Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Rwanda: Le Président Kagame accepte une invitation par Twitter

Voici comment une blogueuse du Kenya basée au Rwanda a invité le Président rwandais Paul Kagame par Twitter à visiter des enfants du club de “The Ibirunga Tennis Court” dans la ville de Musanze. Le Président Kagame a répondu et leur a rendu visite, effectivement.

SavyKenya travaille à Art of Conservation, une organisation qui réalise des programmes d'éducation en matière de santé et de préservation de l'environnement pour les enfants qui vivent à côté du Parc national des volcans au Rwanda.

SavyKenya explique comment tout a commencé :

Tout a commencé par un tweet ou plutôt deux tweets.

Vendredi matin. Mon dernier jour de travail. Les vendredis sont des jours faciles par ici, nous commençons le travail à 9 heures du matin, ce qui veut dire que je me lève à 8 heures, et souvent je me rendors jusqu'à 8h30, ensuite je prends une douche, je m'habille, je déjeune et je marche pendant 10 à 30 minutes! Aujourd'hui aux environs de 16 heures, il y aura une fête d'adieu pour moi. Je n'ai vraiment pas trop de travail, je passe donc une bonne partie du temps à envoyer des messages par Twitter, Facebook, à lire des blogs et à faire mon courrier.

De retour à mon bureau, Julie m'a parlé de la visite du président aujourd'hui et je lui ai dit, tu sais quoi ? Le président est sur twitter, je pourrais lui envoyer un message. Elle aussi. Pourquoi pas?

Je lui ai donc envoyé un tweet et j'ai commencé à contrôler mes réponses continuellement. Enfin, 30 minutes plus tard, j'ai reçu une réponse:

Elle a tweeté:

@PaulKagame si vous veniez cet après-midi à Musanze, les enfants qui apprennent le tennis vont vous saluer et vous offrir un t-shirt.

Kagame a répondu:

@savvykenya. O K avec plaisir,…J'y serai … merci!

L'attente a alors commencé:

Après son tweet et l'excitation dans l'air lorsqu'on a demandé aux enfants qui apprennent le tennis de porter leurs plus beaux maillots, il n'y avait pas grand-chose à montrer au président qui allait arriver. Mais aux environs de 17 heures, le commissaire de police de la zone (j'imagine) a appelé en me posant beaucoup de questions concernant le club. Alors nous avons réalisé que les choses devenaient sérieuses ! Plus tard, des agents de sécurité (de la garde présidentielle, peut-être) sont venus nous poser un tas de questions. On nous appelé du bureau. Nous (personnel de l'AoC) avons dû quitter la fête pour le court de tennis. Nous avons dit aux organisateurs de ne pas se préoccuper, nous allions revenir pour continuer, mais pour le moment, bien, …

D'autres militaires sont venus. Ils ont entouré le court de tennis et se sont dissimulés dans l'ombre. Ils sont allés dans les maisons environnantes et ordonné aux résidents de se cloîtrer. On se croirait au cinéma. Ils posent des questions. Ils sont polis car ils m'ont demandé “pourrions-nous, s'il vous plaît, parler avec vous” et m'ont mise de côté pour me poser toutes sortes de questions. Ils ont, ensuite, appelé Julie et ont fait la même chose avec Julie. Ils ont appelé Valérie aussi (une autre collègue) et ils ont fait la même chose. Ensuite, Julie encore. Tout est si émotionnant.

Et enfin….:

Enfin, une voiture est arrivée à toute vitesse, en faisant clignoter les gyrophares et en sonnant le klaxon. Ou peut-être une sirène. Dans de tels moments d'excitation, on voit et on entend tant de choses. Ça nous dépasse. C'est peut-être la voiture-leurre, ai-je pensé. Les motos du cortège présidentiel lui ont ouvert enfin la voie et dans le court de tennis où nous étions tous le long des deux côtés de la route, une petite voiture cossue s'arrêta. Quelqu'un ouvrit la porte et Kagame en sortit.

