Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pérou : Une nouvelle souche de dengue se propage en Amazonie

NOTE: Après la publication de cet article en anglais (le 2 février )  les autorités ont déclaré la région  de Loreto en état d'urgence , et l'on attend le transfert vers les hôpitaux d’ Iquitos de fonds spéciaux destinés à combattre la pandémie.

On pouvait s'y attendre : la poussée épidémique de dengue qui est apparue dans la région amazonienne et péruvienne de Loreto s'étend rapidement à plusieurs régions voisines. Le 1er février, quatre cas confirmés ont été officiellement signalés à Lima , la capitale du Pérou, ce qui a généré une grande inquiétude car selon les rapports médicaux, il s'agit d'une nouvelle souche dans la région, dont l”intense virulence a déjà causé  des ravages dans les pays voisins tels que le Brésil, la Bolivie et l'Argentine.

gente de iquitos

Habitants de Puerto Belén, Iquitos (Photo: Jean-Pierre Jeannin/Flickr, licence CC BY-NC-SA 2.0)

Iquitos, la capitale de Loreto, les chiffres officiels font état jusqu'à présent de plus de 6000 cas suspects de cette maladie transmise par la piqûre du moustique Aedes aegypti, et de 11 morts pour le seul mois de janvier. On s'attend à ce que ces chiffres augmentent en février . Dans le même temps, les hôpitaux de la ville se sont déclarés saturés et on trouve déjà quelques collectifs réclamant que l'on déclare l'urgence sanitaire , une mesure qui n'a pas encore été adoptée par les autorités régionales, lesquelles allèguent un “manque d'informations techniques et juridiques.”

Le blog CienciasMedicasNews avait donné l'alerte dès le début de l'année sur la dangerosité de cette souche de la dengue, en publiant une information fournie, comme il l'indiquait, par les médecins de l'hôpital régional de Loreto, à Iquitos :

A Iquitos, tous les séro-types de la dengue (1-4) ont déjà circulé, toutefois, seuls ont été rapportés des cas légers et des cas sporadiques de dengue hémorragique  (FHD I-II). Cependant, dans cette poussée épidémique, on a observé un nombre inhabituel de cas avec des signes inquiétants et le premier cas d'un décès dû à la dengue… On pense qu'il s'agit de l'introduction de la dengue-2  de génotype III asiatico-américain, qui, au Brésil, a déjà provoqué un grand nombre de cas graves et une mortalité accrue.

aedes aegypti dengue

Aedes aeypti, le moustique vecteur de la dengue (Photo: Sanofi Pasteur/Flickr, sous licence CC BY-NC-ND 2.0)

Le blog de Loreto De la Selva su Web On commentait le fait depuis la mi-janvier :

Depuis décembre dernier, des cas de dengue sont apparus à Iquitos, cependant, aucune autorité n'a fait un quelconque pas en avant… Pour faire des économies, personne n'y a accordé de l'importance. … Bien que le gouvernement dise qu'il y a seulement 8 morts, chaque jour, des gens meurent. Les hôpitaux sont pleins de patients, il n'y a pas de lits et on manque de médecins  et d'infirmiers, on a mis des lits dans les couloirs.

Paco Bardales, du blog Diario de IQT, signale :

Entre le  25 décembre et le 25 janvier, d'après les chiffres officiels (approuvés par le journal La República),  les cas de dengue avoisineraient les 8000.  Ce qui est incroyable, c'est qu'en l'espace de 5 jours, le chiffre de 3493 cas aurait plus que doublé (2.5 fois plus) … Entre  2004 et 2010,  59 cas de dengue hémorragique, 48 confirmés et 11 probables sont apparus. En résumé, en un mois, nous avons eu plus de dengue hémorragique qu'en 6 ans.

Molderinv, de Problemas a Mis Soluciones commente :

Je me trouve à Lima, mais je tremble à l'idée d'une rapide dissémination. Le transport aérien rend possible le fait qu'en moins de 24 heures nous ayons à nos portes une maladie en provenance d'Afrique ou d'Océanie.

Et en effet, la maladie est déjà présente à Lima, bien que le Ministre de la Santé déclare que “ce sont des cas importés de la région de Loreto” et que la contagion par piqûre de moustique “ne s'est pas produite ici.”

Pendant ce temps, le Président de la région forestière de Madre de Dios (où le nombre total de personnes déclarées infectées en 2010 s'est élevé à  30 000) accuse directement l'administration précédente d'avoir laissé progresser la pandémie, signalant qu’ il n'y a pas eu de travail de prévention, qu'elle n'a ni sollicité le soutien du gouvernement central ni non plus fait savoir le nombre réel de cas.

Cela ne semble pas être l'unique cas d'imprévoyance. Les internautes disent sur les sites d'information qu'en dépit de la gravité de l'épidémie, non seulement les autorités locales  ne prennent pas la mesure de la situation mais qu’ elles essaierait de minimiser la gravité de la situation (probablement pour ne pas affecter le flux des touristes et la célébration fastueuse du carnaval ).

