Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : La révolution KFC

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Egypte.

Sign in the window of KFC on Tahrir Square during 5-day internet shutdown, reads 'We want Internet'. Photo by Joseph Hill on Flickr (CC BY-NC-SA 2.0).

"Nous voulons internet" dit l'affiche sur la vitrine de KFC place Tahrir pendant le blocage de 5 jours Photo de Joseph Hill sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Les blogueurs égyptiens ont commenté l'utilisation par le régime des télévisions et de la presse gouvernementales à des fins politiques. L'influence des média sur les individus est particulièrement importante dans une situation comme celle de l'Egypte en ce moment, où les parties opposées ont des intérêts entièrement différents.

Zeinobia écrit sur les médias généraux en Egypte et leur façon de traiter les événements en cours [en anglais] :

Ces derniers jours les médias généraux en Egypte ont adopté la version publique officielle du récit de ce qui se passe dans le pays, à l'exception de très peu d'organes comme le quotidien Al Shorouk et Daily News Egypt en particulier. On le comprend et on s'y attendait, la plupart des organes des médias traditionnels n'ayant pas encore osé parler librement contre Moubarak…

Elle poursuit :

La télévision égyptienne répand des mensonges sur les reporters étrangers affirmant que le pays est plein d'éléments étrangers y compris des espions israéliens, ils prétendent que ces éléments étrangers infiltrent maintenant notre pays. Les gens dans la rue sont effrayés et soupçonneux. Vous ne pouvez pas imaginer combien de journalistes ou simples particuliers étrangers ont été agressés et harcelés dans la rue à cause de cette affirmation.

Un autre blogueur égyptien, The Egyptian Silent Majority [en arabe], a donné d'autres exemples de ce qui s'est passé dans les média égyptiens ces derniers jours :

بدأت تتضح خطة (فرق تسد) الذي اتبعها الإعلام الحكومي بقيادة السيد أنس الفقي.
مكالمات تليفونية اقل ما يقال عنها انها في منتهى السذاجة ….استغاثات من ربات بيوت يعانون من نقص الحليب و المياه من السوبر ماركت…!!
سيدة تتصل بالقناة الأولى و تشكو ان ابنتها الطفة تستيقظ من النوم (مفزوعة) عايزة بابا….عايزة بابا…و بابا طبعا في لجنة شعبية في الشارع…..!!
ناس مبهمة بلا حيثية تعلن انهم كانوا من المشاركين بل و المؤسسين لثورة 25 يناير و اليوم يعلنون تبرئهم مما يحدث…فالتحرير لم يعد ملكا لهم بل ملكا للإخوان…!!
بالإضافة طبعا الى تلميحات و تصريحات حول وجود (اجندات) خارجية يحملها هؤلاء القوم المعتصمون في التحرير و الذين هم ليسوا بمصريين …فهم مجموعة من (آكلي الكنتاكي) (القابضين ) بالدولار…!!

Le “diviser pour régner” mis en oeuvre par les médias gouvernementaux, sous la supervision du ministre égyptien de l'information, apparaît plus clairement à présent.

Il y a des appels téléphoniques, vraiment idiots, où on entend des femmes pleurer à cause de la pénurie de lait, d'eau et de denrées de base dans les supermarchés !

Une femme appelle la télévision égyptienne Channel-1 en se plaignant de ce que sa fille se réveille la nuit paniquée et réclame son père, sûrement au même moment dans la rue pour protéger leur maison avec les voisins qui protègent leurs maisons à cause des prisonniers évadés et de la police débordée !

Des anonymes déclarent qu'ils participaient à la révolution du 25 janvier, mais ont maintenant renoncé parce que les Frères Musulmans occupent à présent la place Tahrir !

Ajoutez à ceci les affirmations que les manifestants ont des agendas étrangers ; ce ne sont pas des Egyptiens, juste un groupe de ‘mangeurs de KFC’ payés en dollars.

Poulets rôtis et intérêts étrangers

Vous vous demandez peut-être quelle est la signification de “mangeurs de KFC”?

Selon le blogueur et écrivain égyptien Ahmed Khaled Tawfik, un de ceux qui ont téléphoné à la télévision égyptienne a dit qu'il avait vu des manifestants manger chez Kentucky Fried Chicken (KFC) la célèbre chaîne américaine de restaurants de poulets rôtis, ce qui l'a amené à croire que c'était une preuve suffisante de leur traîtrise. Tawfik ironise ici sur l'affaire [en arabe] :

هناك عشرات الاتصالات من مواطنين يؤكدون في ذكاء أن المتظاهرين يأكلون (الكنتاكي) وهذا دليل على أن لديهم أجندات خارجية!.. هذا اعتراف ضمني بأنه لا يمكن لواحد من الشعب المصري الآن أن يأكل الكنتاكي ما لم يكن عميلاً للخارج !!
La chaîne de télévision a reçu des des dizaines d'appels téléphoniques, faisant finement remarquer que les appelants avaient vu les manifestants manger chez KFC, ce qui était la preuve qu'ils avaient des intérêts étrangers. Ils semblent croire que nul ne peut manger dans la chaîne américaine sans être un agent de l'étranger.
They claim that protesters have foreign agendas...

