Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

France : Manifestation à Paris contre la dictature au Gabon

Ce billet fait partie de notre dossier Gabon 2011.

La petite république du Gabon, en Afrique occidentale, vit des semaines de tension politique avec deux gouvernements – officiel et officieux – prétendent tous deux à la présidence. Dimanche 27 février 2011, le président auto-proclamé officieux André Mba Obame a quitté l'immeuble du Programme des Nations Unies pour le Développement où il avait trouvé refuge, dans la capitale Libreville.

La veille, 7.000 personnes s'étaient rassemblées dans les rues de Paris pour manifester contre les dictateurs africains et dénoncer la collusion supposée du gouvernement français avec les régimes dictatoriaux du continent.

Le cortège a quitté la place de la République pour se diriger vers le ministère des Affaires Etrangères, en passant par la rue de l'Université, où Ali Bongo Ondimba (le président officiel actuel du Gabon) possède un hôtel particulier de 140 millions d'euros.

Des militants gabonais comme libyens participaient au cortège.

Procession of protestors against dictatorships in Africa passing near the Louvres Museum in Paris, France on 26 February, 2011. Image by author.

Le cortège de manifestants contre les dictatures africaines longe le musée du Louvre à Paris, le 26 février 2011. Photo de l'auteur.

Gabonese activists demonstrating against official Gabon President Ali Bongo in Paris, France on February 26, 2011. Image by author.

Les militants gabonais manifestent contre le président officiel du Gabon Ali Bongo à Paris le 26 février 2011. Photo de l'auteur.

Passant devant la propriété du président Ali Bongo, le cortège a marqué un arrêt pour permettre aux manifestants de crier “Ali Bongo Dégage”, comme le montre cette vidéo Youtube de AfricaWeWish :

2 commentaires

  • Le Gabon avance laissez-nous avancer !!!

    • Au Gabon, comme dans tout pays, les citoyens devraient avancer au même rythme. Malheureusement, avec les “Biens mal acquis” de la dynastie Bongo et ses financements de partis politiques en France alors que la population croupit dans la misère, malgré les immenses richesses du pays, les gabonais n’avancent pas tous.

      Je ne trouve pas cette situation correcte. Il n’y a que la FrançAfrique qui s’y plaise!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site