Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : Qui a tué les 7 manifestantes ? (Vidéos)

Les troubles en Côte d'Ivoire entre partisans des deux présidents, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, ont pris une tournure encore plus sauvage. Depuis le 3 décembre 2011, les deux hommes politiques affirment avoir chacun remporté l'élection présidentielle de novembre 2010.

Pour protester contre cette impasse politique, des femmes ivoiriennes organisaient des manifestations depuis le 25 février 2011.

Jeudi de sang

Ce qui devait être une manifestation  pacifique s'est achevée dans un bain de sang le jeudi 3 mars 2011. Durant une de ces manifestations de femmes, organisée à Abobo – une commune pro-Ouattara de la capitale Abidjan – sept femmes ont été abattues, apparemment par les forces de défense et de sécurité (FDS) loyales à Laurent Gbagbo.

Des vidéos de la fusillade sont rapidement apparues en ligne sur le site Youtube.

Dreamdav a mis en ligne une vidéo de sept minutes, dans laquelle des femmes non armées scandent “ADO” (Alassane Dramane Ouattara),  quand soudain (à 3:32 mn), les tanks de la police nationale se mettent à tirer sur les manifestants qui se dispersent pour trouver un abri.

D'autres vidéos des mêmes moments ont été publiées (Attention : images TRÈS VIOLENTES).

Cette vidéo publiée par SuperDjatou et tournée par un manifestant qui se trouvait à l'intérieur de la manifestation montre la panique quelques secondes après les coups de feu :

Une autre vidéo montre quatre les corps de quatre victimes mortes, à terre :

La douleur et la colère étaient quelques unes des émotions partagées par les internautes  ivoiriens lors de la veillée funèbre qui a suivi ce massacre. Voici quelques réactions sur le  réseau Twitter, sur le fil de conversation utilisé pour les événements en Côte d'Ivoire, #civ2010.

@KDGF2505, en réponse à un interlocuteur, écrit :

les imbéciles bornés sont ceux qui tuent des femmes innocentes…vous croyez que la haine peut être arrêtée de cette manière?

@SenamBeheton, depuis le Bénin, appelle les 7 femmes “martyres”:

La boucherie d'Abobo (8 martyres) est une erreur grave que Gbagbo regrettera.

@kanazan rappelle que la Journée internationale des femmes est proche et s'interroge :

comment celebrerons nous le 8 mars en? #civ2010 femmes abattues …

A qui la faute ?

Dans un article publié sur le journal français Libération, une source affirme que les assassins des femmes se trouvaient à bord d'un 4×4. Contacté par e-mail, l'auteur de l'article,  Thomas Hofnung, a confirmé qu'il s'agissait d'une source fiable.

Selon un autre témoignage, d'une source militaire, qui a parlé à un journaliste de l'agence Reuters, il s'agit d'un accident:

Une source militaire a confirmé la fusillade en expliquant qu'il s'agissait d'un accident justifié par la «nervosité des forces de sécurité à la suite de précédents accrochages»

Une autre version des faits a été publiée sur la page des fans de Laurent Gbagbo sur le réseau social Facebook. Selon cette interprétation, ces femmes ont été tuées par des rebelles loyaux au premier ministre Guillaume Soro, les ‘Forces Nouvelles’ (New Forces), qui sont par là de fait du côté du Président Ouattara :

Des femmes de la commune d’Abobo qui ont décidé de marcher hier (3 mars 2011) matin, ont essuyé des tirs des éléments de la rébellion de ladite commune.

Notre Voie, un des principaux quotidiens de Côte d'Ivoire, accuse de la fusillade le mystérieux ‘Commando invisible‘, un groupe de partisans masqués de Ouattara. Dans un titre de Une peu équivoque, le journal titre : ‘Le “commando invisible” tue sept femmes’.

'"The Invisible Commandos" Kill Seven Women'. Frontpage of Ivorian newspaper Notre Voie, N° 3822, Friday 4 March, 2011.
Notre Voie N° 3822 du vendredi 4 mars  2011

Les mêmes démentis ont été diffusés à la télévision nationale, la RTI. Le porte-parole de l'armée de Côte d'Ivoire, le Colonel Major Hilaire Babri Gohourou a déclaré :

les troupes sont restées stationnées dans leur cantonnement d'Abobo.

DjibiTV, une chaine de télévision sur Internet qui appartient supposément à l'une des filles de Laurent Gbagbo, Marie Patrice Gbagbo, maintient cette version :

Des femmes qui marchaient pacifiquement ont essuyé des tirs de cette force négative [le commando invisible ndlr] qui ont fait une diziane de morts. Cet acte s’est déroulé dans la commune d’Abobo où est logé la rébellion d’Alassane Ouattara qui tue et égorge les paisibles populations.

3 commentaires

  • Patriote

    Le pouvoir de Laurent Gbagbo s’est bati sur le mensonge, la désinformation et la manipulation. Ils ont donné différentes versions de cette même tuerie et sont même allés jusqu’à nier la mort de ces femmes.

  • Stenvenson

    Sérieusement, je deplore toute perte de vie humaine.
    Cette video ne nous indique pas qui a tiré sur les femmes. Certes on voit un char passer, mais rien n’indique que les tirs en proviennent.
    Diantre, pourquoi ces 2 lurrons ado et Gbagbo ne se encontrent pas face to face avec le panel? En 2 h de discussion devant temoins, je parie qu’une solution «contraignante» sera adoptée.

    Merci à tous et vive la Côte d’Ivoire… elle appartient aux ivoiriens

  • Marti

    On peut regretter la “chutte” de l’article ; ca si on regarde bien la vidéo en ENTIER (et pas seulement ce que nous propose la RTI ou les partisans de la LMP) on vois clairement les véhicules de la BAE qui fuient après leur forfait ! pas de doute possible sauf à etre – comme d’habitude – de très mauvaise foi, soutenant l’insoutenable. On pourra se demander pourquoi, tout en disant que les éléments sont restés cantonnés, on les as mis aux arrets ! une manière de les empecher de parler ? L. Gbagbo se serait honoré en assumant au lieu de dire à nouveau “c’est pas moi” et de cacher -mal- la nudité de la LMP depuis 3 mois… Quel gachis ! L’avenir de la démocratie en Afrique se joue en Côte d’Ivoire http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/10/l-avenir-de-l-afrique-se-joue-en-cote-d-ivoire_1491088_3232.html#ens_id=1476585

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site