Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti : Menaces électorales

La très attendue élection haïtienne a finalement été fixée au 20 mars, et la toute dernière polémique politique met en jeu les menaces du candidat à la présidence Michel Martelly [en anglais comme tous les liens sauf mention contraire] contre les médias, accompagnées par des allusions générales à une prise du pouvoir avec “les rues”. Les internautes surveillent de près la suite des événements…

welcome2haiti a mis en ligne une vidéo [fr] de Michel Martelly, plus connu sous le surnom de “Sweet Micky”, proférant des menaces réelles en réponse à une question de journaliste sur ses supposées dettes impayées à des banques de Miami.

Martelly dit en substance : “Bobby, qu'il pose sa question, le peuple est dans la rue, le peuple est avec nous, dans la rue.”

Un temps, puis il lève le bras en disant :

A la guerre comme à la guerre!

Les Enfants de Dessalines s'est aussitôt emparé de l'affaire, republiant la réaction officielle de la presse haïtienne et mettant en ligne une vidéo de commentaire par l'ancien membre des Fugees et partisan de Martelly Pras Michel, qui dit en substance [en créole] que Haïti sera en feu si la candidature à la présidentielle de “Sweet Micky” échoue :

Nap boule peyi-a…

Noous brûlerons le pays…

Le blogueur commente le clip :

Si ceci n'illustre pas que l'histoire politique haïtienne a touché le fond, je ne sais pas quoi d'autre.

Sitwayen Pou Mirlande, un blog soutenant la concurrente de Martelly [fr], poste le même clip vidéo et écrit :

Apparemment une tendance au dérangement psychologique et une propension aux éclats violents se déchaîne dans la campagne Hot Pink. Cf: Wyclef, Sean Penn et toutes les vieilles gloires du showbiz américains qui cherchent à se faire de la publicité sur le dos de Haïti ravagé par le tremblement de terre.

Haïti n'a-t-il pas vu assez de destruction depuis le 12 janvier ? Ces fanatiques de la destruction VOYOUS et drogués peuvent-ils mettre en oeuvre un plan de RECONSTRUCTION ? Jugez-vous-même…

Haitian presidential candidate Michel Martelly in front of thousands of supporters at a rally in capital Port au Prince. Image by Jose Guzman, copyright Demotix (25/11/2010).

Le candidat à la présidence haïtienne Michel Martelly devant des milliers de partisans à un rassemblement dans la capitale Port au Prince. Photo Jose Guzman, copyright Demotix (25/11/2010).

Le blog poursuit en se liant à un autre article dépeignant Martelly de façon péjorative, expliquant :

Dans un entretien avec la journaliste d'investigation dominicaine renommée Nuria Piera, Michel Martelly a présenté sa vision de l'avenir des relations haïtio-dominicaines et a réussi, en moins de deux minutes, à montrer en quoi exactement il serait la mauvaise personne pour formuler la politique étrangère de Haïti s'il était élu président.

@ZoGrann a également observé l'activité sur Twitter, notant avec intérêt les tweets de @carelpedre, un présentateur populaire de radio haïtien qui a fait ouvertement campagne pour Martelly.

Entre-temps, trois colleurs d'affiche de Manigat ont été brutalement tués et la tension monte, ce qui amène Toussaint on Haiti à conjecturer que ç'a été une “mauvaise semaine pour Michel ‘Sweet Micky’ Martelly”. Le blogueur cite tant le fiasco frontalier avec la République Dominicaine que le possible retour de Jean-Bertrand Aristide comme de potentielles pierres d'achoppement pour l'aspirant président :

Ces incidents augurent mal pour Martelly… il devrait gagner, et non perdre de l'élan. Il semble que le camp Martelly en est conscient et réagit mal. Sa campagne est mise sur la défensive, avec plusieurs conseillers et partisans proclamant que leurs sondages montrent qu'il mène avec deux chiffres et que sa seule façon de perdre viendrait d'une tricherie de l'opposition. Certains ont même justifié la violence s'il perd.

C'est une rhétorique décevante. Elle est caractéristique de la mentalité qui continue à bloquer le processus démocratique haïtien. Certes, Haïti a une longue histoire d'élections frauduleuses mais on ne dirait pas que le camp Martelly a vraiment foi dans les opérations. Pourquoi participer à une élection qu'on ne reconnaîtra que si on gagne. Il est vrai que beaucoup de gens sont enthousiastes pour la candidature de Martelly, notamment dans les zones urbaines. Pourtant, il n'y a pas de fait accompli dans une élection. Gagnera la personne qui obtiendra le plus de voix le jour du scrutin, non celle qui attire le plus de monde dans les rassemblements. J'espère vraiment que le ton de l'élection va bientôt prendre un tour positif.

Throwing Down The Water ajoute son point de vue (non-haïtien) :

Sweet Mickey concentre l'attention et attire les masses juvéniles ; étant donné que Haïti est un pays qui regorge de masses juvéniles, cela signifie pour certains une victoire assurée. Et les discussions publiques paraissent aussi assaisonnées d'une quantité de pression des pairs – qui ne voudrait encourager le capitaine de l'équipe de foot, ou le président de la classe enjôleur ? C'est sympa à faire.

Mais Madame Manigat se tient fermement à côté de la tornade rose – la contenance calme, intelligente et responsable. Tandis que la campagne Martelly a des airs de lendemain de bar ouvert ne servant que des cosmopolites, la campagne Manigat, c'est boire d'une noix de coco fraîchement coupée après la suée d'une marche : rafraîchissante, naturelle, partagée de façon soutenable et durable.

Et il y a une chose que j'ai apprise pendant mon séjour en Haïti : c'est un pays de de gens indépendants d'esprit. On peut entendre une chose en public, mais mieux vaut croire qu'il s'en passe bien plus en coulisses.

Toussaint on Haiti persiste à croire que malgré la polémique et les failles, ce second tour électoral du 20 mars “est le meilleur espoir du pays d'aller de l'avant.” Le monde attend de voir.

L'image de la vignette provient du billet “Michel Martelly fait une apparition au bureau de vote du Lycée de Petionville ; la photo de Rozanna Fang” a été obtenue avec l'aimable autorisation de mediahacker et utilisée sous une licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NC-SA 2.0). Visitez mediahacker sur flickr

Alice Backer a contribué au billet d'origine.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site