Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Djibouti : Sur les traces de l'Egypte ?

Des manifestations ont lieu à Djibouti contre le Président Ismail Omar Guelleh qui a succédé à son oncle Hassan Gouled Aptidon en 1999. Somaliland Press rapporte [en anglais, comme les liens suivants] que 300 protestataires ont manifesté près du palais du gouvernemental vendredi.

Jones dit qu'il ne peut éviter d'écrire sur la situation politique actuelle de Djibouti :

Je n'ai pas écrit grand chose sur la situation politique actuelle de Djibouti, pour de nombreuses raisons, mais je ne crois pas que je pourrai l'éviter beaucoup plus longtemps. Avec les événements en Tunisie, Egypte, au Yémen, en Jordanie, à Bahreïn, en Algérie…la fièvre de la contestation semble dans l'air et Djibouti n'est pas indemne.

Nous avons connu des grèves lorsque les étudiants sont mécontents des professeurs, du manque de matériel ou des classes. Il y a aussi eu des manifestations occasionnelles, à petite échelle sur des questions politiques ou si l'avion de qât n'arrive pas. Mais depuis sept ans que nous vivons ici, rien n'a été assez important pour nous alarmer, juste de quoi nous garder à la maison un après-midi ou à peu près.

Quelqu'un lui a dit (à Jones), “Djibouti n'est pas calme aujourd'hui, rentrez chez vous” :

Aujourd'hui il y a des manifestations de prévues, qui doivent débuter après 14 h. Nous prévoyons juste de rester à l'intérieur. La seule différence que nous venons de remarquer en ville est un large accroissement de la présence policière, plus de grosses pierres dans les rues qu'à la normale, et ce matin, pendant que je courais et que Henry faisait du vélo dans le désert, quelqu'un nous a dit : “Djibouti n'est pas tranquille aujourd'hui, rentrez chez vous.”

Daniel McCurry, un blogueur qui habite Djibouti, publie une vidéo des récentes manifestations étudiantes et écrit : “2e jour de manifestations et de victimes” :

J'étais dans un café ce soir et regardais les actualités de Djibouti quand ils ont montré des images de voitures incendiées et de plusieurs pick-ups brûlés. Il y avait même un réservoir d'essence brûlé. Un autre ami m'a dit qu'il y avait eu des échauffourées avec la police jusqu'à environ 1 heure du matin la nuit dernière. A Belbela juste à côté de la ville des manifestants ont lancé des pierres sur les policiers ce matin. Actuellement toutes les écoles sont en vacances, mais pas l'université. La présence était très basse aujourd'hui à l'université beaucoup d'étudiants sont restés chez eux à cause des événements de hier et aujourd'hui.

Harawo publie une déclaration de l'Union pour la Transition Démocratique :

Les manifestations continuent non seulement dans la capitale mais dans beaucoup de villes et villages. Nous sommes informés qu'elles auraient débuté tôt ce matin Yoboki Ali Sabieh, Dikhil Obock et qui s'étaient aussi exprimés hier comme Djibouti et Tadjourah, maintenant sous forte tension.

Tweets #Djibouti :

@amanamongmen dit :

Les informations arrivent de Djibouti. S'ils savent ce qui est bon pour eux, ils devraient relâcher l'activiste qu'ils ont emprisonné pour mouvements insurrectionnels.

@texasinafrica n'arrive plus à suivre tous ces soulèvements :

C'était tellement plus facile quand les mouvements sociaux arrivaient un à la fois. Gabon, Libye, Djibouti, Côte d'Ivoire – je suis largué.

@FelixPax retweete :

@acarvin RT @Sentletse: #Djibouti a connu sa part de manifestations pro-démocratie avec dans les 30.000 personnes dans les rues dimanche

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site