Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Video : Des courses urbaines de descente VTT impressionantes

Depuis 10 ans, une compétition de descente VTT se tient dans la ville de Valparaiso, au Chili : la Valparaíso Cerro Abajo cup.Ce qui rend cette course particulière ? Le spot, puisque la course se tient exclusivement dans les ruelles et sur les trottoirs abrupts de la ville !

Sarajevo Downhill Race par 3dh3m CCBySA

Voici une vidéo montrant le run d'entraînement d'un concurrent, qui zigzague à travers les rues pentues, guidé par des rails en plastique et encouragé par de nombreux spectateurs :

Visiblement, il n'y a pas que les chiens qui puissent croiser le chemin des cyclistes, comme le montre cette video, dans laquelle une personne semble oublier de s'écarter au bénéfice de ses enregistrements de la course…

http://www.youtube.com/watch?v=xiUja3r_EWU

Et dans cette video, on voit les VTTistes qui se succèdent et avalent les obstacles, sautent des trottoirs, roulent sur les murs et prennent des rampes de saut :

Le Chili n'est pas l'unique pays à avoir des courses urbaines de descente : cette course, enregistrée par une caméra fixée sur le casque d'un coureur, montre le parcours de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine:

celle-ci dans la ville coloniale de Txco, au Mexique, qui traverse même les maisons des habitants !

Ce n'est pas toujours une partie de plaisir: dans cette course à Cuzco, au Pérou, on peut voir certains descendeurs tomber de vélo:

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site