Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde arabe : Le grand débat sur les médias sociaux

Ce billet fait partie de nos dossier

Depuis des mois,  semble-t-il, un débat fait rage autour du rôle des médias sociaux dans les manifestations. Plus récemment, ce débat s'est cristallisé sur la Tunisie et l'Egypte, où des réseaux comme Facebook et Twitter ont joué un grand rôle dans l'organisation des manifestations. Mais aujourd'hui, alors que la révolte gronde en Libye et en Algérie – deux pays où le taux de pénétration d'Internet se situe en dessous des  15% et où ces médias sociaux semblent avoir joué un rôle mineur – le ton du débat commence à  changer.

On a accordé beaucoup d'importance [aux États-Unis] au débat entre chercheurs et acteurs économiques des médias sociaux. Le débat qui a lieu actuellement sur les blogs et sur Twitter entre des individus, qui souvent ont pris part à cette “révolution des médias sociaux”, ne devrait pas être ignoré.

Hier, par exemple, une de ces conversations en ligne a eu lieu sur Twitter :

@TheMoorNextDoor, dont le blog est très suivi sur l'Algérie et le Maghreb en général, tweete :

La Libye montre que les soulèvements arabes sont vraiment des soulèvements arabes, pas des mises à jour d'un  statut en ligne ou inspirés par Zuckerberg

Il continue:

Les Arabes ne renversent pas les dictateurs avec des “pokes” sur Facebook, ou en inondant leur compte Twitter de messages hostiles.

Ceux qui ont faim, ceux qui sont humiliés, ceux qui sont perspicaces font les révolutions, pas Facebook.

Nous ne les entendrons pas dire : “Mark Zuckerberg a été le leader de la révolution libyenne “

Il illustre sa réflexion par l'exemple de l'Algérie :

Les Algériens n'ont pas de difficultés pour organiser et mobiliser des manifestations populaires [alors qu'ils] ne peuvent pas avoir facilement accès à Facebook.

Et ajoute :

Les médias sociaux apportent de la vitesse & une certaine lisibilité aux événements mais n'interviennent pas dans leurs causes ou leur nature

Le blogueur et activiste égyptien @Alaa intervient :

@themoornextdoor Nous les utilisons pour la politique/activisme/révolution non pas pour de profondes raisons intrinsèques, mais parce que nous les utilisions déjà

Il ajoute :

@themoornextdoor ça ajoute aussi de la vitesse à la contre-révolution, à la diffusion des rumeurs et aux manipulations pour générer la peur. Médias soc. ne sont pas une panacée, ils sont juste là.

@Grace8ming donne ce conseil :

@themoornextdoor @alaa c'est pour ça qu'il est important de toujours préciser qu'il s'agit de révolutions conduites par le peuple, qui utilise L'OUTIL que sont les médias sociaux … :)

@Niallkingsx pose une question :

@themoornextdoor Peut-être que certains utilisateurs des médias sociaux prétendent avoir provoqué des révolutions ; mais les plate-formes elles-mêmes ne disent rien du tout, que je sache ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site