Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Égypte : avec mon père, 73 ans, sur la place Tahrir

Ce billet fait partie de notre dossier sur l’ Egypte.

[liens en anglais]

Hier soir, Nadia El Awady, publiait un tweet dans le but de trouver une chaise roulante pour permettre à son père, 73 ans, de se rendre aujourd'hui à la place Tahrir, où se rassemblait la communauté copte pour commémorer le jour des martyrs.

Fidèle à sa parole, aux côtés de son père, Nadia partage sa journée avec nous dans une série de tweets depuis le centre du Caire, épicentre des manifestations appelant le président égyptien, Hosni Moubarak, à démissionner.

Nadia's father and other protesters take cover from the rain under the Egyptian flag

Le père de Nadia et d'autres manifestants s'abritent de la pluie sous un drapeau égyptien

Accompagnons donc Nadia et son père à la place Tahrir :

@Nadia E Départ pour Tahrir pour assister à la messe chrétienne. Mon père de 73 ans, malade, musulman conservateur portant la barbe est avec moi. #jan25 #egypt

Elle n'a pas trouvé de chaise roulante. Ils se sont rendus à la place Tahrir en taxi , puis ont marché pour rejoindre la foule.

@NadiaE Mon père est aux anges à Tahrir ! Il dit qu'il respire enfin la liberté. #egypt

@NadiaE Baba dakhal ata7reer biywassi afrad algaysh wa7id wa7id: iw3a tfarrat filbalad di yabni #egypt #jan25

Il est entré sur la place en serrant la main du personnel de l'armée et en leur disant : N'abandonnez jamais l'Égypte, mes enfants.

Alors que la messe débute, Nadia raconte comment musulmans et coptes se prennent la main et chantent à l'unisson en espérant que leur pays entre dans une nouvelle ère.
Dans un tweet touchant, elle décrit la réaction de son père :

J'ai vu mon père pleurer pendant la messe chrétienne.

Elle ajoute :

Je peux vous dire une chose : ce ne sont pas les gens rassemblés à Tahrir qui causent des violences entre musulmans et chrétiens. #egypt #jan25

Nadia fait part de la souffrance ressentie par certains coptes lors des affrontements avec les voyous payés par le gouvernement et avec les forces de sécurité durant les jours sanglants des manifestations.

Elle publie :

Un jeune copte, blessé lors de la révolution, le bras en écharpe, loue Jésus-Christ.

puis :

Un jeune copte blessé chante l'hymne national.

Nadia continue de raconter comment son père interagit avec la foule :

Un homme blessé à la tête essaie de baiser la main de mon père. Celui-ci refuse et baise celle de l'homme blessé. #egypt #jan25

Dans notre culture, baiser la main de quelqu'un est un signe de respect, explique Nadia dans d'autres tweets.

Elle ajoute :

Devant les appareils photo, papa fait le signe de la paix et lève les pouces. Il est vraiment content ! #egypt #jan25

Elle raconte aussi les conversations que son père a avec les gens présents :

Un monsieur de 60 ans dit à mon père : Notre génération a libéré le Sinaï, cette génération libère notre pays. #Egyp #jan25

@NadiaE papa à dit à la famille : j'ai connu les trois précédentes ères politiques du pays au cours de ma vie, cette 4ème sera celle de la liberté, de la justice et de l'égalité.

Après les prières, le père et la fille se font le tour de la place Tahrir :

Nous avons fait le tour de la place avec papa. Il y avait une unité de soins. Papa a appelé le docteur, lui a pris la main et l'a baisée.

PHOTOS : Nadia Al Awady

Ce billet fait partie notre couverture spéciale des manifestations qui se tiennent en Égypte.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site