Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Yémen : au point d'ébullition ?

Après des semaines de manifestations pro et anti gouvernement au Yémen, l'atmosphère politique du pays est en train de changer.

Mercredi 23 février, le Président Ali Abdullah Saleh a demandé [en arabe] aux forces de sécurité de prendre des mesures pour endiguer la violence entre les manifestants. Saleh a ordonné à la police de séparer physiquement les groupes pro et anti gouvernement, pour réduire les risques de confrontation.

Il s'agit d'une mesure prise après que des “voyous” pro-gouvernement aient utilisé des armes blanches et des arme à feu pour attaquer les étudiants qui tenaient un sit-in contre le gouvernement à l'Université de Sanaa, tuant au moins une personne, et en blessant jusqu'à 20 autres.  Devant ces événements, sept membres du parlement ont démissionné.

Sur YouTube, belaquood a téléchargé une vidéo datant du 23 février, où l'on peut voir la police séparant les manifestants de différentes factions politiques. Elle est intitulée :  “Merci aux policiers de chasser les voyous.”

Cette bonne volonté va sans doute être vite mise à l'épreuve. Des manifestations ont eu lieu jeudi 24 février à Sanaa, Aden et Hodeidah, la quatrième plus grande ville du pays. Une bombe a explosé dans une ville du sud, Lawdar, faisant au moins un mort.

Enfin, 11 autre députés du parti au pouvoir auraient démissionné.

Sur Twitter :

@shephardm: Reuters annonce qu'une bombe a tué une personne et fait deux blessés durant une manifestation à Aden. La ville est le bastion du mouvement séparatiste. #yemen. #yf.

@JNovak_Yemen: Une bombe fait un mort au #Yemen  #YF #Saleh http://bikyamasr.com/wordpress/?p=28451

D'autres tweets sur les événements de jeudi :

@alnitak250: Manifestations dans toutes les principales villes du #Yemen aujourd'hui – A Sana'a, les anti-gouvernement à l'université, les pro-gouvernement sur la Place de la libération  – on craint que les deux s'affrontent #YF

@c0ri: Wow, #Yemen est au point d'ébullition. Aujourd'hui, plus de manifestants que jamais.  Je pense qu'ils en sont au point où en était l'Egypte il y a deux semaines.

@ThomasFan2010 Le pouvoir au peuple!!! #Yemen!

@shephardm: L'ambiance dans le camp anti-Saleh est pacifique, juste avant le coucher du soleil. Je viens juste de regarder un mariage, en fait. Des tentes, des gens qui mâchent du qat, qui crient “Ali dehors” #yemen.

Par ailleurs, un chômeur se serait suicidé jeudi en s'immolant par le feu.

Les manifestants au Yémen demandent des réformes politiques et la démission de Saleh, qui selon eux ferme les yeux sur la corruption, la pauvreté et la violence qui affligent le pays.

Après la chute de Hosni Moubarak en Egypte, Saleh est l'autre dirigeant depuis le plus longtemps au pouvoir et qui entretient des liens étroits avec les États-Unis a être contesté par les manifestants. Les États-Unis sont extrêmement inquiets du nombres d'affiliés à Al Qaida qui opèrent dans le pays, et Saleh a bénéficié de la guerre contre le terrorisme des États-Unis. Selon Associated Press, le Yemen aurait reçu 155 millions de dollars d'aide militaire des États-Unis en 2010.

Les choses pourraient à nouveau s'enflammer le vendredi 25 février. Les groupes pro-gouvernement appellent à une “Marche du million” à  Sanaa. Un journaliste yéménite a confié au Guardian ses inquiétudes :  l'atmosphère pourrait empirer l’hostilité entre ces manifestants et les étudiants organisant des sit-in autour de la ville. Les syndicats ont aussi annoncé qu'ils continueraient à défiler contre le gouvernement, pour demander des subventions pour les denrées de première nécessité et pour une amélioration de la sécurité.

Parmi d'autres initiatives pour tenter de calmer l'opposition,  Saleh  a aussi proposé la formation d'un gouvernement d'unité nationale jusqu'aux prochaines élections, qui auront lieu en 2013. Saleh est au pouvoir depuis 1979, et il a récemment promis de ne pas se représenter à la présidentielle de  2013.

L'analyste Jane Novak ne croit pas aux rumeurs de la formation d'un gouvernement d'unité nationale :

@JNovak_Yemen: #Yemen # Le dernier truc de Ali Saleh pour rester au pouvoir : coopter les manifestants dans un “gouv. d'unité nationale” http://yemenonline.info/news-1965.html #YF

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site