Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : La bataille pour la démocratie continue

Il y a près d'un mois que l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a fui le pays pour trouver refuge en Arabie Saoudite, à la suite d'une vague de manifestations dans ce pays d'Afrique du Nord tout entier qui réclamaient son départ. Pour les Tunisiens, le combat n'est pas terminé pour autant, et s'être débarrassé du dictateur ne signifie pas que la dictature est finie. En effet, les Tunisiens décrivent souvent le régime répressif de 23 années de Ben Ali comme une pieuvre dont la tête a pu être coupée, mais pas les bras.

Manifestation pour la dissolution du RCD. Photo Wassim Ben Rhouma

Depuis la chute du régime Ben Ali, les Tunisiens manifestent en vue de la dissolution de l'ancien parti dirigeant détesté, le RCD (Rassemblement Constitutionnel Démocratique), associé à la corruption, l'oppression, la dictature, et vu comme une menace à la transition vers la démocratie. Le RCD est aussi accusé de répandre le chaos et de déstabiliser le pays après la fin du pouvoir de Ben Ali. Pas étonnant donc que le peuple tunisien n'ait que mépris pour le RCD et aspire à couper tous les liens avec le passé.

Abdallah Belakhoua (@Abdallah__B) appelle les Tunisiens à rester unis et se concentre sur un objectif essentiel qui est la dissolution du RCD:

Les vieux clowns de l'RCD veulent nous voir désunis et égoïstes, pour qu'on les oublient, on doit rester UNIS et FORT #tunisie

Il ajoute :

J'apel tous les tun à NE PAS dériver vers les demandes scindés; ils veul nous fair oublier notr prncpal objctif : ENTERRER l'RCD #sidibouzid

Abdrabba Yassine, un ingénieur informaticien tunisien, soulève une question majeure : Jusqu'où les membres du RCD sont-ils prêts à abandonner leurs privilèges en faveur de la révolution en Tunisie ?

هل من السهل أن يقبل أناس كانت لهم سلطات غير محدودة و مداخيل غير محصورة أن يتخلوا عن تلك المتيازات ببساطة #tunisie #rcd #degage

Et-il aisé pour ceux qui jouissaient de pouvoirs et salaires illimités d'abandonner simplement ces privilèges ?

Bien que l'actuel Premier Ministre, Mohammed Ghannouchi ait quitté le RCD et que sa carrière politique ne soit pas entachée de corruption, il a été critiqué et accusé d'allégance au parti le plus haï de Tunisie.

Usant de mots sévères, Alyssa, une blogueuse tunisienne ne cache pas son mépris pour le Premier Ministre Mohammed Ghannouchi:

Monsieur Mohammed Ghannouchi, je ne vous aime pas, je ne vous ai jamais apprécié et cela ne risque pas de changer. Je ne souhaite pas vous connaitre davantage, dans l’espoir de déceler chez vous quelque vertu cachée, car vous êtes malheureusement affublé d’un défaut majeur : la lâcheté.

Khem (@TunisianCityzen) tweete :

Qui est il Ghannouchi pr donner au peuple tunisien des lecons de démocratie ?? Lui qui a soutenu la dictature pdant 13ans !!!

Houssem HAJLAOUI, un blogueur tunisien, a écrit un article intitulé : “Voici les ennemis de la révolution, et le rêve d'une Tunisie libre”.
Pour lui, le RCD et le gouvernement provisoire comptent parmi ces ennemis. Il explique :

التجمّع الدستوري الديموقراطي

نعم هو معلّق النشاط و حلّه مسألة وقت ولكن خلاياه السرطانيّة منتشرة في كل مكان. و ما دام الرأي العام في تونس لا يعلم بدقّة تقدّم عمل لجنة التحقيق في الفساد، فمن المنطقي اعتبار التجمّع الدستوري الديموقراطي خطرا قائما على الثّورة و على مستقبل المشروع الديموقراطي في تونس

Il est vrai que toutes les activités du RCD sont gelées et que sa dissolution n'est qu'une question de temps, mais ses cellules cancéreuses sont partout. Et tant que le public en Tunisie ne connaît pas exactement les progrès de la commission d'enquête sur la corruption, il est logique de considérer le RCD comme un danger réel pour la révolution et l'avenir du projet démocratique en Tunisie.

Il ajoute :

الحكومة المؤقّتة
لا يمكنني أن أصفها بعدوّة الثورة لأنّني أجهل نواياها و لكن الوقت الذي تضيّعه و ضلوعها في سياسة التهميش و بعض الخطوات التي قامت بها تجعل مراقبتها و المحافظة على ضغط قار عليها أمر حتمي
Le gouvernement provisoire :
Je ne peux pas le décrire comme un ennemi de la révolution parce que je ne connais pas ses intentions. Néanmoins, le gouvernement provisoire perd du temps, est impliqué dans une politique de marginalisation et certaines des mesures qu'il a prises n'étaient pas bonnes. Il est donc inévitable de le contrôler et de continuer à le mettre sous pression.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site