A nouveau,  le blogueur Paco Bardales affirme dans Diario de IQT :

La vérité est simple: on a négligé de manière éclatante la prévention.  Mais bien plus, on a ignoré une possible alerte qui avait déjà mis du temps à être analysée. Hier, le Ministre de la Santé  (qui est resté silencieux de manière inquiétante durant l'épidémie) a signalé que le sérotype serait entré au Pérou depuis  Manaos au Brésil, où ce type d'infection se produit fréquemment. Bien qu'il soit difficile de vérifier la totale exactitude de cette affirmation, il n'est pas insensé de le croire. Dans la ville brésilienne de Barretos, la dengue a fait 530 morts en 2010, et 35 pour ce qui est de ce début d'année.

Les réactions entre utilisateurs Twitter sont très nombreuses et ce sont l'indignation et la crainte qui prédominent.

Omar Rojas (@xDente) demande:

La #dengue est déjà arrivée à Lima… Ont-ils déjà déclaré Loreto en état d'urgence?

Armando Canchaya (@gatorouge) pose la question:

Il y a quatre cas de dengue à  Lima ! Et maintenant, Monsieur le Ministre ?

César (@zerojuls) exprime ses craintes dans le même sens :

Et la dengue est arrivé à Lima… J'espère maintenant qu'ils ne vont pas nous laisser mourir, comme en divers endroits de la forêt…

Laura Rodríguez (@Lala_RodYar), étudiante en médecine, prévient :

La dengue! LORETO EST EN ALERTE ROUGE ! DES MÉDICAMENTS ET DE L'AIDE !! Oubliez un moment les élections POLITIQUES ! et faites quelque chose car les gens sont en train de mourir !

Alexis Puicón (@threefishing) fait savoir depuis la forêt péruvienne :

@Capital967 @capital967 D’ Iquitos. La dengue est en train de nous tuer. A l'aide!

José Manuyama (@josiquitos) avertit aussi :

Le nombre de morts dû à la dengue augmente. Les autorités s'endorment et ne font pas grand chose à Iquitos

Verónica García (@veronica_garc9) fait allusion au fait que les politiques sont absorbés par le débat électoral autour du mariage entre personnes du même sexe et ne prêtent pas attention à ce qui se passe à Loreto :

Ici on discute pour savoir si l'on naît homosexuel ou non alors qu'à  Loreto, les médicaments coûtent plus chers et que la dengue progresse…

Lupe Muñoz (@Lupemunz) a critiqué la lenteur de l'Etat à répondre à la situation :

Le transfert de plus de deux millions de sols pour approvisionner les hôpitaux d’ Iquitos afin de combattre la dengue est toujours “en cours”.

Et en ce qui concerne les projets des autorités locales de célébrer en grande pompe les carnavals, les tweeteurs  Beatriz López (@bialopez_peru), Jorge Carrillo (@Reporteropro) et Darwin Arévalo (@Dar_0) font depuis  Iquitos ces commentaires :

@bialopez_peru [la province de] Maynas veut apporter aux frères Yaipen pour le carnaval à  #Iquitos 45 000 sols [environ  15 000 euros]. La #dengue n’ existe pas pour certaines autorités…

@reporteropro Lors des pluies, il est facile de faire carnaval dans la rue Putumayo, on n'a pas besoin de  337 000 sols [environ 100 000 euros ] pour se divertir  #Iquitos

@Dar_0 Si la ville n'était pas en train de souffrir de l'épidémie de dengue, peut-être cela pourrait-il passer, mais de toutes façons, c'est exagéré.  http://bit.ly/fIsyDT

Le blog d'information Mirando Puntos de Vista reproduit un texte du spécialiste amazonien Roger Rumrill, intitulé “Il faut aussi nous débarrasser de la corruption”, dans lequel il accuse les autorités :

L’ épidémie de dengue à Iquitos, transmise par le moustique “Aedes aegypti”, qui a déjà fait   des dizaines de morts et plus de 7000 personnes infectées par le virus, est une autre conséquence flagrante de l'imprévoyance et de la corruption… Dès le 3 janvier, le gouvernement central disposait d'un rapport concluant à  l'accroissement de la courbe de la dengue de souche  2 en provenance du Brésil et au fait que celle-ci se propageait de manière incontrôlée à Iquitos. Le 13 de ce mois, depuis l'hôpital d’ “Iquitos” un appel a été lancé, y compris au niveau international, pour du sérum et des unités de sang. Le 20, la vice-Ministre de la Santé, Zarela Solís Vásquez, a déclaré de manière irresponsable à Iquitos que “la situation était sous contrôle” puis l'impassible Ministre de la Santé, Óscar Ugarte, a refusé de déclarer l'état d'urgence.

Selon les dernières nouvelles, le Ministère de la Santé  a non seulement annoncé une nouvelle campagne d'information à destination des Péruviens sur le comment se protéger de cette maladie, mais a aussi fait savoir au maire de Maynas qu'en 2010, 14 millions de sols, destinés aux campagnes de prévention de la dengue, avaient été remis (soit plus de  5 000 000 de dollars) au gouvernement régional de Loreto, laissant entendre que le gouvernement régional en détenait la responsabilité.  Sur quoi le maire, Charles Zevallos, a fait ce commentaire :  “Ils n'ont pas désinfecté Iquitos depuis l'an passé. Comme ils n'ont pas désinfecté, l'argent doit être là. On doit agir de manière ferme et efficace.”

Pendant ce temps, quelques conseillers municipaux commencent déjà à réclamer que l’ on annule les festivités du carnaval car la priorité doit être la dengue, car, comme le fait observer Grover Vásquez (@Grovervas) :

Un mois s'est écoulé et la dengue ne s'arrête pas.


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site