Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Une étoile brille au-dessus de la place Tahrir

Ce billet fait partie de notre dossier sur l'Egypte.

Ongoing protests in Tahrir Square in Cairo by Nour El Refai

Manifestations sur la place Tahrir au Caire, par Nour El Rafai.© Copyright Demotix (8/2/2011)

La place Tahrir, l'épicentre de massives manifestations dans le centre ville du Caire réclamant la fin du régime de Moubarak, a vu se rassembler aujourd'hui le plus grand nombre de manifestants depuis le début des manifestations, il y a 15 jours.

Parmi les manifestants se trouvait Wael Ghonim, un blogueur et militant, qui s'est fait arrêté le 27 Janvier et a été libéré la nuit dernière.

Wael Ghomin avait  été désigné comme le porte-parole des manifestants durant sa détention, pour convaincre le gouvernement de le relâcher.Il s'est adressé à la foule sur la place un peu plus tôt dans la journée:

Wael Ghomin a juré de rendre justice aux martyrs, ces 300 personnes environs qui furent tuées lors des manifestations. Il a exhorté les manifestants à ne pas les oublier, ajoutant que laisser leur sang couler en vain serait une trahison.

” Cela fait longtemps que je répète que ce pays est le nôtre. Tout le monde a des droits ici. Vous avez des droits. Il est temps pour nous de réclamer nos droits,” a-t-il dit sous les acclamations de la foule.

“Vos revendications sont mes revendications. Et la plus importante d'entre elles est que le président se retire”, a-t-il ajouté alors que la foule scandait : “Pars! Pars!”(Moubarak)

Wael Ghonim est le fondateur du groupe Facebook “Nous sommes Tous des Khaled Said“, qui a lancé les premiers appels à des manifestations nationales afin de réclamer des changements. Le groupe a été créé après le meurtre de Khaled Saïd, un jeune homme originaire d'Alexandrie, battu à mort par la police. Sa mort, en juin dernier, a entraîné des manifestations et a déchaîné la rage de tous contre la torture pratiquée par les forces de l'ordre égyptiennes et “l'usage de la Loi d'urgence pour terroriser les citoyens”.

Après sa libération, Wael Ghomin a donné une interview en direct à la chaîne égytienne Dream TV. Le blogueur Mohamed El Gohary donne une traduction de l'interview de Ghonim ici. Les larmes de Wael Ghonim versées alors qu'il pleurait les victimes tuées par le régime de Moubarak pendant les manifestations a probablement rallié encore plus de personnes à la cause.

Dans un article paru dans les Chroniques Égyptiennes, Zeinobia décrit la rencontre de Wael Ghonim et de la mère de Khaled Saïd comme le moment le plus fort des manifestations du jour à Tahrir.

Selon Zeinobia et beaucoup d'autres, Khaled Saïd est le Mohamed Bou Azizi égyptien, ce jeune Tunisien de Sidi Bouzid, dont l’immolation déclencha l'insurrection tunisienne qui amena la fuite de Zine El Abidine Ben Ali le mois dernier.

Aujourd'hui, Wael Ghonim a parlé à un million d’Égyptiens sur la place.

Le mouvement Khaled Saïd a fait beaucoup pour cette révolution, et l'on peut considérer Saïd comme notre Mohamed Bou Azizi officiel.  Khaled Saïd est le jeune d'Alexandrie dont le meurtre a conduit les Égyptiens à s'insurger à travers le pays et à manifester silencieusement le long des corniches du Nil et de la mer. L'Histoire se souviendra du rôle du mouvement et du groupe Khaled Saïd dans cette révolution ; l'Histoire le gardera en mémoire.

Un nouveau groupe Facebook nommé “J'autorise Wael Ghonim à parler au nom des révolutionnaires égytiens” prend aussi de l'ampleur, avec plus de 183 000 fans. Les billets postés sur la page sont aussi bien des nouvelles des manifestations que des condoléances faites à ceux qui ont perdu la vie dans ces circonstances.

Sur Twitter, des hommages sont rendus dans le monde entier. Wael Ghonim a écrit:

Chers Égyptiens, nous n'avons pas le droit de faiblir.  #Jan25

et ce tweet fait maintenant le tour du web.

@ghonim: Chers Égyptiens, nous n'avons pas le droit de faiblir. #Jan25

@habibh: Wael Ghonim avec la mère de Khaled Saïd! Nous sommes tous Khaled Saïd! http://twitpic.com/3xrxzs

@techsoc: Ghonim ne s'est pas seulement contenté de pleurer les morts. Il a aussi parlé de la Loi d'urgence, et du fait que l'Etat doit être au service du peuple.

@JafraJenin: Merci infiniment Ghonim de nous rendre si fiers! Tu es extraordinaire. Je pleurs comme une petite fille.

@edouardhervouet: Je veux juste dire sincèrement à Ghonim: Merci. Je ne suis pas Égyptien, je suis juste un ami de la démocratie. Merci, merci, merci!

@shawkyMD: Wael Ghonim sur la place Tahrir. #jan25 #Egypt http://yfrog.com/h5u9waqj /

@lindsayiversen: Je suis totalement captivé par les évènements en Egypte en ce moment. C'est la vraie histoire, en temps réel. http://tinyurl.com/6au5pyr

@FeetCandy: Wael Ghonim a ravivé l'espoir en chacun de nous. Comment ne pas être touché par sa passion et sa sincérité.

@jihadm: Un gouvernement qui a peur de Facebook et de Twitter devrait gouverner une ville de Farmville (un jeu sur Facebook) , mais certainement pas un pays comme l'Egypte.#Jan25

@RohanMaitzen: Si seulement Ghonim pouvait inspirer une vague de sincérité et de principes dans le monde politique. Cela redonnerait à tous foi en la démocratie.

@suzeeinthecity: Ghonim a réussi à convaincre certains de mes amis que la place Tahrir n'était pas contrôlée par les Frères musulmans, mais par de simples citoyens égyptiens, comme eux.


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site