Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le bureau d'Al Jazeera au Caire saccagé par les casseurs, le site en arabe au Qatar piraté

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Egypte.

MISE A JOUR : Al Jazeera a rapporté que ses bureaux du Caire ont été saccagés hier par des “bandes de casseurs”. Les bureaux ont été incendiés avec les équipements qu'ils contenaient. Cette dernière semaine, le Bureau avait été contraint à la fermeture, tous ses journalistes se sont vus révoquer leur accréditation de presse, et neuf d'entre eux ont été interpellés à divers moments. Al Jazeera s'est aussi heurté à des niveaux d'interférence sans précédent dans son signal d'émission ainsi qu'à des tentatives persistantes et répétées pour faire tomber ses sites internet, a indiqué un communiqué de presse publié par le réseau.

Le site web installé au Qatar de la chaîne d'information en arabe Al Jazeera aurait été piraté vendredi en début de journée, par ce que la chaîne d'information a décrit comme des “opposants au mouvement démocratique en Egypte.”

Une publicité pour Médecins Sans Frontières a été remplacée par une image montrant un portrait du président Hosni Moubarak, avec le message: “Ensemble nous mettrons à bas l'Egypte.”

Selon un communiqué de presse adressé à Global Voices Online, le réseau indiquait :

Pendant deux heures ce matin (de 6:30 à 8:30 heure de Doha), une bannière publicitaire a été recouverte par un slogan de “Ensemble pour l'effondrement de l'Egypte” qui se liait à une page critiquant Al Jazeera.

Un porte-parole d'Al Jazeera a dit que leurs ingénieurs sont rapidement intervenus pour résoudre le problème.

Le piratage fait suite à une bataille ouverte entre Al Jazeera, qui a contribué à la couverture des manifestations des Egyptiens contre le règne de 30 ans de Hosni Moubarak et son régime, et le gouvernement égyptien, qui essaie depuis leur début le 25 janvier de lui faire quitter les ondes.

Inébranlable, Al Jazeera a fait voeu de poursuivre son travail sur le terrain, et de couvrir les manifestations, malgré la guerre ciblée que lui fait le régime égyptien, allant jusqu'à la fermeture de son bureau du Caire, les interférences avec son signal d'émission, la suppression de sa fréquence, son éviction du satellite Nilesat, et le harcèlement et l'arrestation de ses journalistes, ainsi que la confiscation de son matériel.

L'affaire a été rapidement reprise par les internautes dans le monde, et certains ont exprimé leur indignation.

Le blogueur irakien Raed Jarrar a mis en ligne des copies d'écran de la bannière piratée et du message que les pirates ont mis à sa place.

Tweetant depuis les Emirats Arabes Unis, Sultan Al Qassemi cite Al Jazeera disant que le “site internet AlJazeera.net a été piraté par les mécontents de son traitement des événements en Egypte.”

Deena Adel ajoute :

Le site web d'Al Jazeera a été piraté – une tentative de ternir l'image de la chaîne et de mettre obstacle à la couverture de l'#Egypt's #Jan25 protests.

Et Sunny Singh de noter :

Cette nuit le régime a piraté activistes, blogueurs, comptes des contestataires. Même Al Jazeera. Apparemment ils n'ont pas su tweeter. #jan25

Tandis que d'autres s'amusent à compter les points entre Al Jazeera et l'Egypte.

J'adore cette cyber-guerre. Le site web d'Al jazeera piraté pour un moment. #Egypt #jan25

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site