur son blog, Synthetic Jungle :

Une centaine de personnes se sont rassemblées au Qatar pour protester contre le gouvernement de Mubarak afin d'exprimer que ce pays du Golfe est solidaire des événements qui marquent d'autres pays du Moyen-Orient.

Les manifestants, arborant des drapeaux égyptiens et brandissant des pancartes, se sont regroupés après les prières du vendredi, dans la capitale, Doha, à proximité de l'ambassade égyptienne, dont la police protégeait l'accès. Les autorités ont tenté de dissuader les spectateurs de se joindre à la manifestation en les notifiant que cette dernière était interdite.

Après avoir clamé des slogans appelant à la démocratie et au départ du gouvernement Mubarak, les manifestants ont entonné des prières funéraires pour les personnes tuées lors des soulèvements en Égypte.

Moins d'une heure après le début du rassemblement, sur ordre de la police, les manifestants ont commencé à se disperser, tout en remerciant par des chants le Qatar de leur permettre de s'exprimer.

Mardi, une foule plus importante, certaines sources font état de 500 personnes, s'est réunie près de l'ambassade égyptienne. La police a bloqué la zone, mais cette fois, il semble qu'elle ait laissé les manifestants dire leur fait.

La rédactrice en chef adjointe actualités d'Al Jazeera English Malika Bilal, présente sur les lieux, a tweeté à propos de l'événement.

@mmbilal a publié :

Personnes de tout âge réunies à Doha pour le #rassemblement de solidarité avec l'Égypte. #Tahrir square http://yfrog.com/h3v5rlj

Puis :

‘Ya mubarak sa7 al nowm, alnaharda akhir youm’ – slogan favori  de la foule rassemblée à #Doha #Egypt #Tahrir http://yfrog.com/gzvs2jj

@hussdajani intervient :

Immense rasssemblement pour #Cairo #Egypt #Jan25 dans la zone de West Bay à #Doha #Qatar ! A bas #Mubarak http://yfrog.com/gye9znoj

À propos de la présence policière qui augmente, @mmbilal dit :

La police du #Qatar reste à une certaine distance de la foule, donc pas d'arrestations ! #Egypt #Tahrir

Finalement :

La pluie commence à tomber et les derniers des 300 à 500 manifestants quittent le rassemblement de solidarité à #Doha. #Egypt http://yfrog.com/h8guzytj

Toutefois, certains Qataris n'ont pas vu d'un bon œil que des concitoyens s'engagent en manifestant.

Sur Twitter, @DohaBen dit :

J'espère que le Qatar ne s'engage pas trop dans ce genre de manifestations… Nous n'avons pas besoin de mauvaise publicité.

Cependant, même dans le monde académique, le soutien aux soulèvements du Moyen-Orient se fait sentir.

Mercredi, la Northwestern University a publié une lettre ouverte signée par 18 membres de la faculté (l'auteur de ce billet y compris). Des extraits de cette lettre ont été publiés sur un blog de Al Jazeera English:

Au cours des dernières semaines et dans tout le monde arabe, des centaines de milliers de personnes, issues de toutes les classes sociales, ont ressenti un élan de liberté pour s'exprimer les uns aux autres une impulsion humaine fondamentale. Les voisins se rassemblent dans les villes, les blogueurs et les tweeteurs échangent leurs pensées et les journalistes couvrent les événements importants…

Nous, membres de la Northwestern University du Qatar, en tant que partie prenante, même petite, de ce monde qui suit ces événements, nous demandons aux gouvernements des pays arabes de faire tomber les barrières qui se dressent devant la liberté d'expression. Donnez la parole à vos peuples.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site