Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Jordanie : Les islamistes repoussent la proposition d'entrer au gouvernement

[liens en anglais] Le roi Abdullah II de Jordanie a conclu la démission du premier ministre Samir Rifai par la désignation de son prédécesseur Maarouf Bakhit, un loyaliste aux racines dans l'armée. Alors que les Islamistes avaient appelé à la démission ou au renvoi de M. Rifai, ils ont à nouveau réagi négativement au choix du Roi, disant que le nouveau premier ministre est incapable d'entreprendre la réforme politique. Le Roi a reçu les dirigeants islamistes, dont les exigences politiques comprennent la réforme de la loi électorale jordanienne et l'abolition du traité de paix entre la Jordanie et Israël. La loi électorale jordanienne de 2010 a mis en place un système de circonscriptions virtuelles incompréhensibles pour les électeurs, et a charcuté leurs délimitations afin de favoriser lourdement les zones bédouines par rapport aux zones urbaines à fortes populations palestino-jordaniennes.

Après avoir rencontré le Roi, les dirigeants islamistes ont indiqué que la rencontre avait été ‘claire et franche,’ mais que leurs manifestations contre M. Bakhit allaient continuer. Puis celui-ci a fait un pas en avant et invité les Islamistes à participer à son cabinet nouvellement formé, ce que les Islamistes ont refusé. Ce rebondissement a provoqué une discussion entre les tweeteurs jordaniens. Naseem Tarawnah l'a ouverte :

Bakhit demande aux Islamistes de rejoindre son cabinet mais ils disent non. Quelle occasion gâchée ! http://is.gd/fPVCsp #REFORMJO #JO

Ali Abu-Nimah a demandé :

@tarawnah @jawazsafar Est-ce qu'ils n'ont pas demandé des élections libres basées sur une loi électorale équitable ? Ça serait leur test.

Tarawnah suggère :

@avinunu s'ils acceptaient l'offre ils seraient assis au premier rang pour vraiment modeler la loi électorale. @JawazSafar

Ali Abu-Nimah argue que les Islamistes ne feraient que légitimer le gouvernement de Bakhit sans obtenir de pouvoir réel.

@tarawnah @jawazsafar si j'étais eux je ne le ferais pas. La responsabilité sans pouvoir est un jeu perdant. Plus de levier en restant en-dehors pour le moment.

Tarawnah rétorque :

@avinunu le seul levier qu'ils ont c'est de se plaindre qu'ils sont exclus du processus. cette carte est perdue quand vous déclinez une invitation.

Abu Nimah lui répond :

@tarawnah ils demandent à être partie d'un processus transparent avec des règles équitables et non pas biaisé où on leur donne un rôle comme une faveur.

Abu-Nimah a ensuite fait allusion au gouvernment de 1991, dans lequel plusieurs Frères Musulmans ont tenu des postes ministériels pendant quelque mois, mais ont été incapables d'exécuter leur programme de réformes.

@tarawnah Je suis assez vieux pour me rappeler 1991 et eux aussi. Même jeu.

Abu-Nimah d'ajouter :

@tarawnah La Jordanie n'est pas encore un pays où les gouvernements peuvent décider leur politique indépendamment ou même contre les voeux du monarque.

La discussion s'est ensuite centrée sur la question de savoir si les membres du cabinet ont ou non un rôle véritable dans l'élaboration du programme, et pourraient ainsi élaborer une nouvelle loi électorale par leur présence dans le cabinet. Tarawnah explique :

@avinunu faux. la vision formulée par le roi, le programme par le gouvt. voilà comment ça fonctionne ici.

Abu Nimah en revient aux Islamistes, en faisant remarquer :

@tarawnah ils n'ont pas besoin d'être dans le cabinet pour contribuer à formuler la loi électorale. Exercer le pouvoir exécutif aujourd'hui n'a rien à voir avec ça.

Et Mohammad Younes est d'accord avec Abu Nimah:

@tarawnah c'est pas plus ou moins évident qu'après 20+ ans en Jordanie le rôle des gouvernements est très minime dans la réforme politique ? @avinunu

La suite des conversations sur l'avenir politique de la Jordanie se trouvent sur #reformJo

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site