- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Egypte : Le 25 février, redémarrage de la révolution égyptienne ?

Catégories: Afrique du Nord et Moyen-Orient, Egypte, Cyber-activisme, Dernière Heure, Liberté d'expression, Manifestations, Médias citoyens, Politique

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Egypte 2011 [1].

Hier, un mois jour pour jour après le 25 janvier [2], les contestataires sont allés place Tahrir pour célébrer et appeler au renversement du gouvernement qui avait été constitué par l'ex-président Hosni Moubarak. Les Egyptiens commencent à avoir des soupçons pour l'avenir de leur révolution, et l'ancien personnel du régime Moubarak, toujours en fonction ne leur inspire guère confiance. Dans la soirée, des protestataires ont opté pour le sit-in, campant place Tahrir et devant le parlement.

Mais pendant la nuit, les choses ont pris une tournure qu'ils n'avaient pas prévue. Manal a informé par un tweet que la police militaire tentait d'évacuer la zone de force.

@manal [3]: La police militaire frappe et arrête les gens en ce moment place Tahrir #jan25 Aidez-nous faites le savoir.

Zeinobia a comparé ce qui se passait aujourd'hui au premier jour de la révolution [4].

C'est comme ça que ça a commencé le 25 janvier, avec les forces de police qui attaquent les manifestants place Tahrir après minuit [5] et c'est pour cela que j'ai tellement peur à présent !!
La police militaire a donné l'assaut aux protestataires qui tenaient un sit-in sur la place Tahrir et au siège du cabinet rue Kasr Al Aini. Les manifestants ont été pourchassés et des témoins oculaires disent que des tasers et fouets ont été utilisés, et des militants emprisonnés. Personne n'est autorisé à y pénétrer, les journalistes n'ont pas pu informer sur ce qui se passe. On dit que des hommes cagoulés portant des mitraillettes ont été vus avec la police militaire,  je pense qu'on les a amenés pour effrayer les manifestants.

Des utilisateurs de Twitter estiment pour leur part que l'opération de la police militaire a ses justifications.

@anonymous_blank [6]: Ils ont commencé à chasser les manifestants hors de tahrir, pour empêcher la suite du krach économique ! Suis d'accord que la violence n'est pas une solution, mais cessez de camper [là-bas].

@l0gicpath [7]: Respectez l'armée et ils vous respecteront en retour ! Le couvre-feu à minuit, c'est le couvre-feu à minuit ! dans le calme ou pas la chienlit.

Pourtant, Ahmed Zaki Osman et Zeinobia ne digèrent pas de telles justifications.

@ahmedzakiosman [8]: Nous avons le droit de manifester, et quant au couvre-feu, les gens étaient chez eux sur Tahrir malgré le couvre-feu.

Zeinobia ajoute :

Je sais que quelqu'un dira qu'il y a un couvre-feu et je lui réponds que le couvre-feu ne donne pas le droit aux militaires de mettre fin au sit-in de cette manière éhontée et scandaleuse. Pendant 18 jours l'armée a laissé rester les protestataires comme ils le voulaient sans égard au couvre-feu.
Où était déjà le couvre-feu le 2 février quand les casseurs ont attaqué et tué les manifestants ??
C'est une dangereuse escalade, et inacceptable.

Des réactions et vidéos des incidents de la nuit dernière continuent à être publiées [9].

Dernière heure :
L'armée a présenté des excuses sur sa page Facebook officielle [en arabe] [10].