Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Liban : 128 “dictateurs” et plus contre qui se révolter ?

Pendant que le monde arabe continue à se révolter contre ses dictateurs, la situation du Liban est quelque peu différente et plus compliquée. Pour les militants Imad Bazzi et Ali Fakhry, les Libanais souffrent de 128 dictateurs, qui composent le Parlement libanais, et d'un régime confessionnel. Tous deux ont décidé le 16 février d'exercer leur droit de citoyens libanais et de s'exprimer bruyamment contre cette situation. Voici comment cela s'est passé et comment les internautes libanais ont réagi à leur action.

The Lebanese parliament building in downtown Beirut. Image by Flickr user nathanm (CC BY-NC-SA 2.0).

Le siège du parlement libanais au centre de Beyrouth. Photo sur Flickr de nathanm (CC BY-NC-SA 2.0).

Avant d'annoncer ce que les deux activistes avaient l'intention de faire, Imad a mis en ligne une déclaration où il évoquait la situation libanaise et ses rêves de changement puisque le Liban ne se différencie pas de ses voisins, l'Egypte ou la Tunisie. Il a justifié ceci en citant les problèmes du pays, tels la corruption et l'absence de liberté de parole, d'élections honnêtes, de justice sociale et d'assurance-santé, entre autres griefs. Il en a rejeté la responsabilité sur les hommes politiques et écrit :

سؤال بديهي، من هو المسبب؟ وهل هناك حاجة الى تحليل السبب والمسبب؟ اليس الأمر واضحاً؟ اليست الطبقة السياسية اللبنانية من اغنياء الحرب وامراءها والمتاجرين بالموتى مسؤولة عما عصف بالبلاد منذ ما قبل 1975 الى اليوم؟ اليسوا هم ذاتهم من قضم حقوقنا وباعها، وإن لم يفعلوا ذلك بالمال فعلوه بتعطيل اي اساس لأي حراك ديمقراطي في البلاد بالتهديد بالويل والثبور وعظائم الأمور؟

La question est, à qui la faute ? Est-il besoin d'analyser ce qui a été fait et par qui ? N'est-ce pas évident ? N'est-ce pas la couche politique libanaise de riches seigneurs de guerre et ceux qui font le commerce du sang qui sont derrière ce qui empoisonne le pays depuis 1975 et jusqu'à aujourd'hui ? Ne sont-ce pas les mêmes qui nous ont pris nos droits, soit en les achetant, soit en menaçant tout mouvement démocratique ?

Le 16 février, Imad, qui se dit blogueur à plein temps, et son ami activiste Ali Fakhry ont décidé de faire connaître leur rejet du système confessionnel en s'introduisant dans le bâtiment du Parlement au centre de Beyrouth pour y déployer deux banderoles avec les phrases : “L'Egypte avait un dictateur, nous en avons 128″ et “Le peuple veut la fin du système confessionnel” en arabe. Ils se sont immédiatement trouvés face aux policiers qui les ont menacés, ont déchiré leurs banderoles et effacé les images sur l'appareil photo qu'ils avaient sur eux.

Les réactions de la twitosphère libanaise étaient partagées entre l'approbation et la moquerie contre ce qui était qualifié de numéro ridicule plus amusant qu'utile.

Voici quelque-uns des tweets approbateurs :

@Emiliehasrouty:@TrellaLB ce que vous avez fait était génial, la plupart d'entre nous étaient derrière leurs ordinateurs avec un café, au chaud & en sécurité… Respect… & #Saba7o :)

@maheriskandar: #feb16 n'est pas ridicule ! si vous ne pouvez pas trouver de travail, acheter une maison, penser qu'il faut l'électricité 24h sur 24, et contre le confessionnalisme : REVOLTE

@LebaneseVoices: #feb16 pas besoin que ce soit un big-bang mais ça a montré de quel bois beaucoup sont faits. ceux qui divaguent sur le changement mais ne se donnent jamais vraiment la peine d'essayer.

D'autres “tweeps” étaient d'un avis différent :

@footnem: Je suppose que le #Feb16 n'est qu'une tentative de @TrellaLB d'être le nouveau @ghonim

@FadyRoumieh: A ceux qui envisagent de s'immoler par le feu Place des Martyrs aujourd'hui – Réfléchissez encore. Il pleut, vous ne prendrez PAS, je répète, PAS feu !

@footnem: C'est une révolution de personne car howe mich 3erif RT @sam_lb: Ça a l'air d'être une révolution d'un seul homme… En ce sens qu'un seul homme la connaît #Feb16

Le lendemain, Imad écrivait un billet [en arabe] sur son blog Trella au sujet de ce qui s'était passé, qu'il concluait ainsi :

كلمة اخيرة ، ردود الفعل حول الموضوع لا تهم ، تأييدكم ام إعتراضكم ليس المغزى، واشكركم جزيل الشكر لانكم انتم من حقق هدف التحرك، إن اطلقتم النكات الغبية او ابديتم التأييد، لا يهم، فالمهم انكم حاورتم وناقشتم، وهذا هو المطلوب، Mission Accomplie

Un dernier mot, les réactions à ce qui s'est passé n'ont pas d'importance. Votre approbation ou votre objection ne sont pas la question. Et un grand merci parce que vous avez effectué ce que visait ce mouvement. Que vous ayez fait des plaisanteries idiotes ou montré votre soutien, peu importe. Ce qui compte, c'est que vous en ayez parlé et c'est ça le but. Mission Accomplie

Que faut-il pour que les Libanais se révoltent ? Voyez le mot-clé #UniteLB sur Twitter pour des exemples de ce que veulent les Libanais d'aujourd'hui.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site