Ils prétendent que les manifestants ont des intérêts ('agendas') étrangers… En voici un ! De Gr33nblr

L’ ‘affaire KFC’ et les soi-disant “agendas/intérêts étrangers” [NdT: en anglais, ‘agenda’ signifie intérêt, ordre du jour, programme’] sont vite devenus la plaisanterie favorite des manifestants. Tawfik continue à s'interroger :

ملأ أذهانهم بالأجندات الخاصة وعملاء الموساد وحزب الله والمخابرات المركزية الذين تحالفوا للمرة الأولى في التاريخ لإسقاط النظام. لا أعرف كيف يتحالف الموساد مع حزب الله وحماس لكن الإعلام مصر على أن هذا حدث
Ça a rempli la tête des gens d'idées d'intentions (‘agendas’) cachées  – les agents du Mossad, du Hezbollah et de la CIA alliés pour la première fois dans l'Histoire pour faire tomber le régime égyptien. J'ignore comment le Mossad s'est allié au Hezbollah et au Hamas, mais les média insistent que ça s'est fait.

Vérités alternatives

Les média ont aussi joué sur les nombres de manifestants rapportés. Les tweets ci-dessous font ressortir les différences dans les nombres de morts lors des manifestations, rapportés par le gouvernement égyptien, l'ONU et la chaîne de télévision Al Jazeera :

@Abdu: Le gouvernement égyptien dit 11 tués dans les manifestations mais l'ONU estime le nombre à plus de 300. AJ dit plus de 100

La couverture d'Al Jazeera a été largement attaquée par les médias égyptiens. La chaîne a même reçu la semaine dernière l'ordre du ministère de l'information égyptien de cesser ses opérations dans le pays, et plus tard le même jour la fréquence d'Al Jazeera était coupée dans certaines parties du Moyen-Orient.

La présentatrice de la télévision d'Etat Nile TV Shahira Amin a donné sa démission pour protester contre la couverture de sa chaîne, tandis que le blogueur égyptien Noha Atef reprochait aux chaînes d'information étrangères comme Sky News de coller de trop près à la version de la télévision égyptienne officielle :

@NohaAtef: Si seulement @SkyNewsBreak cessait de citer la télé d'Etat d'#Egypt et allait voir #Tahrir! On dit la messe dominicale là-bas… oui, sur Tharir! #jan25

Une fois l'Egypte revenue en ligne la semaine dernière après 5 jours de black-out d'Internet, les gens ont pu faire usage des médias sociaux pour décrire les événements tels qu'ils les voyaient. Des vidéos telles celles qui montrent un fourgon de police percuter des manifestants dans les rues du Caire et des forces de police tuer un civil égyptien sans arme, sont partagées en ligne. Il est malgré tout difficile de concurrencer les médias traditionnels dans un pays où près du tiers de la population est encore illettré.

Hassan Hamed est l'un de ceux qui essaient d'utiliser son compte Twitter pour neutraliser les affirmations des médias égyptiens.

@seksek: أنا حاشتغل الصبح و آتظاهر بالليل لحد ما يرحل، مش المتظاهرين اللي وقفوا حال البلد

@seksek: Je travaillerai le matin et manifesterai la nuit jusqu'à ce qu'il s'en aille. Les manifestations ne sont pas responsables de la pénurie et de la mauvaise économie.

@seksek: المتظاهرين ماقطعوش النت والتليفون وماهربوش المساجين ولا حرقوا الأقسام ، اللي بيحرر مابيهدش

@seksek: Ce ne sont pas les manifestants qui ont coupé Internet et les lignes téléphoniques, qui ont aidé les détenus à s'évader des prisons, et ils n'ont pas brûlé les stations de police. Celui qui cherche la liberté n'est pas celui qui ruine son pays.

@seksek: والناس اللي مش مصدقة يوم 25 و 26 و 27 كانت أيام شغل، وكان فيه مظاهرات، مأوقفش حال البلد إلا النظام بغباوته

@seksek: Et pour ceux qui ne me croient pas, les 25, 26 et 27 janvier, il y avait des manifestations, les gens sont allés au travail et la vie était normale jusqu'à ce que le régime intervienne.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site