Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Moyen-Orient : Du Caire à Benghazi, la brise révolutionnaire

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Libye 2011.

Géographiquement, la Libye jouxte les confins occidentaux de l'Egypte. Et historiquement, la révolution qui s'y déroule pourrait être la prochaine à accomplir le renversement d'un régime en place depuis des lustres. La brutalité de Kadhafi et de son régime en Libye a obligé les blogueurs égyptiens, avec le soutien de leurs compatriotes, à organiser la collecte de dons et d'aide humanitaire et médicale et à lui faire traverser la frontière pour l'apporter aux Libyens.

Tarek Shalaby in LibyaTarek Shalaby, en route pour la Libye,

Photo Ali Azmy

Tarek Shalaby a raconté son voyage en Libye sur Twitter. Ses compagnons et lui en aussi publié les photos et vidéos. Tout avait commencé lorsque Tarek annonça son intention de se rendre dans la ville de Salloum, proche de la frontière égyptienne avec la Libye, pour tous ceux prêts à faire des dons ou même à se joindre le 23 février. Puis ils firent savoir que le premier point de ralliement serait la mosquée Mostafa Mahmoud au Caire.

Collecte de dons pour la Libye au CaireCollecte de dons pour la Libye au Caire.

Photo Ali Azmy

Le lendemain, Tarek tweetait :

@tarekshalaby: Allez tout le monde, Première étape : Rendez-vous à la mosquée Mostafa Mahmoud avant 15h pour collecter/emballer tous les dons et partir pour Salloum. #Feb17

@tarekshalaby: L'équipe de demain pour Salloum comprend [Ali Azmy] @Eskalob et [Adel Abdel-Ghafar] @dooolism. Il pourrait y en avoir 1 de plus. Détails suivent…

Selon le post écrit par la suite par Ali Azmy sur son blog,ils ont réussi à collecter environ 40.000 livres égyptiennes en 24 heures, avec lesquels ils ont acheté des médicaments. Puis ils ont trouvé à Salloum plus de 25 camionnettes chargées d'aide médicale donnée par Orascom et coordonnée par l'Union Médicale Arabe, ainsi qu'une longue file d'au moins 250 micro-bus vides attendant d'entrer en Libye pour rapatrier les Egyptiens de là-bas.

Puis ils se sont mis en route pour Salloum, avec  2 heures de retard sur l'horaire prévu, ont fait une pause à mi-chemin et ont pris quelques photos, puis ils ont atteint la route d'El-Alameinils ont rattrapé le convoi des Médecins Arabes qui faisait route dans la même direction. Et ils sont enfin arrivés à Salloum à 2 heures du matin le 25 février, une dizaine d'heures après leur départ. Une heure plus tard, ils étaient à la frontière, pour s'apercevoir qu'ils allaient devoir passer la nuit dans leurs voitures, car ils ne pourraient la franchir qu'au matin.

@tarekshalaby: Arrivés à la frontière et le personnel militaire nous a dit que le passage n'ouvre pas avant demain matin 9h. Sais pas si ça sera facile d'entrer.

Le matin ils poursuivirent leur route. Ali Azmy a raconté cette partie du voyage jusqu'à leur entrée en Libye, disant son souhait que les frontières entre pays arabes restent désormais ouvertes sans besoin de visas et de passeports.

Nous avons rencontré quelqu'un qui a pu aider à faire entrer l'aide médicale pour la donner à des personnes de confiance dont on serait sûrs qu'elles l'apporterait là où elle est la plus nécessaire et ne la stockeraient pas quelque part pour la vendre ultérieurement au marché noir, ce qui arrive apparemment. Nous avons passé le barrage militaire à la frontière au prétexte de déposer les médicaments puis de rebrousser chemin. Nous avons réussi à le convaincre qu'il nous fallait 7 personnes pour effectuer le dépôt. A ce moment, Hassan, Baroudi (@m_baroudi) et moi n'avions pas nos passeports sur nous (c'était malin ! Mais surtout ma faute), Tarek n'avait pas son laisser-passer militaire, par bonheur 50 livres et le chaos ambiant ont tout arrangé. J'espère que ce ne sera pas la seule fois que je passerai les frontière sans papiers d'identité.

La frontière était pleine de gens de diverses nationalités fuyant la Libye. Ils ont servi de bureau de change pour Tarek Shalaby et ses amis, car ils voulaient tous se débarrasser de leur argent libyen et obtenir des livres égyptiennes, et un Ghanéen du nom d'Agogo leur a aussi vendu une carte de téléphone SIM libyenne à la frontière.

Welcoming Jan25 youth in LibyaPanneau de bienvenue à l'entrée de la Libye : “Nous souhaitons bonne route à la jeunesse des révolutions du 25 janvier, en l'honneur de la révolution d'il y a un mois en Egypte”.

Photo Tarek Shalaby

Le trajet vers la ville libyenne de Tobrouk était aisé, la ville était paisible, et les Libyens extrêmement accueillants et généreux avec eux. De fait, la générosité des Libyens me semble une attitude pan-arabe après avoir regardé cette vidéo [en arabe] de Tunisiens offrant une assistance illimitée aux Egyptiens qui ont fui de l'ouest libyen vers la Tunisie.

