Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda: Inquiétude des blogueurs pour les élections présidentielles et législatives

[liens en anglais] Les Ougandais vont aux urnes le 18 février 2011 pour la deuxième fois dans le multipartisme depuis que le Président actuel, Yoweri Museveni, a pris le pouvoir en 1986. L'humeur parmi les Ougandais aussi bien sur Twitter que sur la blogosphère est à inquiétude.

Ugandans line up to cast their votes for President and members of     parliament. Lira, Uganda. Photo by Hudson Apunyo copyright © Demotix     (18/02/2011).
Des Ougandais faisant la queue pour voter pour les présidentielles et les législatives.
Lira, Ouganda. Photo de Hudson Apunyo copyright © Demotix (18/02/2011).

Sur le blog Mad and Crazy, Iwaya se demande :

Qu'arrivera-t-il lorsque la Commission électorale d'Ouganda dirigée par Dr. Badru Kiggundu, dimanche 20 février, annoncera M. Yoweri K. Museveni comme vainqueur des élections présidentielles? (Ai-je entendu du sarcasme à ce propos?  Pensez-vous réellement que le Dr. Kizza Besigye de l'IPC pourrait gagner cette compétition ? Il le pourrait bien, mais je ne peux imaginer Dr. Kiggundu annoncer la victoire d'aucun autre que M. Museveni. C'est tout simplement au-delà du domaine de la réalité, ça ne relève même pas de la science fiction.) Mais nous avons tous la vague suspicion que si ces élections étaient libres et transparentes, effectuées strictement selon les règles de l'art, Dr. Besigye aurait pu avoir quelque chance dans la compétition. C'est cette suspicion qui pousse beaucoup d'Ougandais à se demander, quelle suite après vendredi 18 février 2011 ?

Quant à  Rosebell Kagumire, elle est convaincue que rien ne va changer :

J'ai assez assisté à l'absence d'institutions dans mon pays, un endroit où vous devez soudoyer quelqu'un à tous les niveaux pour faire avancer les choses. Le Président Museveni a présidé avec succès sur le plus grand gouvernement et ses ministres cherchent à piller le pays par tous les moyens à leur disposition. Il a donné aux Ougandais tout ce qu'il voulait en termes de districts, étendant les charges gouvernementales jusqu'à prendre soin des sentiments ethniques des citoyens, mais il ne leur donnera jamais une chose, un Ouganda démocratique.

Angela Kintu pense que ce sont la rhétorique et les campagnes politiques qui sont à condamner pour les 25 ans de pouvoir de M. Museveni :

Des questions difficiles auraient dû lui etre posées, avec assez de temps et d'espace pour y répondre. L'atmosphère ne devrait pas être une affaire de vie ou mort, mais il s'agit seulement d'une question de différences d'opinions sur la manière de fournir des services à la population. La Vice-présidente de l'assemblée nationale Rebecca Kadaga et Salaam Musumba devraient être félicités pour s'être adressés au même auditoire sans enflammer leurs partisans ; on dirait que les femmes adoptent déjà la voie vers la maturité politique ! Une observation minutieuse des électeurs révèle que ceux-ci sont devenus adultes et sont attentifs aux thèmes pour autant que les politiciens le leur permettent. La rhétorique habituelle sur le diable que vous connaissez doit s'arrêter: nous sommes fatigués des diables, point à la ligne.

A l'approche des élections, la corruption est devenue un sujet chaud parmi les électeurs. Des informations ont circulé récemment selon lesquelles chaque membre du parlement aurait reçu 20 millions de  shillings ougandais (environ 6.150 euros), ce qui a conduit de nombreux Ougandais à y voir une tentative du parti gouvernemental d'acheter des voix. Ernest Bazanye écrit :

De l'autre coté il y a de nombreuses explications y compris “c'est un signe d'appréciation”, c'est “pour le contrôle des programmes gouvernementaux”, c'est typique. Les parlementaires reçoivent toujours beaucoup d'argent à la fin de leur mandat etc.

Mais la raison que j'entends avancée de la part de la plupart de ce qui sont furieux dans cette affaire de 20 millions de shillings c'est qu'il s'agisse de corruption. C'est une tentative de corrompre les parlementaires avant les élections.

Ils disent que je devrais être scandalisé : c'est une tentative flagrante et éhontée de compromettre les représentants du peuple pour essayer de subvertir de manière honteuse le futur de la nation pour des intérêts personnels corrompus, etc. Mais ce qui m'a le plus choqué c'est , “Mec. 20 millions de shillings ! Whaouh.

… Je me demande combien coûte un iPad. Je devrais me présenter à la députation un jour.

Mais Angela Kintu, elle, est moins impressionnée :

Je ne voterai pour personne qui me ferait un don matériel en échange de ma voix – oui, vous avec vos cahiers de classe, pensez-vous que ma voix vaut un cahier de 32 pages? Et si après les élections j'avais besoin de payer les taxes scolaires, vous verrai-je encore ? Votre mandat n'est pas de résoudre mes problèmes financiers; c'est d'apporter le changement en Ouganda qui va permettre de résoudre mes problèmes financiers.

Il y a moins d'une heure, à 5:43 heures de Kampala, Tumwijuke sur le blog Ugandan Insomniac (L'Insomniaque ougandais) annonçait qu'elle allait envoyer des tweet sur les élections :

Suivez mes messages sur tweeter sur les élections en Ouganda en 2011 @uginsomniac. Passez une très agréable et paisible journée.

On peut suivre ses messages sur twitter ainsi que d'autres sujets liés aux élections pendant toute la journée en utilisant le mot-clé #ugandavotes.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site