President Paul Kagame holding a t-shirt from Art of Conservation. Photo courtesy of SavyKeny

Elle lui dit que c'est elle qui avait envoyé le tweet :

Julie a été la première à le saluer et à se présenter. Je lui ai serré la main après. Il a ensuite salué tout le monde en serrant la main à chacun, en s'adressant de manière particulière au plus petit des enfants. Il parla avec l'entraîneur Tony. Il a dit qu'il avait un cadeau pour nous en nous tendant une enveloppe. Nous l'avons remercié et applaudi pour lui. Nous nous sommes souvenu du T-shirt que nous lui avions promis. Nous le lui avons donné. Il l'a pris en disant “merci, c'est ma taille”. Nous ne pouvions pas être plus heureux qu'en ce moment-là!

Il y a eu une pause dans la conversation et les activités. J'ai saisi cette chance pour lui dire que c'est moi qui lui avais envoyé le tweet. Il s'est alors retourné vers un des membres de son entourage et a dit “c'est elle qui m'a invité”. Je lui ai dit que j'allais bientôt retourner au Kenya, et il a dit non, vous devez rester. Je lui ai dit que je voulais devenir la première présidente de la République d'Afrique de l'est lorsqu'elle sera formée en 2032.

Il a donné de l'argent au Ibirunga Tennis Club:

Nous avons compté l'argent que le président a donné au “Ibirunga Tennis and Running Club”. Un million de francs rwandais (environ 1.400 €).

L'impression de SavyKenya sur Paul Kagame:

L'impression que j'ai eue de lui, c'est que c'est un gars bien gentil. Je n'ai pas de mots pour le décrire. C'était un honneur pour moi, pour nous tous. Il est généreux et poli. Un grand homme.

Un autre blogueur du Kenya, Tech Mtaa, dit, “C'est une grande initiative du président et elle lui procurera un fort soutien parmi les jeunes technophiles.”

Voici quelques réactions sur le blog SavyKenya:

Mrembo dit:

Lazima rendons cette information/message tweet viral … oh combien de personnes ont-elles envoyé des tweets à un président et ont pu le rencontrer le même jour.  Allez, répandons la nouvelle. Bravo, bien fait.

Kbaab dit:

C'est le résultat le plus cool qu'un utilisateur de Twitter ai jamais réussi! Je suis égayé à un point que vous ne pouvez imaginer. J'ai toujours apprécié le Président Paul Kagame, mais maintenant je l'aime. C'était un geste si gentil et humble. Je suis assis ici, me demandant si notre président le ferait jamais? Je ne le pense pas. Chapeau, Madame ! Meilleurs souhaits pour plusieurs autres tweets présidentiels.

jacquendinda dit:

C'est fort !!! Qu'à partir d'un tweet, naisse quelque chose d'aussi grand … incroyable ! Je ne pense pas que j'aurais pu manger hio usiku…excitos!!! J'aime Kagame parce qu'il répond aux tweets..ce qui veut dire beaucoup de choses d'une personne, en particulier pour quelqu'un qui est dirigeant…

Ça mérite des félicitions … vous avez bien fait!!

OtienoHongo dit:

Wow, ok, après avoir lu cette information, je vais envoyé un tweet à Obama! De toutes les façons, c'est bon de savoir qu'il gère son compte Twitter personnellement, je savais que certaines personnalités se font aider par leurs assistants pour ce genre d'activités –  cela signifie que nous allons lui envoyer des tweets, avec plus de certitude qu'il va les lire ! C'est bien de savoir aussi que vous avez passé un bon séjour au Rwanda!!!!

4 commentaires

  • Quelle surprise! Quel esprit de disponibilité du Président à l’écoute des populations!

    J’ai été moi aussi, très surpris!

  • […] titre de cet article (l’article d’origine) m’a beaucoup impressionné sur le site de Global Voices, une revue […]

  • […] titre de cet article (l’article d’origine) m’a beaucoup impressionné sur le site de Global Voices, une revue […]

  • zikamabahari jean baptiste

    Je salue l initiative du Président Paul Kagame et lui assure de mon soutien quant à sa volonté de se rendre accessible , c est une première en Afrique ! Suis fier d appartenir à la meme nation que lui ! Je souhaiterais lui rencontrer un jour pour lui témoigner de vive voix mon admiration par rapport à ses efforts qu il ne cesse de fournir pour faire connaitre le Rwanda à travers le monde . Très bon exemple pour tout Rwandais digne partout il se trouve ! Bon pied la route Son excellence Monsieur le Président !

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site