Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Malaisie s'inquiète de l'augmentation des suicides chez les jeunes

Ces derniers temps, la Malaisie est frappée par un problème de société très alarmant : le suicide. Les Malaisiens sont particulièrement préoccupés car beaucoup de ceux qui se suicident sont des jeunes. Selon ce qui est rapporté [en anglais, comme les autres liens] par le quotidien britannique The Star, l'âge moyen de ceux qui choisissent de mettre fin à leur propre vie ont entre 20 et 39 ans ; de plus, bien qu'on parle d'une moyenne de deux suicides par jour, les statistiques pourraient être, d'après les experts, plus élevées.

En l'espace de deux semaines, deux jeunes Malaisiens se sont suicidés après avoir annoncé leurs intentions sur Facebook.

Joshua Ong évoque le cas d'un Malaisien de 22 ans, Alviss Kong, qui s'est suicidé en raison d'une relation amoureuse qui s'est mal terminée :

Je le répèterai indéfiniment : il s'agit d'un événement vraiment triste, qui constitue un très mauvais exemple pour tous, surtout pour ceux qui ont vécu les mêmes expériences et qui pourraient vouloir suivre les traces d'Alviss.

Un autre suicide qui remonte à février concerne une lycéenne de 17 ans qui s'est jetée du second étage de son lycée après avoir annoncé sur Facebook son intention de mettre fin à ses jours.

Le blogueur BusybeingBossy explique qu'il est nécessaire de s'occuper de ce problème qui va en s'aggravant :

Les experts affirment qu'une personne, avant de se suicider, lancerait immanquablement des appels à l'aide. Dans le cas de Sally, cela a fonctionné exactement ainsi : la jeune-fille a appelé au secours ; des  appels qui, malheureusement,  sont parvenus aux mauvaises personnes. Avec Sally, nous avons échoué, échouerons-nous encore à l'avenir ? Oui, il semble que nous allons continuer à répéter les mêmes erreurs : en Malaisie, nous avons l'habitude d'occulter les problèmes au lieu d'y faire face et, par ailleurs,  parler du suicide ne fait pas partie de notre culture. Nous devons comprendre que ce serait au contraire  le moment approprié de commencer à nous en occuper.  Si vous êtes dépressifs, demandez de l'aide aux bonnes personnes : à vos parents, aux membres de votre famille, aux médecins, à des amis ou de bons conseillers. Soyez responsables et donnez une juste valeur à votre vie.

Sharifah Nong-Jasima a exprimé sur son propre blog les mêmes opinions :

Sincèrement, j'avais l'habitude de penser que les personnes qui affirment vouloir se suicider avaient seulement un besoin désespéré d'attention, maintenant, au contraire, après avoir lu les journaux, j'ai noté que certaines d'entre elles avaient des amis qui, en fait, les encourageaient à commettre cette folie. Des commentaires du type : “Ouais, vas-y !” ou “Laisse-moi t'acheter un cercueil” constituent un encouragement au suicide, même si c'est indirect.  Pourtant, les personnes en difficulté devraient être écoutées et aidées : c'est de cela dont elles ont réellement besoin.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site