@tarekshalaby: Non seulement les chauffeurs n'ont pas accepté d'argent pour l'essence, ni de pourboires, @dooolism dit que les épiceries ne voulaient pas qu'on paie l'eau & les jus de fruits.

@tarekshalaby: Je suis fier d'être Arabe. Très fier.

Le programme était ensuite de rester à Tobrouk pour la nuit et de faire route vers Benghazi le lendemain. Ils ont passé la nuit dans un hôtel du nom de Maseera, décrit comme luxueux par Tarek. Une fois de plus, le propriétaire libyen de l'hôtel refusa tout paiement.

@tarekshalaby: Même les gérants d'hôtels donnent des chambres gratuites à quiconque aide à la révolution #Libya

Le 26 février, le groupe prit la direction de Benghazi.

@tarekshalaby: Arrivés à l'hôpital principal de Ben Ghazi (renommé Hôpital des Martyrs). Dire que nous avons été reçus en héros est trop faible. #Libya

Les similitudes entre les différentes révolutions du monde arabe sautaient aux yeux. Presque les mêmes gens manifestant sur les mêmes places et vaquant aux mêmes tâches de la vie quotidienne normalement assurées par le régime et ses forces.

@tarekshalaby: Nous sommes sur l'équivalent de la Place Tahrir à Ben Ghazi. Ceux qui disent que les Arabes sont trop différents pour s'unir sont des dégueulasses.

@tarekshalaby: Enorme tank avec des graffiti et des quantités de gamins — tout comme à Tahrir ! Soupir. Quels beaux souvenirs ! #Jan25 #Feb17

Libya: Kids playing on a tankDes enfants libyens jouent sur un tank sur une des places de Benghazi

Photo Tarek Shalaby

@tarekshalaby: Les citoyens règlent la circulation. Pas encore vu de dégâts, et la vie semblement parfaitement normale…

Ali Azmy évoque aussi des médecins qu'ils y ont rencontrés et qu'ils avaient vus en Egypte auparavant.
A Benghazi ils ont rencontré un médecin qui était l'une de ceux qui officiaient place Tahrir et s'était à présent rendue en Libye. Nous avons aussi trouvé  Dina, une de nos amies qui était un des médecins de terrain à Tahrir, arrivée la veille à Benghazi.
Tarek Shalaby et ses amis ont poursuivi leur visite de la ville. Ils ont vu les contestataires de la ville en fête sous la pluie. Ils ont aussi assisté au déploiement de banderoles, et à l'installation de mémorials pour les martyrs. Tout comme les autres volontaires là-bas, ils attendaient tous une occasion de se rendre à Tripoli, mais Tripoli n'est pas encore libérée et la sécurité n'est pas  confirmée. Ils ont eu beau attendre, mais il n'a pas semblé possible qu'ils puissent poursuivre leur route vers Tripoli.

Le 27 février, l'équipe a pris le chemin du retour.

@tarekshalaby: Nous retournons donc en Egypte. Jusqu'à la dernière minute j'avais espoir d'aller à Tripoli. Extrêmement déçu que ça ne se fasse pas.

@tarekshalaby: Roulons sur une route bordée d'arbres et des plaines verdoyantes vers un arc-en-ciel. Superbe Libye

Des Libyens agitent leur drapeau au bord de la merDes Libyens agitent leur drapeau en bord de mer à Benghazi

Photo Tarek Shalaby sous licence Creative Commons

Sur le chemin du retour,  Ali s'interrogeait : “Quel est le bon moment pour intervenir, et quelle sorte d'intervention faudrait-il ?”

Quantité de gens que nous avons rencontrés refusaient l'intervention internationale, de peur de ses conséquences, et d'autres demandaient que quelqu'un – peu importe qui – arrête ces massacres. Mais quel rôle pour nous maintenant ? devrions-nous faire pression pour une intervention ? ou envoyer de l'aide médicale et des médecins ? Je ne pouvais pas trancher . Y a-t-il un nombre magique de personnes exterminées avant que nous intervenions ? En même temps j'apprenais que chaque ville entraînait et envoyait des troupes à Tripoli pour continuer le combat, j'espère que c'est une question de jours. Mais savoir que davantage de vies seront perdues jusqu'à ce que ce fou perde le pouvoir est douloureux. Je suppose qu'il est inévitable lorsque les gens atteignent le point où la révolution tourne à la guerre pour la survie et qu'ils savent qu'ils devront soit mourir en combattant pour se libérer des oppresseurs ou vivre pour se réjouir de cette vie nouvelle. Je suppose maintenant que nous devons respecter leur volonté de mener à bien cette mission tous seuls.

Il poursuivait en disant qu'il pourrait écrire par la suite d'autres billets sur leur voyage.

Ceci est donc officiellement mon premier vrai billet de blog, ce n'était que la chronologie des événements, j'en écrirai probablement un autre sur mes opinions sur la révolution libyenne, les différences entre les deux révolutions. Espérons que d'ici là les Libyens auront récupéré tout leur pays.

Pour finir, et après avoir vu la note écrite par Muhammad Ghafari [en arabe] sur le voyage similaire qu'il a fait pour aider les Libyens, je crois que nous devons être reconnaissants à des personnes comme Shalaby, Azmy et Ghafari pour partager leurs histoires, et surtout avec la maigre couverture que reçoit la Libye dans les médias généraux.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site